Note de terrain

© Rosmarie Voegtli letterdance for Todays Posting: Scrap paper; stacked, bundled or scattered paper. Post it then Tag it with #TP469, 19 février 2013. Source (CC BY 2.0)

Déconstruction des identités

Du point final au point d’interrogation


Augusta RODRIGUES DE OLIVEIRA ZANA

Augusta Rodrigues De Oliveira Zana est enseignante à l’Institut Fédéral de l’Éducation, la Science et la Technologie de Rio de Janeiro (IFRJ), Docteure en Théorie Psychanalytique à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ) et en Recherches en Psychanalyse et Psychopathologie à l’Université de Paris, UFR IHSS (cotutelle).

Alcoff, L. (1988). Cultural Feminism versus Poststructuralism: The Identity Crisis in Feminist Theory. Signs, 13(3) : 405-436.

Bahri, D. 2010. Le féminisme dans/et le postcolonialisme. Dans : Verschuur, C. (Ed.), Genre, postcolonialisme et diversité de mouvements de femmes. Graduate Institute Publications. doi :10.4000/books.iheid.5859

Binkowski, G. (2018). Apresentação. Georges Devereux – da etnopsiquiatria à psicanálise como artifício paradigmático das ciências humanas e sociais. Lacuna: uma revista de psicanálise, 6 : 7. Disponible sur : https://revistalacuna.com/2018/12/14/n06-07/

Birman, J. (2003). Freud e a filosofia. Rio de Janeiro, Bresil : Jorge Zahar.

Butler, J. (2006). Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité. Paris, France : La Découverte.

Chakraborty, M. N. (2010). Everybody’s Afraid of Gayatri Chakravorty Spivak: Reading Interviews with the Public Intellectual and Postcolonial Critic. Signs: Journal of Women in Culture and Society, 35(3): 621-645

Devereux, G. (2012). De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement. Paris, France : Flammarion.

Fraser, N., Honneth, A. (2003). Redistribution or Recognition? A political-philosophical exchange. Londres-New York: Verso.

Freud, S. (2004). D’une vision de monde. Dans : Freud, S., Œuvres complètes, XIX (pp. 242-268). Paris, France : Presses universitaires de France.

Safatle, V. (2012). Grande hotel abismo: por uma reconstrução da teoria do reconhecimento. São Paulo, Brésil : Martins Fontes.

Scott, J. (1988). Genre : une catégorie utile d’analyse historique. Les Cahiers du GRIF, 37-38 : 125-153. Disponible sur : https://www.persee.fr/doc/grif_0770-6081_1988_num_37_1_1759

Silva, A. R., Terra, D. C. T. (2013). A expansão dos institutos federais de educação, ciência e tecnologia e os desafios na contribuição para os desenvolvimentos local e regional. Seminários de Planejamento e desenvolvimento. Curitiba, 1-15. Disponible sur: http://www.eventos.ct.utfpr.edu.br/anais/snpd/pdf/snpd2013/Arthur_Rezende.pdf

Voegtli, M. (2010). Quatre pattes oui, deux pattes, non ! L’identité collective comme mode d’analyse des entreprises de mouvement social. Dans: Agrikoliansky, E., (éd.), Penser les mouvements sociaux : conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines (pp. 203-223). Paris, France : La Découverte.

Woodward, K. (2002). Concepts of identity and difference. Dans : Woodward, K., (éd.), Identity and difference (pp. 7-62). London, UK: Sage.

Pour citer cet article :

Rodrigues De Oliveira Zana A. Déconstruction des identités. Du point final au point d’interrogation. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2020, volume 21, n°3, pp. 350-355


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/notes-de-terrain/deconstruction-des-identites/

Mots clés :

Keywords:

Palabras claves:

Au cours de l’histoire, le champ de la lutte pour les droits a présenté différentes configurations. Aujourd’hui, les personnes que l’on désigne par le terme de « minorités » revendiquent la reconnaissance de leurs spécificités afin que leurs droits soient assurés, ce qui renvoie à la « reconnaissance » de l’identité, selon Nancy Fraser et Axel Honneth (2003). Au vu du contexte culturel dans lequel le mouvement féministe s’est développé, où la représentation politique, sociale et juridique des femmes était nulle ou presque, les militantes et théoriciennes féministes ont cherché à développer un langage capable de les représenter. La notion de « femme » fonctionne ainsi comme la cheville ouvrière des mouvements et théories féministes. Or, Linda Alcoff (1988) souligne les risques induits, dans la tentative de parler au nom des femmes, par la supposition de savoir a priori ce qu’elles sont. Selon Judith Butler (2006, p. 61), si la quête de représentation est une façon de rendre visible et légitime, elle participe également de la fonction normative du langage, de sorte que « le sujet féministe [est] en réalité discursivement constitué par le système politique, celui-là même qui est supposé permettre son émancipation ». Cependant, est-il seulement possible de remettre en question un régime normatif sans faire référence à des catégories produites historiquement, mais qui jouent un rôle dans le réel ? L’idée de « dépasser les identités » est-elle possible dans n’importe quel contexte ?

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !



Colloques & séminaires
Bibliothèque

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !