Article original

© Bernal Saborio plane shadow, 1 decembre 2016. Source (CC BY-SA 2.0)

Souffrance et « pensée sauvage »

Ethnographie d’une catégorie générale de malaise


Lia GIANCRISTOFARO

Lia Giancristofaro est professeure d’Ethnologie à l’Université d’État Gabriele D’Annunzio, Chieti-Pescara, Italie.

Bateson, G. (1936). A Survey of the Problems suggested by a Composite Picture of the Culture of a New Guinea Tribe drawn from Three Points of View. Stanford University Press.

Cercone, F. (1982). Il culto di San Donato nella Valle Peligna. Rivista Abruzzese, 1(35), 59-62.

De Martino, E. (2005, Oeuvre originale publiée par Il Saggiatore, 1957). The Land of Remorse: A Study of Southern Italian Tarantism. Free Association Books.

Di Nola, A. M. (1976). Gli aspetti magico-religiosi di una cultura subalterna italiana. Boringhieri.

Di Nola, A. M. (1984). Santi e malattie. Etruria oggi. 3(9), 12-17. 

Di Nola, A. M. (1985). La messe del dolore in Abruzzo. Rivista Abruzzese. 27(3-4), 187-201.

Di Nola, A. M. (1986). Storia di un “morbo sacro”. L’epilessia nella storia delle culture. Riza Psicosomatica, 12(62), 48-52.

Di Nola, A. M. (1987). Il diavolo. Newton Compton.

Finamore, G. (1966, oeuvre originale publiée par Pedone Lauriel, 1890). Credenze, usi e costumi abruzzesi. Forni.

Giancristofaro, E. (1967). Il male sacro in Abruzzo: appunti per una indagine socio-culturale sulla epilessia nella tradizione popolare abruzzese. Rivista Abruzzese, 4(30), 245-258.

Giancristofaro, E. (1971). Il mangiafavole. Inchiesta diretta sul folklore abruzzese. Olschki.

Giancristofaro, E. (1989). La medicina popolare d’Abruzzo e Molise. Dans T. Seppilli (dir.), Medicina e Magia (pp. 174-181). Electa.

Giancristofaro, E. (2003). Le superstizioni degli abruzzesi. Quaderni della Rivista Abruzzese.

D’Amico, R., Cipulli, M., & Giancristofaro, L. (2010). Vivere con l’epilessia. Franco Angeli.

Graeber, D. (2015). Radical alterity is just another way of saying “reality”. A reply to Eduardo Viveiros de Castro. Journal of Ethnographic Theory, 5(2), 1-41.

Greimas, A. J. (1992). Of Gods and Men: Studies in Lithuanian Mythology. Indiana University Press.

Heritier, F. (2002, oeuvre originale publiée par Odile Jacob, 1996). Maschile e femminile, il pensiero della differenza, Laterza.

Iannaccone, S. (2000). La luna, il Sangue, l’incenso. Intervista sull’epilessia tra scienza e mito. Guida.

Laplantine, F. (1986). Anthropologie de la maladie. Étude ethnologique des systèmes de représentations étiologiques et thérapeutiques dans la société occidentale contemporaine. Payot.

Lombardi Satriani, L. (1980). Introduzione. Dans E. De Martino (dir.), Furore, simbolo, valore (p. 5-14). Feltrinelli.

Troncarelli, F. (1981). Il velo della follia. Dans G. Lützenkirchen, G. Chiari, F. Troncarelli, M. Saci & L. Albano (dirs.), Mal di luna (pp. 82-84). Newton Compton.

Priori, D. (1980, oeuvre originale publiée par CET, 1957). Folklore abruzzese. Itinerari.

Rivera, A. (1987). Il mago, il Santo, la morte, la festa. Dedalo.

Rossi, A. (1970). Lettere da una tarantata. De Donato. 

Rossi, A. (1986, oeuvre originale publiée par Laterza, 1971). Le feste dei poveri. Sellerio.

Pour citer cet article :

Giancristofaro L. Souffrance et « pensée sauvage ». Ethnographie d’une catégorie générale de malaise. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2021, volume 22, n°3, pp. 329-339


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-originaux/souffrance-et-pensee-sauvage/

Souffrance et «pensée sauvage». Ethnographie d’une catégorie générale de malaise dans les Abruzzes

L’article interroge la signification de la “transmutation”, appelée mutanza dans plusieurs dialectes locaux italiens. Il s’agit d’une catégorie générale de malaise avec perte de connaissance et convulsions, documentée dans les Abruzzes, mais aussi dans une zone plus large de l’Italie centrale, depuis la seconde moitié du XIXe siècle et faisant généralement référence à une perte de connaissance momentanée et à un changement soudain du caractère en son contraire. Le malaise se manifeste parfois par des convulsions liées à l’épilepsie, parfois par un état catatonique, parfois par une crise de folie agressive, parfois par une sensation d’oppression dans la poitrine. Cette variabilité nous emmène à supposer l’existence d’un lien avec le phénomène psychosomatique. L’article utilise la distance historique que cette étude sur terrain nous donne (60 ans) pour montrer des évolutions et des modifications qui existent dans ces perceptions populaires jusqu’au moment de la pandémie de COVID-19. L’imagination populaire et la guérison de cette symptomatologie forment aujourd’hui une pratique de guérison temporaire et rituelle, singulière par les rites magico-religieux qui l’accompagnent.  Cette symptomatologie se rapporte à une représentation du soi. Son attribution prépondérante au domaine féminin traduit aujourd’hui un besoin culturel dont le corps et la tête sont le milieu, et qui implique adaptation, émotion et réorganisation de soi.

Mots clés : Abruzzes, croyance, épilepsie, ethnologie, Italie, médecine traditionnelle, rite, société traditionnelle.

Suffering and alternative thought: ethnography of a general category of malaise in the Abruzzi

This article explores the meaning of “transmutation” (known as mutanza in several local Italian dialects). It is a general category of malaise taking the form of loss of consciousness and convulsions documented in the Abruzzi, and also in a wider area of central Italy, from the second half of the 19th century, and generally referring to a momentary loss of consciousness and to a “change” or reversal of the personality. The malaise takes the form of epilepsy-related convulsions, sometimes with a catatonic state, sometimes accompanied by aggressive behaviors or an oppressed feeling in the chest. This variability in symptoms suggests the existence of a link with psychosomatic phenomena. The article draws on the historical distance (60 years) that this field of study affords to evidence evolution and change in these popular perceptions up to the time of the COVID-19 pandemic. Popular representations and recovery from these symptoms today form a temporary, ritual cure process, distinguished by the magical-religious rites that accompany it. This particular symptom profile is a representation of the self, and its predominant attribution to the female gender today reflects a cultural need involving the body and the head which implies adaptation, emotions and reorganizations of the self.

Keywords: Abruzzi, belief, epilepsy, ethnology, Italy, rite, traditional medicine, traditional societies.

Sufrimiento y “pensamiento salvaje”. Etnografía de una categoría general de malestar en Abruzzo

El artículo cuestiona el significado de la “transmutación”, llamada mutanza en varios dialectos locales italianos. Se trata de una categoría general de malestar con pérdida de conciencia y convulsiones, documentada en Abruzzo, pero también en una zona más amplia del centro de Italia, desde la segunda mitad del siglo XIX y que generalmente se refiere a una pérdida momentánea de conocimiento y un cambio repentino del carácter de la persona que adquiere características contrarias a la personalidad previa. El malestar se manifiesta a veces con convulsiones de tipo epiléptico, a veces con un estado catatónico, una crisis de agresividad descontrolada, o una opresión precordial. Esta variabilidad en los síntomas permite suponer la existencia de un vínculo con fenómeno psicosomáticos. El artículo se sirve de la perspectiva histórica que nos brinda este estudio de campo (60 años) para mostrar las evoluciones y modificaciones que han existido en estas percepciones populares hasta la época de la pandemia del COVID-19. La imaginación popular y los métodos de curación de estos síntomas constituyen hoy en día una terapéutica temporal única, marcada por los ritos mágico-religiosos que la acompañan. Esta sintomatología se relaciona con una representación del yo. Su atribución predominante al entorno femenino refleja hoy una necesidad cultural centrada en el cuerpo y la cabeza, y que implica adaptación, emoción y auto reorganización.

Palabras claves: Abruzzo, creencia, epilepsia, etnología, Italia, Medicina tradicional, rito, sociedad tradicional.

De Martino, Di Nola et la tradition ethno-psychiatrique en Italie

Cet article utilise les outils de l’ethnomédecine pour explorer les significations liées à une situation de transformation de la personne, appelée localement mutanza, c’est-à-dire changement ou transmutation, ainsi que montrent les entretiens que nous transcrivons. Nous avons trouvé cette notion dans un territoire spécifique correspondant aux Abruzzes, au Molise et au sud du Latium. Nous faisons ici l’hypothèse qu’il s’agit d’une pratique rituelle populaire qui prend forme et se matérialise à certaines occasions.

Le terme de « mythe », maintenant très dévoyé, est ramené ici à son pouvoir herméneutique. L’idée selon laquelle la mutanza est un « mythe populaire » nous a été suggérée par la lecture que Greimas fait des mythes, contes, proverbes, langues et rites de son pays natal, la Lituanie. La perspective de Greimas, qui s’inspire des Mythologiques de Lévi-Strauss mais observe surtout les mythologies de son environnement culturel européen, peut selon nous aider à comprendre les croyances des Abruzzes1. D’où notre interrogation depuis quelques années sur le sens profond du terme mutanza dans les dialectes locaux, un terme à rapprocher de ceux de « changement » ou « transmutation », qui encadrent le même état précis de la personne par rapport à son corps.

Les Abruzzes sont une terre montagneuse, qui est en même temps ouverte sur la mer, mais historiquement assez isolée. C’est pourquoi, dans la période qui a suivi les découvertes d’Ernesto De Martino sur le tarentulisme dans les Pouilles (De Martino, 1961), les Abruzzes ont fait l’objet d’importantes campagnes ethnographiques sur la magie et la religion populaire, menées d’abord par Alfonso M. Di Nola (1926-1997). Les recherches d’Alfonso M. Di Nola ont eu lieu dans les années 1973-1993 et ​​ont produit une analyse approfondie des croyances magico-religieuses et des mécanismes mythico-rituels de la population des Abruzzes (Di Nola, 1976).

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !

  1. L’autrice habite dans la région des Abruzzes depuis de nombreuses années.


Lire, Voir, Écouter

Riace, quand la vie revient

Colloques & séminaires
Bibliothèque

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !