Article original

© Emmanuel DYAN, Small Fortress, Terezin, Czech Republic, 18 octobre 2004. Source (CC BY 2.0)

La croyance à l’épreuve du groupe

et


Angélique GOZLAN

Angélique Gozlan est docteur en psychopathologie et psychanalyse de l’Université Paris VII, Psychologue clinicienne au CMP enfants et adolescents de Bobigny, anciennement à l’OSE, avec une pratique individuelle et groupale, notamment à médiations (art plastique, modelage et numérique). Sa recherche porte sur les enjeux psychiques chez le sujet des espaces virtuels tels que les réseaux sociaux, les jeux vidéo et la cyberpornographie.

Rémy POTIER

Rémy Potier est docteur en psychopathologie, maître de Conférences en Psychopathologie, Centre de Recherches Psychanalyse, Médecine et Sociétés – EAD N˚3522, Université Paris Diderot - Sorbonne Cité.

Chapelier JB. Temps et croyance: de l’éternité à la sexualité. Revue de psychothérapie psychanalytique de groupe. 2007; 2 (49): 61-75.

Chapelier JB. Apport de la clinique des groupes à la métapsychologie: le concept d’auto-engendrement. Revue de psychothérapie psychanalytique de groupe. 2005; 2 (45): 69-90.

Falguière J. Liens de croyance et convictions partagées. Revue de psychothérapie psychanalytique de groupe 2007/2; 49: 98-99.

Freud S. (1915-1916) Nouvelles conférences sur la psychanalyse. Paris: Gallimard; 1936.

Freud S. L’avenir d’une illusion («Die Zukunft einer Illusion»), 1927; trad. de l’allemand par Anne Balseinte et al. Paris: PUF; 2002.

Green A. La causalité psychique entre nature et culture. Paris: Odile Jacob; 1995.

Kaës R., L’idéal, l’idée, l’idole, Interview. Paris: Dunod; 2016.

Kaës R., La parole et le lien. Paris: Dunod; 2010.

Kaës R., Pour inscrire la question du lien dans la psychanalyse. Le Divan familial 2005; 2 (15): 73-94.

Kristeva K. L’incroyable besoin de croire. Paris: Bayard; 2007.

Lacan J. Le séminaire Livre I, Les écrits techniques de Freud. Paris: Le Seuil; 1975.

Laxenaire M. Croyance et psychologie des foules. Revue de psychothérapie psychanalytique de groupe 2007; 2 (49): 9-24.

Moro MR. Manuel de psychiatrie transculturelle, travail clinique, travail social. Paris: La Pensée sauvage; 2006.

Struyf D. Croyance religieuse et psychothérapie: du symptôme aux ressources. Thérapie familiale 2007; 1 (28): 71-82.

Pour citer cet article :

Gozlan A, Potier R. La croyance à l’épreuve du groupe. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2017, volume 18, n°3, pp. 340-351


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-originaux/croyance-a-lepreuve-groupe/

La croyance à l’épreuve du groupe

Cet article rend compte de l’enjeu groupal dans une prise en charge multifocale d’un adolescent au sein de l’association O.S.E (Œuvre de Secours aux Enfants). Nous interrogeons la notion de la croyance au regard d’un groupe thérapeutique de parole pour adolescents. La question de la croyance est pensée dans l’une de ses dimensions comme entrave aux processus de soin, échec lié à un mécanisme de défense face à l’étranger. Comment la croyance pour un adolescent s’avère-t-elle être un mécanisme de défense? S’agit-il ici de croyance ou de crédulité? Le développement et l’analyse du cas de Yigdal mettront en relief les alliances et résonnances inconscientes autour de la croyance dans ce groupe. Ils permettront de saisir la transformation d’une croyance groupale en une crédulité toute individuelle qui s’aménagera comme défense à l’altérité et au processus de subjectivation adolescent.

Mots-clés: Judaïsme, institution, appareil psychique groupal, croyance, cas clinique, culture, adolescent, groupe d’adolescents.

Mots clés :

Faith tested by the group

This article reports on group issues involved in the multi-focal care given to an adolescent within the Association OSE (Oeuvre de Secours aux Enfants-Children’s Welfare Agency). We question the notion of faith in a therapeutic support group of teenagers. The question of faith is thought like an obstacle to the care process, a failure related to defense mechanisms when faced with foreigners.. How can faith be a defense mechanism for the adolescent? Is it faith or credulity? The development and analysis of Yigdal’s case will underline the unconscious alliances and resonances with regard to the faith within the teenagers group. It will capture the transformation of group faith into an individual credulity, which is built as a defense mechanism to otherness and the process of adolescent subjectivation.

Key-words: Judaism, institution, psychic group apparatus, faith, clinical study, culture, adolescent, group of adolescents.

Keywords:

Las creencias puestas a prueba por el grupo

Este artículo trata de la importancia del fenómeno grupal en un tratamiento multifocal de un adolescente, llevado a cabo en la asociación OSE (Obra de Ayuda a los Niños). Nos cuestionamos sobre la noción de creencia en el contexto de un grupo de palabra terapéutico para adolescentes. La cuestión de la creencia es pensada en una de sus dimensiones como obstáculo a los procesos de curación, en relación con un mecanismo de defensa contra un extranjero. Cómo la creencia deviene un mecanismo de defensa para un adolescente? Es creencia o credulidad? El desarrollo y el análisis del caso de Yigdal muestran las alianzas y resonancias inconscientes alrededor de la creencia en ese grupo. Este análisis permitirá la comprensión de la transformación de una creencia grupal en una credulidad individual que se instala como una defensa contra la alteridad y contra el proceso de subjetivación de la adolescencia.

Palabras claves: Judaísmo, institución, aparato psíquico grupal, creencia, caso clínico, cultura, adolescente, grupo de adolescentes.

Palabras claves:

Le besoin de croire se définit comme relevant à la fois d’une nécessité, d’une extrême envie et d’une marque d’un manque1. Être dans la nécessité ou l’extrême envie d’« être persuadé qu’une chose est vraie, est réelle »2 n’est-il pas le reflet d’un autre besoin du sujet, celui de l’illusion d’une complétude ? Winnicott (1975), avec le concept d’illusion primitive, avait pointé ce besoin du petit enfant de croire qu’il crée le monde qui l’entoure. Selon le psychanalyste pédiatre, l’illusion primaire est fondamentale dans la constitution du sentiment de continuité d’existence et permet à l’enfant de se différencier de la fusion maternelle pour soutenir l’émergence du Je. En ce sens, la croyance a sa place dans le processus nécessaire au devenir sujet. Le besoin de croire concerne la quête de sens du sujet et par là-même, relève du processus de subjectivation.

Dans la relation thérapeutique, l’absence de croyance partagée confronte le patient croyant à la neutralité bienveillante du thérapeute qui par son positionnement permet un déplacement quant aux identifications au même et à l’indifférenciation propre à chaque communauté religieuse. Cet enjeu semble se traiter différemment au sein des groupes thérapeutiques, grâce aux processus groupaux engageant une diffraction des transferts et une dynamique qui soutient l’intersubjectivité. Kaës a souligné le lien étroit entre croyance et idéologie au sein des groupes : « Il n’est pas possible d’être idéologue, ou croyant, seul : le soutien de la créance de l’Autre, de plus-d’un-autre, est nécessaire, il est exigé contre le doute, l’incertitude et l’épreuve de réalité. La communauté de croyance et d’adhésion à une Idée omnipotente, à un Idéal absolu et à une Idole préservatrice de la mort fait tenir le corpus idéologique dans son unité et l’ensemble social qui lie chacun à chacun. » (Kaës 2016, p. 37). Comment dès lors qu’il existe un conflit idéologique important au sein de la communauté de croyance, celle-ci peut-elle maintenir son unité ? La prise en charge du cas de Yigdal, 12 ans, dans le cadre de l’Unité Adolescence de l’OSE3 permettra ici d’interroger les enjeux de l’idéologie, de la croyance et de la crédulité depuis le cadre thérapeutique spécifique du groupe et de l’individu dans le groupe. La question de la croyance, en tant que catalyseur des conflits idéologiques au sein du groupe, est ici pensée dans l’une de ses dimensions comme entrave aux processus de soin, échec lié à un mécanisme de défense face à l’étranger. Nous partirons donc du contexte clinique pour restituer la façon dont les conflits idéologiques se sont faits jour au sein d’une prise en charge groupale. Puis, nous prendrons le point de vue individuel en groupe afin d’interroger les enjeux psychiques du besoin de croire dans ce contexte.

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !

  1. Définition de besoin, Le Littré, repéré à : http://www.littre.org/definition/besoin
  2. Définition de croire, repéré à http://www.littre.org/definition/croire
  3. L’œuvre de Secours aux Enfants est une association de confession juive créée le 28 octobre 1912 et qui a acquis une renommée internationale au sein de la communauté juive, notamment en France et à Paris où elle s’est implantée de façon à être particulièrement repérée de par les structures de soins qu’elle offre au public.

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !