Dossier

© Chloé Poizat Source D.G.

Peut-on oublier ?

Coordonné par  et

Consulter le dossier complet en ligne :  15,00  TTC Ajouter au panier

Lorsque nous nous proposons de nommer les multiples figures de l’absence que nous rencontrons dans la pratique clinique, les « oublis »,non seulement nous en faisons des objets de travail propices à activer nos pensées, mais nous nous tenons hors de l’accablement et de l’affiliation au vide.

L’oubli travaille, nous travaille : il n’est jamais anodin d’oublier un rendez-vous, d’oublier les noms et professions de ceux que vous venez rencontrer en consultation.

L’oubli nous travaille du dehors, et du dedans, il nous accapare et parfois s’incorpore devenant objets de désordre : des enfants s’oublient (enfants énurétiques) ou oublient systématiquement leurs leçons consciencieusement apprises et récitées la veille, d’autres enfants oublient de parler à l’école la langue du pays d’accueil.


Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !