Note de terrain

© Les Haines, Old Soviet Building Tirana Albania, 1er juin 2013. Source (CC BY 2.0)

Etude des difficultés rencontrées à la prise en charge aux urgences générales d’une patiente albanophone


Lucie JOSEPH

Lucie Joseph est interne en psychiatrie à l’Université Lyon 1.

Ben Ameur A. L’interprétariat en milieu social en France. Quarante ans de pratique pour faciliter l’intégration, la communication et la compréhension avec les migrants. Hommes et Migrations. 2010 ; 6(1288) : 86-91.

Es-Safi L. La médiation culturelle dans les hôpitaux ou comment rétablir la communication entre les patients d’origine étrangère et le personnel soignant. Pensée plurielle 2001 ; 1(3) : 27-34.

Hoquet T. Entretien avec Thierry Hoquet à propos de Cyborg philosophie : penser contre les dualismes. Cahiers philosophiques 2013 ; 2(133) : 118-129. DOI : 10.3917/caph.133.0118.

Pailhes S. De la PASS au système de santé de droit commun. Thèse de doctorat en médecine : Université Claude Bernard Lyon 1 ; juin 2008. p. 18.

Pestre E. (2010) La vie psychique des réfugiés. Paris : Editions Payot-Rivage ; 2014.

Pour citer cet article :

Joseph L. Etude des difficultés rencontrées à la prise en charge aux urgences générales d’une patiente albanophone. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2016, volume 17, n°2, pp. 244-248


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/notes-de-terrain/etude-des-difficultes-rencontrees-a-la-prise-en-charge-aux-urgences-generales-dune-patiente-albanophone/

Mots clés :

Keywords:

Palabras claves:

Pour commencer, je dois vous expliciter le “cadre”, l’ambiance du lieu où je travaillais alors car cela a toute son importance pour comprendre les modalités et les enjeux de la rencontre.

Février 2014 donc, je suis en stage aux urgences générales d’un centre hospitalier de la région lyonnaise. Il s’agit pour les psychiatres en poste sur ce service de donner un avis spécialisé, psychiatrique, pour les patients pris en charge par les urgentistes ; que les patients se présentent pour un motif initial de consultation psychiatrique ou somatique.

L’activité est variée, intense ; celle d’une clinique de l’urgence, de la “crise”. Les patients rencontrés restent hospitalisés de quelques heures à quelques jours, rarement plus. En effet, Il n’y a pas de service d’hospitalisation dédié à la psychiatrie dans cet hôpital. Les patients, si leur état de santé nécessite une hospitalisation, sont transférés dans les 24 ou 48h dans les services d’hôpitaux lyonnais ou de cliniques psychiatriques.

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !


Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !