« Ce n’est qu’un nom sur une liste, mais c’est mon cimetière »

Traumas, deuils et transmission chez les enfants juifs cachés en France pendant l’Occupation

 

20,00  TTC

Ouvrage de Yoram Mouchenik

Préfaces de Boris Cyrulnik et Marie Rose Moro

« À partir du moment où nous sommes revenus à la maison, en 1945, jusqu’à la libération des camps, on y croyait encore. On attendait maman, on écoutait les listes à la radio. Papa allait à Paris pour voir devant l’hôtel Lutétia les listes qui étaient affichées…

Pendant des années, je ne pouvais pas parler. J’assistais aux manifestations, mais je ne témoignais pas, je ne parlais de rien. J’en étais absolument incapable, j’étouffais, je pleurais. »

Ce livre décrit le cheminement contemporain d’un groupe spécifique d’enfants juifs, orphelins de la Shoah, qui ont survécu au génocide, cachés et traqués. Soixante ans plus tard, la communauté de destin de leurs parents déportés par le même convoi, partis de France pour Auschwitz en 1942, sera le lien pour la création d’une association. Les récits des uns et des autres permettent de percevoir les multiples itinéraires où chacun avait encore à élaborer les traumatismes d’une enfance saccagée. Mais au-delà des douleurs, cet ouvrage, dans son approche originale, explore les dynamiques personnelles et collectives, étayées par le groupe, qui transforment les anciens « enfants cachés » en passeurs de mémoire et d’histoire, pour ne pas les figer comme le dernier maillon d’une chaîne brisée.

Yoram Mouchenik est psychologue-psychothérapeute, Docteur en anthropologie, chargé de cours à l’université Paris 13 et consultant pour Médecins Sans Frontières.

Sommaire

Préface de Boris Cyrulnik : J’aimerais tant pouvoir en parler
Préface de Marie-Rose Moro : Tragique paradigme : les enfants juifs cachés en France pendant l’occupation

Introduction

Marc : Personne ne nous a psychanalysés après cette guerre, personne ne nous a aidés à supporter les conséquences de cette guerre
Henri : Pendant longtemps, j’ai erré sans pouvoir savoir qui m’avait sauvé la vie
Odile : Ce n’est qu’un nom sur une liste, mais c’est mon cimetière
Michèle : Je marchais sur la pointe des pieds car j’avais l’impression de marcher sur les morts
Nicole : Dans mon ventre, mes enfants étaient déjà traumatisés par l’horreur et par le désespoir que j’ai toujours portés
Éliane : Je me rendais à peine compte que je vivais encore
Sylvie : J’insistais pour qu’il n’y ait pas cet oubli et cette seconde disparition des personnes déportées du fait qu’il ne serait rien écrit sur elles
Martine : On savait qu’il ne fallait pas qu’on parle de cela, c’était la douleur
Ernest : Je suis un peu un chien de garde du souvenir
Maurice : Un bled s’appelait « la mort-aux-juifs », en pleine Beauce, on a fait une action pour supprimer ce lieu-dit
Adrienne :On a beau nous dire : faites le deuil, moi je ne veux pas faire le deuil, faire le deuil c’est les faire mourir une seconde fois
Albert : Je me réveille au milieu de nuit et je m’inquiète, je dois me lever et allumer la lumière ou la télévision pour faire du bruit. Pour pouvoir penser à autre chose
Roger : Je n’ai jamais su pourquoi je m’emportais comme ça
Véronique : Quand j’étais petite fille, toute petite fille jusqu’à mon adolescence, j’étais persuadée que la Shoah n’était arrivée qu’à ma mère
Gérard : L’enfant sait intuitivement qu’il s’est passé un drame, il a tendance à vouloir réparer, il n’en parle pas
Lucien : Chacun revenait cassé, brisé et voulait refaire une vie en essayant d’oublier

Conclusion

Bibliographie

Format 14 x 21,5 cm, 176 pages, ISBN 2 85919 218 2

Collection Trauma

Panier

Bibliothèque