Article original

© colin houstonSuivre – Laundry Source (CC BY 2.0)

Relation mère-fille en tension à Mayotte

Approche anthropo-psychologique des intolérables lors du viol de jeunes filles

, et


Lucie KILEDJIAN

Lucie Kiledjian est psychologue clinicienne dans le service de psychiatrie du Centre Hospitalier de Mayotte.

Christelle BILHOU

Christelle Bilhou est psychologue clinicienne au sein de l’association Mlezi Maore à Mayotte.

Mathilde HESLON

Mathilde Heslon est doctorante en anthropologie à l’EHESS, CESPRA, UMR 8036, Paris.

Balicchi, J., Bini, J.-P., Daudin, V., Actif, N., & Riviere, J. (2014). Mayotte, département le plus jeune de France. Insee Première, 1488. Page consultée le 12 avril 2019 sur: https://www.insee.fr/fr/statistiques/1281384

Barrois, C. (1988). Les névroses traumatiques. Dunod.

Blanchy, S. (1990). La vie quotidienne à Mayotte. L’Harmattan.

Blanchy, S. (1999). Discours normatifs et images de la femme aux Comores. Dans: D. Jonckers, R. Carré & M. Dupré (dirs.), Femmes plurielles. Les représentations des femmes. Discours normes et conduites (pp. 89-104). Édition de la Maison des sciences de l’homme.

Blanchy, S. (2012). Matrilocalité et système d’âge à Mayotte. Taarifa, revue des Archives départementales de Mayotte, 3, 9-21.

Blanchy, S. (2018). Les familles face au nouveau droit local à Mayotte. Continuité, adaptation et redéfinition des pratiques. Ethnologie française, 169, 47-56.

Breslar, J. (1979). L’habitat mahorais: Une perspective ethnologique. A.G.G.

Bourdelais, P., & Fassin, D. (2005). Les constructions de l’intolérable. Éditions La Découverte.

Bourdieu, P(2000). Esquisse d’une théorie de la pratique, précédée de Trois études d’ethnologie kabyle. Éditions du Seuil.

Damiani, C. (2005). L’accompagnement psychologique durant le processus judiciaire. Revue Francophone du Stress et du Trauma, 5(1), 37-42.

Douville, O. (2014). Les figures de l’autre: pour une Anthropologie clinique. Dunod.

Genay, V., & Merceron, S. (2017). 256500 habitants à Mayotte en 2017. La population augmente plus rapidement qu’avant. Insee Focus, 105. Page consultée le 12 avril 2019 sur: https://www.insee.fr/fr/statistiques/3284395

Jacobi, B. (1992). L’intérêt de la dette. Cliniques méditerranéennes, 33/34, 117-124.

Lambek, M. (2015). Virgin Marriage and the Autonomy of Women in Mayotte. Dans M. Lambek, The Ethical condition. Essay on action, person and value (pp. 40-58). University of Chicago Press.

Lambek, M. (1990). Exchange, Time, and Person in Mayotte: the Structure and Destructuring of a Cultural System. American Anthropologist, 92(3), 647-661.

Ovide. (1966). Les métamorphoses. Garnier-Flammarion.

Vigarello, G. (2000). Histoire du viol du XVIe au XXe siècle. Seuil.

Pour citer cet article :

Kiledjian L, Bilhou C, Heslon M. Relation mère-fille en tension à Mayotte. Approche anthropo-psychologique des intolérables lors du viol de jeunes filles. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2021, volume 22, n°2, pp. 211-220


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-originaux/relation-mere-fille-en-tension-a-mayotte/

Relation mère-fille en tension à Mayotte: approche anthropo-psychologique des intolérables lors du viol de jeunes filles

Les vécus et conceptions du viol de jeunes filles à Mayotte sont le lieu de la construction d’intolérables contradictoires: si le statut de victime est attribué à l’adolescente par les professionnels, la mère le revendiquera également face à l’imprudence de sa fille. Face à ce constat, une anthropologue et deux psychologues cliniciennes apportent un éclairage en trois temps. La description anthropologique de la constitution de l’honneur féminin autour de la puberté et de la virginité montre une relation de dépendance entre mère et fille dans leurs rituels du cycle de la vie respectifs. L’analyse clinique des vécus subjectifs de ces intolérables sociaux révèle le risque de désarrimage social et symbolique que mères et filles expérimentent alors. Enfin, les intolérables existent aussi pour les professionnels qui mettent beaucoup d’espoir dans la judiciarisation des évènements. Bien que non privilégiée par les familles, cette dernière peut avoir différentes fonctions psychiques et sociales pour les filles et pour leurs mères.

Mots clés : anthropologie, culture d’origine, Mayotte, procédure judiciaire, psychologie, puberté, relation mère-fille, viol, virginité.

Tensions in the mother-daughter relationship in Mayotte: an anthropological and psychological approach to the unbearable in cases of rape of young girls

The experiences and conceptions of the rape of young girls in Mayotte give rise to constructs entailing opposing forms of the unbearable: if the victim status is assigned to the teenager by professionals, the mother will often blame her daughter’s carelessness. An anthropologist and two clinical psychologists shed light on this issue in three steps. The anthropological description of the instatement of the notion of female honour around puberty and virginity reveals a mutual dependency between mother and daughter in their respective life-cycle rituals. The clinical analysis of the experience of these social ordeals evidences the risk of a social and a symbolic undoing for mothers and daughters. Finally, the unbearable also exists for professionals who place high hopes in the judicial system. Although not favoured by the families, this approach can have various psychological and social functions for both daughters’ mothers.

Keywords: anthropology, cultural origins, legal proceedings, Mayotte, mother-daughter relationship, psychology, puberty, rape, virginity.

Relaciones madre-hija en tensión en Mayotte: una aproximación antropo-psicológica de los intolerables de la violación de niñas

Las experiencias y las concepciones de la violación de las jóvenes en Mayotte son el lugar de la construcción de intolerables contradictorios: si el estatuto de víctima es atribuido a la adolescente por los profesionales, la madre lo reclamará también frente a la imprudencia de su hija. Ante esta observación, un antropólogo y dos psicólogos clínicos arrojan luz en tres etapas. La descripción antropológica de la constitución del honor femenino en torno a la pubertad y la virginidad muestra una relación de dependencia entre madre e hija en sus respectivos rituales del ciclo vital. El análisis clínico de las experiencias subjetivas de estos intolerables sociales revela el riesgo de desorden social y simbólico que experimentan madres e hijas. Por último, los intolerables también existen para los profesionales que ponen muchas esperanzas en la judicialización de los hechos. Aunque no son favorecidos por las familias, estos últimos pueden tener diferentes funciones psicológicas y sociales para las hijas y sus madres.

Palabras claves: antropología, cultura de orígen, Mayotte, procedimientos judiciales, psicología, pubertad, relación madre-hija, violación, virginidad.

« Je ne vais pas être mariée, je n’aurai jamais d’enfant ».
Amina, 18 ans1

« Tu m’as déshonoré, désobéi, j’ai honte ».
Salima, mère d’Amina

« Et les parents qui se font de l’argent sur le dos de leur fille violée, on ne les punit pas eux ? ».
Vanessa, éducatrice

À Mayotte, alors que les professionnels médico-sociaux considèrent les jeunes filles violées comme étant les victimes et les auteurs du viol comme étant les coupables, les mères estiment parfois qu’elles sont les victimes de l’irresponsabilité de leurs jeunes filles pubères. Les jeunes filles elles-mêmes oscillent entre culpabilité et victimisation. Ainsi, les professionnels médico-sociaux qui accompagnent des jeunes filles ayant été violées2 sont régulièrement confrontés à des discours de mères qui peuvent aller jusqu’à heurter leurs consciences morales. En effet, les professionnels − qu’ils soient métropolitains ou mahorais − par le contexte social occidentalisé où ils sont formés, construisent leurs frontières de l’acceptable selon des valeurs et des normes qui s’enracinent entre autres, d’après Fassin et Bourdelais (2005), dans les droits de l’homme. C’est ce processus qu’ils analysent : au-delà des limites de l’acceptable s’étend ce qu’ils appellent « l’intolérable ». Cet intolérable est caractéristique de « l’économie morale de notre temps » (2005, p. 7), c’est-à-dire de « la production, la répartition, la circulation et l’utilisation des sentiments moraux, des émotions et des valeurs, des normes et des obligations dans l’espace social » (Fassin, 2009, p. 31). Ainsi, l’intolérable du viol s’est construit historiquement dans la société française métropolitaine (Vigarello, 2000)3. Comment se construit-il comme intolérable à Mayotte ? Souvent, au sein de l’économie morale mahoraise en effet, les représentations de l’interdit sexuel diffèrent, les désignations victimes-coupables sont mouvantes ; et ce, particulièrement dans les relations mères-filles, impactant le lien à l’autre comme les accompagnements proposés.

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !

  1. Tous les noms et les situations ont été anonymisés.
  2. Nous utilisons la définition juridique du viol de l’article 222-23 du Code pénal qui le caractérise par la pénétration sexuelle commise sous menace, violence, contrainte ou surprise.
  3. Le Code pénal napoléonien de 1810 introduit l’interdit des violences sexuelles dans la loi, définissant le viol comme la pénétration forcée du sexe d’une femme par le sexe d’un homme en dehors du mariage. En 1980, une loi définit pour la première fois le crime de viol comme : « Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte ou surprise ». Actuellement les mouvements de dénonciations tels que #metoo ont généralisé l’intolérable du viol en milieu professionnel.


Brèves

Med’Alliance

Colloques & séminaires
Bibliothèque

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !