Note de terrain

© Bridget Coila, Holding Hands With a Newborn Baby (January 11, 2010). Source (CC BY 2.0)

Accueil du nouveau-né au CADA d’Eysines

Entre l’intimité de la langue maternelle et la socialisation dans la langue d’adoption. Quelle place pour l’interprète ?

, , et


Roxana SANCA

Roxana Sanca est psychologue clinicienne, Association Mana, 86, cours d’Albret, 33000 Bordeaux.

Céline ALLAFORT

Céline Allafort est éducatrice spécialisé au CADA d’Eysines.

Zineb MANTRACH

Zineb Mantrach est psychomotricienne et psychologue à l’association Mana.

Irina POSTOLACHE

Irina Postolache est anthropologue à l’association Mana.

Abdallah-Preticeille M. Langue et identité culturelle. Enfance 1991; 44 (4): 305-309.

Allafort C, Sanca R, Postolache I, Mantrach Z, La parentalité à l’épreuve de l’exil, un groupe à médiation, multiculturel et pluridisciplinaire. Cliniques 2016; 12: 163-180.

Mestre C, Gioan E, Comment la culture vient aux femmes à la naissance de leur bébé? Spirale 2014; 2 (70): 85-92.

Mestre C. (dir) Bébés d’ici, mères d’exil. Toulouse: Erès; 2016.

Moro M. Psychothérapie transculturelle des enfants de migrants, Paris: Dunod; 1998.

Rochette J. Le rituel, la mère et le bébé: un dispositif de soin en périnatalité, les groupes de présentation de bébés. Revue de psychothérapie psychanalytique de groupe 2003; 40: 93-126.

Yahyaoui A, Ethiard S. Exil et étayage culturel: le cas de la dyade mère-enfant. Corps, Espace-Temps et Traces de L’exil 1993 : 131-139.

Pour citer cet article :

Sanca R, Allafort C, Mantrach Z, Postolache I. Accueil du nouveau-né au CADA d’Eysines : entre l’intimité de la langue maternelle et la socialisation dans la langue d’adoption. Quelle place pour l’interprète ? L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2017, volume 18, n°1, pp. 104-109


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/notes-de-terrain/accueil-nouveau-ne-cada-deysines/

Mots clés :

Keywords:

Palabras claves:

Comment accompagner des mères migrantes et leurs bébés dans la construction de leurs liens ? Quelle approche proposer afin de prendre en compte “l’entre-deux” de leurs réalités subjectives ? Et comment rester attentif à “l’entre-deux” de la migration où se côtoient deux réalités culturelles, celle du pays d’origine et celle du pays d’accueil ? Nous empruntons cet “entre-deux” à la clinique transculturelle, où il apparaît à la fois comme une possible source de clivage et comme, potentiellement, porteur d’une grande créativité (Moro 1998). Nous l’interrogeons tout particulièrement au fil de notre travail dans le cadre d’ateliers “accueil du nouveau-né et parentalité”.

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu ou abonnez-vous !


Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !