Article original

© Pascal, Count Brickula, 16 octobre 2010. Source (CC BY 2.0)

Zombies et vampires : quels autres pour le préadolescent ?


Marine GROSS

Marine Gross est psychologue clinicienne, CH George Sand, service de pédopsychiatrie, 18000 Bourges.

Abraham N, Török M. (1978) L’écorce et le noyau. Paris: Flammarion; 1987.

Birraux A. Le corps adolescent. Paris: Bayard; 2004.

Birraux A. L’élaboration phobique. Adolescence 1990; 8 (1): 9-24.

Dejours C. L’inné et l’acquis. Carnet Psy 2013; (173): 37-40.

Freud S. (1905) Trois Essais sur la théorie sexuelle. Paris: Gallimard; 1987.

Freud S. (1912-1913) Totem et tabou. Paris: Petite Bibliothèque Payot; 1997.

Freud S. (1919) L’inquiétante étrangeté. Paris: Gallimard; 1985.

Gutton P. Adolescens. Paris: P.U.F.; 1996.

Gutton P. Le Pubertaire. Paris: P.U.F.; 1991.

Gutton P. Une création à l’université: L’unité de recherches adolescence. Recherches en psychanalyse 2004; 1 (1): 21-26.

Kestemberg E. La pathologie de l’adolescence: prémices, passage ou catastrophe? In: Ladame F, Jeammet P. La psychiatrie de l’adolescence aujourd’hui. Paris: P.U.F.; 1986. p. 17-35.

Ladame F, Charpine Piscaglia I. Le corps et l’âme. Adolescence 2005; 23 (2): 353-362.

Laurie L. Les figures transférentielles, ou « mais que me veut le mort? ». Champs Psy 2003/2004; 32: 19-37.

Rousseau JJ. (1792) Émile ou de l’éducation. Paris: Garnier-Flammarion; 1966.

Winnicott DW. (1939) Agressivité, culpabilité et réparation. Paris: Petite Bibliothèque Payot; 2004.

Pour citer cet article :

Gross M. Zombies et vampires : quels autres pour le préadolescent ? L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2014, volume 15, n°2, pp. 219-227


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-originaux/zombies-et-vampires-quels-autres-pour-le-preadolescent/

Zombies et vampires : quels autres pour le préadolescent ?

De jeunes garçons préadolescents consultent en pédopsychiatrie dans le cadre d’angoisse émergeant à la tombée de la nuit et s’incarnant à travers la terreur d’être assaillis par des hordes de vampires et de zombies. Notre réflexion s’est portée sur les particularités communes à ces figures d’horreur et à cette période qu’est la préadolescence, le partage de territoires que nous pourrions appeler entre-deux. Puis nous nous sommes interrogés sur ce qui se rejouait et venait là faire effraction, de quel retour du refoulé s’agissait-il ? Zombies et vampires comme métaphores de l’émergence de l’étranger en soi mais aussi incarnation de figures infantiles tels la mère archaïque et le père séducteur-castrateur. Horde sauvage confrontant le préadolescent à une sexualité débridée et interrogeant la question de la mort. Autant de projections possibles dans des mises en scène permettant non seulement de capter le conflit propre à cette période de l’existence mais aussi et surtout de l’organiser.

Mots clés : angoisse, figures d’horreur, garçons préadolescents, horde sauvage, incarnation de figures infantiles, l’étranger en soi, retour du refoulé, territoires d’entre deux, vampires et zombies.

Zombies and vampires : what else for the pre-teenager?

Some young pre-teenager boys consult based on the anxiety they feel at nightfall shown through the terror of being assaulted by hordes of vampires and zombies. We first focused on the existing similarities between these figures of horror and this period of pre-teenagehood: the sharing of territories that we could call «in between». We then considered the following question: what is here being replayed that is suddenly breaking through, what kind of repression was resurfacing? Zombies and vampires must be here considered as metaphors of the stranger inside but also as the incarnation of infantile figures such as the archaic mother and the seductive and castrating father. The wild horde would thus confront the pre-teenager with an unbridled sexuality and question the idea of death. An array of many potential projections through various scenarios enable grasping conflicts specific to this period of life, but also, and above all, to organise it.

Keywords: anxiety, figures of horror, incarnation of infantile figures, pre-teenager boys, repressed re-entering, territories « in between », the stranger inside, vampires and zombies, wildest horde.

Zombis y vampiros : cuales otros por el preadolescente?

Algunos jóvenes preadolescentes consultan en psiquiatría infantil por una angustia que aparece al anochecer y que se manifiesta por un miedo de ser atacados por hordas de vampiros y de zombis. Nuestra reflexión se ocupó de las particularidades comunes a estas figuras de horror en este periodo de la preadolescencia, un territorio que podemos llamar entre dos. Además nosotros nos interrogamos sobre lo que se juega y viene a hacer efracción, de qué retorno de lo reprimido se trata? Zombis y vampiros como metáforas de la emergencia del extranjero en sí mismo, pero también la encarnación de figuras infantiles como la madre arcaica y el padre seductor-castrador. Horda salvaje que confronta el preadolescente a una sexualidad desbordante y que cuestiona sobre la muerte. Tantas proyecciones posibles en estas puestas en escena que permiten no solamente captar el conflicto propio a este periodo sino también, y sobre todo, organizarlo.

Palabras claves: angustia, el extranjero en sí mismo, encarnación de figuras infantiles, figuras de horror, horda salvaje, preadolescentes, retorno de lo reprimido, territorios de entre dos, vampiros y zombis.

La figure du fantôme dans l’enfance : un informe drapé ?

Le monde de l’enfance est peuplé de créatures et monstres effrayants. S’incarnant à chaque fois de façon singulière, ces figures convoquent et condensent des angoisses et fantasmes infantiles spécifiques aux différents stades du développement. Ces objets empruntent souvent, dans une analogie formelle, les traits de l’angoisse sous-jacente (loup, ogre concernent des angoisses orales de dévoration etc.) Parmi ces créatures, se distingue une figure particulière, celle du fantôme. Être surnaturel aux contours irréels et imprécis, il erre entre deux-mondes, celui des morts et celui des vivants. Que vient t-il questionner chez l’enfant, ou pour reprendre une formule de L. Laufer (2003-2004 : 19) « mais que me veut le mort ? » Le fantôme, apparence désincarnée sous laquelle se manifeste une personne décédée, pose la question de la mort et celle de la disparition. Il peut être envisagé comme figure mise au profit dans l’apprivoisement de la mort. En effet, le fantôme donne forme à l’angoisse terrifiante de l’informe qu’est l’impossible représentation de la mort. L’enveloppe flottante qui le représente, parfois un simple drap, vient donner contours à l’énigme de la mort. Mais l’irruption de cette figure, dans certaines histoires familiales, interroge le clinicien sur ce qui vient faire retour. Ces fantômes qui sont-ils ? Représentations imaginaires ou incarnations d’ancêtres ? A qui s’adressent-ils et à qui appartiennent-ils, à l’enfant ou à un de ses parents ? « Le fantôme est une formation de l’inconscient qui a pour particularité de n’avoir jamais été consciente-et pour cause-, et de résulter du passage-dont le mode reste à déterminer-de l’inconscient d’un parent à l’inconscient d’un enfant » (Abraham & Török 1987 : 429).

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !


Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !