Note de terrain

© Biodiversity Heritage Library, n670_w1150, Compléments de Buffon. t.1., Paris : P. Pourrat Source (CC BY 2.0)

Binsamu, contes et comptines Kongo


Olivier BIDOUNGA

Olivier Bidounga est né en 1941 à Bakongo, un des quartiers de Brazzaville au Congo, dans une famille kongo-lari originaire de la région du Pool, après avoir travaillé quelques années au Musée de Brazzaville puis au Musée de Kinkala, Olivier Bidounga s’est fixé en France en 1984. Loin désormais de son pays et de ses origines, Olivier Bidounga n’a de cesse de creuser sa mémoire pour retrouver les traits de la culture kongo en voie de disparition, de s’interroger sur la langue lari, sur l’étymologie des mots, sur le sens des proverbes, sur l’origine des institutions kongo. Créateur de l’association ADECA (Association pour le Développement Culturel et Artistique du Congo), Olivier Bidounga est également co-fondateur de la FCD (Fédération des Congolais de la Diaspora) qui s’est fait connaître par ses prises de position très fermes en regard de la situation politique actuelle au Congo. En février 2015, Olivier Bidounga a été fait chevalier des Arts et Lettres par le Ministre de la Culture et de la Communication, Madame Fleur Pellerin.

Bidounga O. Note sur un grand fétiche kongo, le Kinguizila. L’Autre, cliniques, cultures et sociétés. 2001 ; 2(2) : 301-310.

Bidounga O. Le Bunganga, source de création des objets qui soignent chez les Kongo. L’Autre, cliniques, cultures et sociétés 2005 ; 6(3) : 419-431.

Bidounga O. Le Bunzonzi, un art de la parole chez les Kongo, Lari, Sundi. Droit et culture 2007, 1(53) : 220-226.

Bidounga O. Ndambulu : de la cuisine chez les Kongo, Lari et Soundi de la République du Congo. L’Autre, cliniques, cultures et sociétés 2013, 14(1) : 105-110.

Balouboula-Ndoulou F. Merveilleux contes africains de Mâ Ndulu, tomes I, II et III. Auto-édition ; 2012-2013-2014.

Baniafouna C. Congo Démocratie, volume 3 : la bataille de Brazzaville, 5 juin-15 octobre 1997. Paris : L’Harmattan ; 2008.

Caby-Livannah A. Contes et histoires du Congo. Paris : L’Harmattan, coll. La légende des mondes ; 2006.

Koutekissa M. Contes et légendes du Congo. Echirolles : Cyr Editions ; 2008.

Kimunu-Makumbu F. Contes d’Adolphine Nzonza, recueil de contes kongo. Brazzaville : Editions Acoria ; 2011-2012.

Laman K.The Kongo IV. Upsala : Studia ethnographica upsaliensia XVI : 1968, 198 p.

Lhoni PJ. Le masque des mots : sous le toit de mon père, traduction de 500 proverbes kongo en français. Châtenay-Malabry : Acoria éditions ; 2005.

Mabanza A. Les contes Zombo et Kongo. Paris : L’Harmattan ; 2013.

Mizère D. Le soir au Bongui, recueil de contes kongo. Paris : L’Harmattan ; 2014.

NKaloulou B. Nkengue, la belle et le diable : contes du Congo-Brazzaville. Paris : L’Harmattan, coll. La légende des mondes ; 2006.

Nkaloulou B. Verger de N’Go le Léopard, Contes du Congo. Paris : L’Harmattan, coll. La légende des mondes ; 2012.

Pour citer cet article :

Repéré à https://revuelautre.com/notes-de-terrain/binsamu-contes-et-comptines-kongo/ - Revue L’autre ISSN 2259-4566

Lien vers cet article : https://revuelautre.com/notes-de-terrain/binsamu-contes-et-comptines-kongo/

Mots clés :

Keywords:

Palabras claves:

Ntsesi l’antilope, propos introductif de Marie-Claude Dupré

Les souvenirs d’Olivier Bidounga nous invitent, cette fois, à nous asseoir près du feu des femmes, à la nuit tombante, pour écouter les contes dits, et avec quel talent, par sa grand-mère.

L’ethnologue, c’est son métier, cherche confirmation dans sa bibliothèque. Bonne pioche ! le 4° livre de Karl Laman, The Kongo IV (1968), nous offre une petite centaine de pages égrenant des contes transcrits par les cathéchistes de la mission évangélique du Congo, avant 1918. Le chapitre « Contes » ouvre sur cet avertissement : « Ntsesi, la gazelle rusée, ou Ngo le léopard féroce, ou les deux sont les personnages principaux de beaucoup de contes sundi ». Le colonialisme analphabète ne les avait pas encore nommés « lièvre » et « panthère » ; et l’on se régale à les lire, après avoir écouté la grand-mère d’Olivier, car les divers scribes parsèment leurs récits d’onomatopées savoureuses qu’ils prennent soin de signaler au lecteur. Le singe qui escalade un arbre « nzala-nzala », le cri d’un oiseau de nuit « Carara », la grenouille qui sort de sa cachette en faisant bruire le feuillage « sosolo-sosolo » et qui fait feu « te-e », deux personnages qui en viennent aux mains « kulukutu-kulukutu », le coq qui chante « koko-dyo-ko-aa », le forgeron qui actionne les soufflets « kutubulu-kutubulu », etc.

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !


Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !