Note de terrain

© Elvert Barnes, 27 mars 2012. Spring Rituals / Blossoms at Senate Park Source (CC BY-SA 2.0)

La consultation ethnosystémique d’Avicenne

Une co-construction thérapeutique et un diwan en devenir

, , , , , , et


Tahar ABBAL

Tahar Abbal est psychologue clinicien dans l’Équipe de Liaison et de Soins en Addictologie où il anime la consultation d’ethnosystémie, et il a une longue expérience des groupes de psychiatrie transculturelle. Service de psychopathologie de l’enfant, de l’adolescent, psychiatrie générale et adddictologie spécialisée, Hôpital Avicenne (AP-HP), 125 rue de Stalingrad, 93009 Bobigny cedex.

Myriam LARGUECHE

Myriam Largueche est psychiatre, co-thérapeute à la consultation d’ethnosystémie, Service de psychopathologie de l’enfant, de l’adolescent, psychiatrie générale et adddictologie spécialisée, Hôpital Avi- cenne (AP-HP).

Aymeric REYRE

Aymeric Reyre est psychiatre, responsable de l’Unité Fonctionnelle « Addictologie spécialisée de l’adulte, de l’adolescent et des parentalités » et cothérapeute à la consultation d’ethnosystémie, Service de psychopathologie de l’enfant, de l’adolescent, psychiatrie générale et adddictologie spécialisée, Hôpital Avicenne (AP-HP).

Nora BOUAZIZ

Nora Bouaziz est pédopsychiatre.

Antoine SPATT

Antoine Spatt est psychologue clinicien en libéral à Paris et est spécialiste de l’hypnose.

Olivier TAÏB

Olivier Taïeb est psychiatre, service de psychopathologie de l’enfant, de l’adolescent, psychiatrie générale et adddictologie spécialisée, Hôpital Avicenne (AP-HP).

Marie Rose MORO

Marie Rose MORO est professeure de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, Université de Paris-Descartes, chef de service de la Maison de Solenn, Maison des adolescents de Cochin. Chercheure au PCPP EA 4056 Sorbonne Paris Cité, Institut de Psychologie et CESP, INSERM.

Thierry BAUBET

Thierry BAUBET est professeur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l’université Paris 13, chercheur à l’INSERM U1178, chef du service de psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent, psychiatrie générale et addictologie spécialisée, Hôpital Avicenne, 125 route de Stalingrad, 93009 Bobigny Cedex.

Abbal T. Soigner l’invisible. La triade mère-foetus-thérapeute. In: Moro MR, De La Noé Q, Mouchenik Y, éditeurs. Manuel de psychiatrie transculturelle. Grenoble: La Pensée sauvage; 2006. p. 337-354.

Baubet T, Moro MR. Psychopathologie transculturelle. De l’enfance à l’âge adulte. Paris: Masson, Coll. « Les âges de la vie »; 2009.

Cassen M, Delile JM. Thérapies familiales et addictions: nouvelles perspectives. Psychotropes 2007; 13 (3): 229-249.

Colle FX. Toxicomanies, systèmes et familles. Où les drogues rencontrent les émotions. Ramonville: Erès; 1996.

Mauss M. Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques. L’année sociologique, 2e série, 1923-1924.

Ricoeur P. Soi-même comme un autre. Paris: Seuil; 1990.

Pour citer cet article :

Repéré à https://revuelautre.com/notes-de-terrain/la-consultation-ethnosystemique-davicenne/ - Revue L’autre ISSN 2259-4566

Lien vers cet article : https://revuelautre.com/notes-de-terrain/la-consultation-ethnosystemique-davicenne/

Mots clés :

Keywords:

Palabras claves:

« Plusieurs esprits moins enthousiastes après le survol de
cette pratique inachevée, ils seront. Nombre similaire d’inconnus,
perplexes devant la rencontre de ce champ, irrigué de la sève douce coulant de l’esprit de mes maîtres, Avicenne et Moro, s’en inspireront.
Gloire à toute modestie sachant, au moment de grandeur rayonnante,
se manifester. Qu’il me soit permis, devant mes patients, de traduire leur dire parlant, leur parole pensante, et de creuser au plus profond abîme de leur monde, tel un archéologue en quête du sens manquant ».

Tahar Abbal

Une brève définition   

L’ethnosystémie propose l’appréhension psychique de l’individu au sein de son système familial d’appartenance potentiellement mis en résonance par l’intervention d’un invisible sur l’un de ses membres. Elle prend de ce fait en compte la double représentation visible/invisible du système familial, la dialectique et l’influence alternée du dedans et du dehors et enfin la place, le rôle et le statut de l’être invisible (esprit, djinn, ancêtre…) dans le noyau familial concerné (Moro 2006).

L’approche ethnosystémique (Abbal, in Moro 2006) propose un cadre psychothérapeutique évolutif, co-construit par les membres de la famille et les thérapeutes. Elle est issue d’une rencontre métissée de deux dispositifs : celui des thérapies familiales systémiques (Colle 1996, Cassen 2007) et celui de la consultation d’ethnopsychiatrie (Baubet 2010).

Il s’agit d’une technique destinée plus spécifiquement aux personnes présentant des conduites addictives et qui vient renforcer une prise en charge médicale ou psychothérapeutique déjà mise en place. Elle est indiquée lorsque les équipes rencontrent des difficultés liées aux éléments culturels, à la dynamique familiale ou au parcours du patient, l’objet d’addiction pouvant alors se lire dans une optique transculturelle et systémique.

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !


Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !