Note de terrain

© Denis Bocquet, Annecy 2016, 30 janvier 2016. Source (CC BY 2.0)

Les aspects socioculturels des troubles mentaux chez le peuple Shi d’hier et d’aujourd’hui

Quelle prise en charge efficace ?


Paul MUGISHO NFIZI KOYA

Paul Mugisho Nfizi Koya est Docteur en médecine, Pédopsychiatre, Traducteur et médiateur transculturel et défenseur des Droits Humains.

Barke A, Nyarko S, Klecha D. The stigma of mental illness in Southern Ghana: attitudes of urban population and patients’s views. Soc Psychiatry Epidemiol 2011; 46: 1191-1202.

Contini E, Un Psychiatre dans la Favela. Collection Les empêcheurs de penser en rond, 1995. p. 79.

Crisp AH. The tendency to stigmatise. British Journal of Psychiatry 2001; 178 &197-199.

Dope K, Mboussou M, Mbungu F. Prise en charge des malades mentaux à Libreville: les différents circuits thérapeutiques, Gabon. Médecine d’Afrique noire 2009; 5611 : 573-579.

Faisang S. La construction culturelle de la norme et de la pathologie (paru dans: Confrontation entre science et vivant, n° spécial: “Normal et Pathologique: où se trouve la frontière aujourd’hui? “, Publication du Pôle Universitaire Européen (Montpellier et Languedoc-Roussillon) 1999 ; n°1 : 9-12.

Lòpez M. Moyens de communication, stigmatisation et discrimination en santé mentale: éléments pour une stratégie raisonnable. L’Information Psychiatrique; 2007 : 83.

Shimmin C, la stigmatisation à la lumière d’une perspective sexospécifique. Le Réseau Canadian pour la santé des femmes 2009; 11(2) : 5.

Thornicroft G. Discrimination against people with mental illness. Journal of Occupational Psychology, Employment and Disability 2009; 11(1) : 56-58.

Pour citer cet article :

Repéré à https://revuelautre.com/notes-de-terrain/les-aspects-socioculturels-des-troubles-mentaux-chez-le-peuple-shi-dhier-et-daujourdhui/ - Revue L’autre ISSN 2259-4566

Lien vers cet article : https://revuelautre.com/notes-de-terrain/les-aspects-socioculturels-des-troubles-mentaux-chez-le-peuple-shi-dhier-et-daujourdhui/

Mots clés :

Keywords:

Palabras claves:

La connaissance de la maladie mentale par l’homme remonte à des siècles. La maladie mentale a eu différentes appellations selon les époques et l’appartenance culturelle. L’apparition du terme « maladie mentale » entraîne un changement des attitudes et des réactions de ceux qui se disent être « normaux » envers ceux qui sont considérés comme « anormaux ». La maladie est perçue différemment par l’entourage du malade et par le malade lui-même. La société peut demander à la famille d’élucider les diverses raisons de l’apparition de la maladie. Les raisons qu’avance la science sont difficiles à articuler par la société traditionnelle africaine.

À travers les rues et ruelles de la ville de Bukavu, Chef-lieu de la Province du Sud-Kivu, située à l’Est de la République démocratique du Congo, la population joue divers scénarii en présence des malades ou des membres de leur famille. L’uniformité culturelle de la population citadine, résultat d’une cohabitation entre le peuple Shi et les autres tribus autochtones ou non de la Province, n’a pas éloigné la population des pratiques traditionnelles. Les apports culturels modernes continuels n’ont pas détourné la population de la tradition ancestrale. La tribu Shi est presque majoritaire dans la ville, mais il existe d’autres tribus minoritaires qui vivent ensemble.

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !


Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !