Éditorial

© Marie Rose Moro Source D.G.

Me too, femmes exilées et d’ici, femmes du sud et du nord, femmes blanches et noires

et


Claire MESTRE

Claire MESTRE est psychiatre et anthropologue, co-rédactrice en chef de la revue L’autre, membre de l’association Mana.

Marie Rose MORO

Marie Rose MORO est professeure de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, Université de Paris-Descartes, chef de service de la Maison de Solenn, Maison des adolescents de Cochin. Chercheure au PCPP EA 4056 Sorbonne Paris Cité, Institut de Psychologie et CESP, INSERM.

Pour citer cet article :

Mestre C, Moro MR. Me too, femmes exilées et d’ici, femmes du sud et du nord, femmes blanches et noires. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2018, volume 19, n°2, pp. 133-136


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/editoriaux/me-too-femmes-exilees-et-dici-femmes-du-sud-et-du-nord-femmes-blanches-et-noires/

Mots clés :

Keywords:

Palabras claves:

La lame de fond est forte et violente. Depuis l’affaire Weinstein jusqu’à maintenant, il y a eu #MeToo, Balance ton porc… et beaucoup de commentaires, de disputes, de noms d’oiseaux, de féministes qui se sont affrontées, d’hommes qui se sont sentis vexés… De quelle manière analyser cette tempête et qu’en retenir ? Rappelons d’abord brièvement les faits qui nous intéressent et posons les termes d’un débat : le producteur Harvey Weinstein est dénoncé pour des faits de violence sexuelle sur des actrices à l’automne 2017. Puis le hashtag MeToo, créé quelques années auparavant par une militante féministe pour révéler les stigmatisations dont sont victimes les femmes de « minorités » devient, sur internet, un torrent de paroles féminines qui révèlent les violences sexuelles dont elles ont été les victimes. Ce mouvement est relayé en France sous l’appellation « Balance ton porc »… La réaction en France est importante et contradictoire : en particulier un groupe de femmes, dont l’actrice Catherine Deneuve1, signe une tribune, début janvier 2018, dans le journal Le Monde revendiquant notamment le droit « d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle ». Les hommes aussi se rebiffent : « Quel lien entre un viol et un sms égrillard ? » s’offusque le philosophe Alain Finkelkraut sur France Culture2. C’est « la seconde grande vague de délation en France depuis la Seconde Guerre Mondiale » s’écrie l’écrivain Frédéric Beigbeder3. Que dit ce conflit d’un combat plus profond entre femmes, celles éduquées, socialement élevées, « blanches » (pour reprendre une terminologie intersectionnelle), ayant les moyens de contrer la domination masculine, et les autres, toutes les autres ? Autrement dit entre celles dont le consentement4 est le plus aisé et les autres, plongées dans un milieu où les pressions viriles sont non discutables ? Ce débat-là est pour nous fondamental : cette révolte concerne-t-elle toutes les femmes, de toutes origines sociales, économiques et « raciales » ? Les femmes d’ici et d’ailleurs ? Les femmes autochtones et exilées ? Oui, bien sûr. Il y aurait bien du mépris à oublier ou renier cette dimension, et à faire de sa position individualiste et nombriliste, la butée d’un moment fort qui jalonne désormais l’histoire de la libération des femmes5. Disons-le haut et fort : cette révolte concerne toutes les femmes, elle traverse les frontières, quelques soient les modes de vie, elle est un « nous » puissant : des « je » jetés anonymement sur la toile, des « je » assemblés sur Facebook6, des « je » réunis en association ou en assemblées « un ‘nous’immatériel et qui prend aux tripes, fait entendre des harmoniques puissantes, son grand accord… Un continent perdu dans la nuit des temps, celui des violences sexuelles liées à la domination sociale masculine… » écrit magnifiquement Véronique Nahoum Grappe7. Oui, moi-aussi, nous-aussi, nous sommes concerné(e) s et ce mouvement historique est un mouvement politique qui doit faire bouger les rapports de force pour toutes, quelques soient leur condition sociale, ethnique, économique et « raciale ». Rien ne peut être compris, si nous n’avons pas écouté et compris ce que la grande Françoise Héritier a défini comme la « valence différentielle des sexes »8, fait d’oppression la plus universelle, quelles que soient les cultures ! D’ailleurs, prenons pour un message testamentaire, sa position en faveur de #MeToo exprimée à la veille de sa mort, avec la douce détermination dont elle faisait preuve9.

Cette révolte concerne-t-elle toutes les femmes, de toutes origines sociales, économiques et « raciales » ? Les femmes d’ici et d’ailleurs ? Les femmes autochtones et exilées ? Oui, bien sûr

Au moment de la polémique, l’une d’entre nous10 était au Tchad. Invitée par une femme ancienne ministre, et aujourd’hui en responsabilité de la condition féminine, je lui demandai quelles étaient ses priorités. J’admire la vie et la pugnacité de cette combattante musulmane voilée, mère de famille, en charge d’une grande famille, et n’ayant jamais refusé de lourdes charges politiques. Je voulais aussi son avis sur l’excision (question taboue) et le mariage « traditionnel », en femme occidentale et féministe que je suis. Ses réponses, en résumé, mettaient en avant l’encouragement au vote des femmes, mais aussi la valorisation de toutes les compétences des femmes tchadiennes. Et quant à l’excision, demandai-je ? La réponse ne se fit pas attendre : « L’excision n’est pas une priorité » martela-t-elle. Quant au mariage traditionnel11, les grossesses précoces qu’il autorise sont désastreuses pour la mortalité des femmes lors des accouchements. Cet échange est exemplaire : elle met en perspective plusieurs aspects de la question féministe. Les priorités des unes ne sont pas celles des autres. Ainsi, des féministes ont témoigné combien les polémiques entre Paris et Hollywood ne permettaient pas de comprendre leur propre combat dans le monde arabe notamment. Que dire des viols systématiques dans les dictatures telles que celle de Bachar El-Assad, écrit la journaliste Diana Mouqallad12 ? Et, pourrions-nous rajouter, qu’est devenue l’indignation suscitée par l’enlèvement des jeunes filles par le mouvement religieux extrémiste Boko Haram ? La réponse de notre interlocutrice tchadienne met aussi en exergue l’importance du combat pour l’accès au droit qui permet l’égalité homme-femme : il exige une position politique solide et persévérante dans le temps. Ce combat de longue date, pour les Françaises depuis la Révolution française, n’est pas fini : la justice dans le travail, par exemple, n’est pas assurée, même chez nous. Cependant, le droit comme unique lieu du politique, ne suffit pas, affirme la philosophe Geneviève Fraisse13. La politique est un rapport de forces qui déborde la question du droit, au nom de notre humanité commune et de l’égalité des sexes qui s’inscrit dans une histoire générale faite d’une multitude d’histoires nationales. Cette perspective est vertigineuse… et nous souhaiterions connaître l’avis des femmes qui subissent une violence écrasante, mutilante du début de leur vie jusqu’à sa fin, dans des régimes très éloignés de nos démocraties.

Combien de femmes restent en marge de nos lois, n’ayant pas les moyens de prouver leurs blessures ou leurs persécutions, leur voix étant rendue inaudible parce que pas assez puissante socialement et culturellement pour contrecarrer la domination patriarcale et faire face à notre inhospitalité ?

Véronique Nahoum Grappe observe le silence du continent africain (op.cit.). Il existe cependant de vraies exceptions comme la grande écrivaine nigériane, devenue célèbre, Chimamanda Ngozi Adichie, qui vit entre son pays et les Etats-Unis. Dans un livre récent « Chère Ijeawele ou un manifeste pour une éducation féministe » paru en 2017, elle disait déjà : « Dans ma colère contre le sexisme, je me sens souvent seule » plus seule encore que dans sa colère contre le racisme. Seule dans sa famille, au sein de ses amis où il fallait démontrer que le sexisme existait au sein de la société. Invitée d’honneur de la Nuit des idées qui s’est tenue à Paris le 25 janvier 2018, elle disait haut et fort « J’espère que MeToo n’est qu’un début… ». Dans nos consultations aussi, nous entendons les voix de femmes africaines, qui fuient leurs pays pour dire non aux coutumes qui les mutilent et les contraignent ou aux régimes qui les violent et les asservissent. Elles disent #MeToo avec leurs pieds, elles forment les bataillons des migrations contemporaines, sûres de ne pouvoir être défendues et entendues dans leurs contrées et gonflées d’espoir d’être protégées en Europe. Le continuum des violences : la brutalité domestique jamais punie, la barbarie des viols politiques des guerres et des dictatures, l’asservissement sexuel des réseaux de prostitution, la cruauté des passeurs et des riverains des pays traversés, la dangerosité de nos rues la nuit, ne réside-t-telle pas encore une fois dans la moindre valeur du corps féminin, asservi depuis toujours à la domination masculine ? Elles connaissent parfaitement l’évolution des libertés et des droits des femmes sur notre continent et demandent leur part pour que nous les protégions. Or, comment les recevons-nous ? Quelles règles de droit les protègent de façon inconditionnelle ? Ces femmes réactualisent par leur demande de protection toutes les questions qui ont traversé le combat féministe d’ici : la violence sexuelle brouille la fragile frontière entre l’intime et le politique. La convention de Genève ne les protège pas complètement sauf à prouver que les viols et toutes les violences subies ont été faits dans leur pays qu’elles fuient. Donc cela ne concerne pas les viols et autres violences faits sur le chemin de l’exil comme en Lybie par exemple. Et par ailleurs, il faut démontrer qu’il s’agit de viols politiques. Ceci pose la question de la limite entre privé et public, question ô combien débattue par les féministes. Ainsi, et pour prendre un exemple, une femme acceptant la servitude sexuelle avec son bourreau pour éviter la mort, est-ce une volonté personnelle et intime, ou bien la seule stratégie du désespoir pour éviter le pire ? Une autre femme encore, nous a raconté comment elle s’était sauvée de Guinée, pour éviter à sa fille qu’elle soit excisée. Enfant par ailleurs née d’un viol alors qu’elle était étudiante et qu’elle avait participé à des manifestations. Les questions suscitées sont nombreuses et permettent de prolonger le combat pour toutes les femmes. En effet, combien de femmes restent en marge de nos lois, n’ayant pas les moyens de prouver leurs blessures ou leurs persécutions, leur voix étant rendue inaudible parce que pas assez puissante socialement et culturellement pour contrecarrer la domination patriarcale et faire face à notre inhospitalité ? Ces femmes se sont sauvées avec l’idée qu’elle ou bien leur fille allaient accéder à la liberté, dans le pays des Libertés, mais sur le chemin et ici, elles n’ont trouvé que dangers et incertitudes. La protection des femmes, de toutes, passe ainsi par l’évolution du droit, national et international, mais aussi par une lutte sociale, qui permet de dénoncer toutes les fois où les femmes, où qu’elles soient, ont vu leur « non » écrasé par la domination virile.

Alors oui #MeToo, femmes exilées et d’ici, femmes noires et blanches, du nord et du sud… On espère que #MeToo ne soit qu’un début… et qu’il éclose, de manière plurifocale de par le monde.

Bordeaux, Paris, 2 avril 2018

  1. Qui avait notamment signé Le Manifeste des 343 en 1971, texte historique pour le féminisme qui revendiquait le droit à l’avortement.
  2. Dans l’émission Répliques du 10 février 2018.
  3. Interview paru dans le magazine Elle du 29 décembre 2017.
  4. Même si ce terme contient une ambivalence entre acceptation et choix.
  5. La butée importante est l’injustice faite aux hommes, ou bien les actes de défense des femmes qui auraient comme conséquence la discrimination des hommes.
  6. « Le féminisme arabe est sur Facebook » écrit Samam Salaine, palestinienne militante des droits de la femme arabe, dans un article du Courrier international Hors-Série, février-mars 2018.
  7. Cf. son bel article sur le site de la revue Esprit, https://esprit.presse.fr/actualites/veronique-nahoum-grappe/metoo-je-elle-nous-41429
  8. On peut lire l’interview par la revue L’autre à https://revuelautre.com/entretiens/une-anthropologue-dans-la-cite/
  9. Dans l’émission La Grande librairie de François Bunel sur France 5 du 9 novembre 2017.
  10. Claire Mestre
  11. Interdit désormais avant l’âge de dix-huit ans pour les femmes, loi votée par le gouvernement en 2015. Le respect de cette loi sera long à atteindre tant le pourcentage de filles mariées parfois très jeunes est très élevé.
  12. « A des années-lumière de nous », Courrier international, n°1421 du 25 au 31 janvier 2018, p.37
  13. Argument qu’elle apposé lors de l’émission de Finkelkraut (op.cit.). Son livre La fabrique du féminisme. Le passager clandestin, 2012 publie les chroniques de son combat politique.


Colloques & séminaires
Bibliothèque

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !