Éditorial

© Greg Neate, 27 mars 2010, Embankment, Londres, Angleterre. Source (CC BY 2.0)

Discriminez, discriminez, il en restera toujours quelque chose…

, , et


Claire MESTRE

Claire MESTRE est psychiatre et anthropologue, co-rédactrice en chef de la revue L’autre, membre de l’association Mana.

Myriam LARGUECHE

Myriam Largueche est psychiatre, co-thérapeute à la consultation d’ethnosystémie, Service de psychopathologie de l’enfant, de l’adolescent, psychiatrie générale et adddictologie spécialisée, Hôpital Avi- cenne (AP-HP).

Thierry BAUBET

Thierry BAUBET est professeur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l’université Paris 13, chercheur à l’INSERM U1178, chef du service de psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent, psychiatrie générale et addictologie spécialisée, Hôpital Avicenne, 125 route de Stalingrad, 93009 Bobigny Cedex.

Marie Rose MORO

Marie Rose MORO est professeure de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, Université de Paris-Descartes, chef de service de la Maison de Solenn, Maison des adolescents de Cochin. Chercheure au PCPP EA 4056 Sorbonne Paris Cité, Institut de Psychologie et CESP, INSERM.

Pour citer cet article :

Mestre C, Largueche M, Baubet T, Moro MR. Discriminez, discriminez, il en restera toujours quelque chose… L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2013, volume 14, n°3, pp. 268-270


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/editoriaux/discriminez-discriminez-il-en-restera-toujours-quelque-chose/

Mots clés :

Keywords:

Palabras claves:

L’été fut chaud ! Un tour de vis sécuritaire a jeté dans les rues des étrangers chassés de leurs hôtels et de leurs squats. Les médias en ont assez peu parlé, hormis l’occupation de locaux par des familles étrangères, qui manifestèrent avec succès à Clermont-Ferrand pour dénoncer ce traitement honteux. Plus retentissants furent les propos de Manuel Valls selon lesquels certaines familles roms ne pourraient s’intégrer et auraient vocation à repartir chez elles en Roumanie et en Bulgarie 1. Pour s’opposer à de telles positions et critiquer de tels propos, on se sent un peu seul. Bien sûr, il y eut des protestations et nous avons même entendu une déclaration de notre Premier Ministre réajustant les propos de son ministre de l’Intérieur. Et pourtant le mal est fait. La stigmatisation dans la bouche d’un de ceux qui devraient en principe être le garant d’une unité citoyenne désigne une réalité qui devient petit à petit une évidence : des étrangers présents sur le sol français sont des indésirables… Les Roms ? Mais enfin que dire des familles congolaises, arméniennes, des Afghans, des Albanais, etc. qui vivent dans des conditions tout aussi indignes ? Qui sont contraints à la débrouille et qui sont claquemurés dans la peur et l’insécurité quotidiennes ? On désigne un groupe et on construit des images, derrière lesquelles s’active une politique migratoire à légitimer ; on érige des murs contre les indésirables pour que les expulsions plus nombreuses que jamais n’entament pas notre tranquillité. Cette logique s’insinue à tous les niveaux de décision pour l’accueil des étrangers. Le domaine de la santé et des soins n’est pas épargné ; en témoigne la difficulté d’obtenir des titres de séjours pour soin avec pourtant des arguments respectant parfaitement les termes de la loi. Les décisions relèvent ainsi de plus en plus d’un arbitraire que seul le rejet de l’étranger soutient.

La loi s’applique à tous, même au plus faible, quelle que soit sa nationalité, c’est incontestable. Pas besoin de le claironner. On peut cependant regarder la réalité autrement : des mairies, des associations, des citoyens redoublent d’ingéniosité, d’idées et de projets pour accueillir les Roms dans des campements améliorés en attendant d’autres projets, pour soutenir des familles écrasées de misère grâce à des réseaux d’entraide. C’est un travail silencieux, une résistance tenace et un engagement quotidien contre la xénophobie. Les Roms eux-mêmes tentent d’agir en inversant le stigmate comme d’autres groupes discriminés l’ont fait avant eux, par exemple en organisant une Roma Pride à l’échelle européenne. La dernière, qui s’est déroulée le 6 octobre, n’a mobilisé à Paris qu’environ 200 personnes. Le risque des déclarations ministérielles aussi brèves que violentes est de disqualifier tous ces efforts, d’écraser cette solidarité qui serait vue soudain comme utopiste et déraisonnable ; le risque est de salir cette éthique de l’accueil devenue non seulement utopique mais plus encore suspecte ! Cette intervention publique pose la question de la violence d’Etat qui produit des catégories d’hommes et de femmes qui, non seulement sont différents, mais de plus, pas tout à fait humains… Elle prend donc le risque d’engendrer d’autres violences par la honte, l’humiliation et la désubjectivation. L’autre « ne serait pas aussi humain que moi ! ». Une société sûre de ses idéaux et de ses valeurs devrait pouvoir se laisser altérer et interroger par la différence pour aménager des lieux et des espaces, pour médiatiser l’altérité apparaissant com-me radicale. Or, la réponse aujourd’hui ne vient pas des politiques. Il faut en effet avoir beaucoup de rêves et d’idéal pour ne pas renoncer à changer notre société et on peine aujourd’hui à trouver des canaux médiatiques et des voix politiques pour relayer la légitimité de cette belle énergie. C’est un enjeu énorme : il nous faut regarder chaque étranger, Rom ou non, qui frappe à nos consultations et nos portes, comme une personne digne d’intérêt, une personne fragile dépendant de notre regard qui peut, si l’on n’y prête garde, se brouiller et se durcir. C’est pour cela que les propos du ministre de l’Intérieur sont inacceptables : ils jettent le trouble et la division, là où nous avons besoin de solidarité et de respect de l’autre.

Pourquoi tant de simplifications et de haine « saupoudrée » au point qu’un autre regard sur ce qui se passe n’est pas possible ou n’a pratiquement pas de place dans les médias ? Dire que les Roms comme tous les migrants en France, ce ne sont pas des problèmes mais des hommes et des femmes qui cherchent à trouver une place meilleure, ailleurs… cela a toujours existé et les voyageurs font du bien à la société qui les accueille et les regarde comme les devenus siens. Avant la deuxième guerre mondiale, c’étaient les Italiens qu’on disait inassimilables car trop catholiques, trop ruraux… et même, on leur reprochait de faire la cuisine à l’huile d’olive… Une aberration devenue aujourd’hui, une modalité saine et savoureuse de bien se nourrir… Mais on a la mémoire courte. Les étrangers, les clandestins, les « venant d’ailleurs » ont toujours porté cette étiquette, accusés d’être la source des problèmes sociaux de « ceux d’ici ». Elle devient d’autant plus problématique lorsqu’elle est instrumentalisée à des fins politiques, actant la peur fantasmatique de l’autre et de fait, son rejet. IL est la cause de mes soucis, IL doit rentrer chez lui. On oublie que le « chez nous » de maintenant a été construit et reconstruit au fil du temps grâce à une mouvance continue, un flux in-interrompu de départs et d’arrivées, d’apports et de pertes, de métissages permis justement par la rencontre permanente. Qu’en serait-il d’un ici privé de sa part d’ailleurs ? Il est de notre responsabilité de montrer que sur ces questions comme dans bien des domaines, penser ailleurs, selon l’expression de Nicole Lapierre, penser avec l’autre et pas contre, ça fait du bien à tous…

  1. Il y a évidemment des solutions d’intégration mais elles ne concernent que quelques familles, c’est illusoire de penser qu’on règle le problème des populations roms à travers uniquement l’insertion.” A la question de savoir si seulement une minorité de Roms avait un projet de vie et voulait s’intégrer en France, Manuel Valls a répondu : “Oui, il faut dire la vérité aux Français”. “Ces populations ont des modes de vie extrêmement différents des nôtres, et qui sont évidemment en confrontation, il faut tenir compte de cela, cela veut bien dire que les Roms ont vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie”, France Inter, Le 7-9, 24 septembre 2013.

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !