Article original

© Askar N. JUMAGELDINOV - Nessipgul avec son Nar-kobyz Source D.G.

Les guérisseurs traditionnels et leur pratique thérapeutique « syncrétique » en milieu urbain au Kazakhstan


Askar JUMAGELDINOV

Askar Jumageldinov est docteur en psychologie, Université catholique de Lyon, Département SHS.

Basilov V. Izbranniki duhov [Les élus des esprits]. Moscou; 1984.

Basilov V. Shamanstvo u narodov Srednej Asii i Kazahstana [Le chamanisme chez les peuples d’Asie centrale et du Kazakhstan]. Moscou; 1992.

Collot E. & Hell, B. Soigner les âmes. L’invisible dans la psychothérapie et la cure chamanique. Paris : Dunod; 2011.

Eliade M. Le chamanisme et les techniques archaïques de l’extase. Paris: Payot; 1951.

Grzywacz Z. Traditional Kazakh medicine in change. Poznań : Adam Mickiewicz University; 2010.

Hamayon R. Le chamanisme: Fondements et pratiques d’une forme religieuse d’hier et d’aujourd’hui. Paris: Eyrolles; 2015.

Heidenreich F. De la méthode au terrain. Recherches ethnomédicales en pays Sereer (Sénégal). L’autre 2000; 3(1): 549-553.

Laplantine F. Anthropologie de la maladie. Etude ethnologique des systèmes de représentations étiologiques et thérapeutiques dans la société occidentale contemporaine. Paris : Payot; 1992.

Laplantine F. L’ethnopsychiatrie. Paris : PUF; 1988.

Mustafina R. Islam i relikty doislamskih mirovozzrencheskih traditcij u kazahov [L’Islam et les reliques des traditions philosophiques préislamiques chez les Kazakhs]. Astana: ENU; 2010.

Nathan T. La folie des autres. Traité d’ethnopsychiatrie clinique. Paris: Dunod; 1986.

Orynbekov M. Genezis religioznisti v Kazahstane [La genèse de la religiosité au Kazakhstan]. Almaty: Daik-Press; 2004.

Penkala-Gawęcka D. The Way of the Shaman and the Revival of Spiritual Healing in Post-Soviet Kazakhstan and Kyrgyzstan. Shaman 2014; 22(1-2): 35-59.

Poujol C. Santé mentale et société en Asie centrale post-soviétique ou comment tenter de diagnostiquer un mal-être social ? Outre-Terre 2006; 16: 367-380.

Ruegg F. Tsiganes musulmans de la Dobroudja. Entre ethnicité et religion : le mythe des origines écorné. In : Prescendi F, Volokhine Y, editors. Dans le laboratoire de l’historien des religions. Mélanges offerts à Philippe Borgeaud, Genève: Labor et Fides ; 2011. p.175-192.

Ruegg F. Shamanism among the Gypsies of Southeastern Europe. In : Zarcone T, Hobart A, editors. Shamanism and Islam. Sufism, Healing rituals and Spirits in the Muslim world. London & New-York : Tauris ; 2013. p. 259-280.

Schmitz O. Soigner par l’invisible. Enquête sur les guérisseurs aujourd’hui. Paris: Imago; 2006.

Stépanoff Ch. Le baksy, chamane musicien des Kazakhs. In : Rey MC, editor. Kazakhstan. Hommes, bêtes et dieux de la steppe. Paris: Musée Guimet -Artlys, 2010, p. 88-97.

Vuillemenot AM. Chamanisme au Kazakhstan : renouveau et tradition. Religiologiques [en ligne], 1998, Vol. 18, N° spécial, pp. 79-97, [consulté le 31/08/2015]. Disponibilité sur Internet: http://www.unites.uqam.ca/religiologiques/18/18
texte/18vuillemeno.html

Vuillemenot AM. L’islam populaire kazakh et ouzbek: enracinements locaux et mondialisations. Recherches sociologiques et anthropologiques 2006; 37(2): 63-78.

Zarcone T. The Invocation of Saints and/or Spirits by the Sufis and the Shamans: About the Munâjât Literary Genre in Central Asia. Kyoto Bulletin of Islamic Area Studies 2007; 1(1): 52-61.

Pour citer cet article :

Jumageldinov A. Les guérisseurs traditionnels et leur pratique thérapeutique « syncrétique » en milieu urbain au Kazakhstan. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2016, volume 17, n°2, pp. 192-202

DOI : 10.3917/lautr.050.0192

Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-originaux/les-guerisseurs-traditionnels-et-leur-pratique-therapeutique-syncretique-en-milieu-urbain-au-kazakhstan/

Les guérisseurs traditionnels et leur pratique thérapeutique « syncrétique » en milieu urbain au Kazakhstan

Les guérisseurs traditionnels au Kazakhstan sont reconnus comme représentants de la médecine « alternative ». Notre objectif était d’étudier leur pratique en milieu urbain et d’analyser la valeur thérapeutique de leurs méthodes de traitement en lien avec les traditions culturelles et religieuses. Dans ce but, nous avons interviewé deux guérisseuses et observé leurs séances de traitement à Astana. L’analyse a montré que le syncrétisme était une caractéristique fondamentale de leur pratique. Cette dernière permet de combiner plusieurs méthodes thérapeutiques pour donner un traitement satisfaisant, et ainsi de résoudre les problèmes des patients.

Mots clés : chamanisme, culture, guérisseur, Islam, Kazakhstan, rite, société traditionnelle, syncrétisme.

Traditional healers and their “syncretic” therapeutic practice in urban areas in Kazakhstan

The traditional healers in Kazakhstan are recognized as representatives of “alternative” medicine. Our objective was to study their urban practice and to analyze the therapeutic value of their treatment methods in relation with cultural and religious traditions. For this goal, we interviewed two healers and observed their treatment sessions in Astana. The analysis showed that the syncretism was a fundamental feature of their practice. The latter allows the combination of several therapeutic methods to give a satisfactory treatment and thus solve the patients’ problems.

Keywords: culture, healer, islam, Kazakhstan, rituals, shamanism, syncretism, traditional society.

Los curanderos tradicionales y su práctica terapéutica «sincrética» en medio urbano en Kazajistán

Los curanderos tradicionales en Kazajistán son reconocidos como representantes de la medicina “alternativa”. El objetivo de este artículo es estudiar su práctica en medio urbano y analizar el valor terapéutico de sus métodos de tratamiento en relación con las tradiciones culturales y religiosas. Para tal fin se han entrevistado dos curanderos y se han observado sus sesiones de tratamiento en Astana. El análisis muestra que el sincretismo es una característica fundamental de su práctica. Varios métodos terapéuticos se combinan para ofrecer un tratamiento satisfactorio en la tarea de resolución de los problemas de los pacientes.

Palabras claves: chamanismo, cultura, curandero, Islam, Kazajistán, rito, sincretismo, sociedad tradicional.

Les pratiques thérapeutiques en usage au Kazakhstan sont issues des différentes traditions religieuses et médicales et se caractérisent par leur métissage. L’islam a conservé des éléments du chamanisme qui joue encore un grand rôle dans la pratique de « guérissage » traditionnelle appelée baqsylyk. Cette dernière inclut les rituels ancestraux et les contacts avec les esprits. Comme le remarque Vuillemenot (2006 : 67), « la recomposition des pratiques religieuses va de pair avec une approche thérapeutique. Le mal, le malheur et la maladie forment un complexe indissociable en Asie centrale ». Un personnage-clé dans cette pratique traditionnelle est un baqsy (sorcier) qui peut être défini comme un chaman centrasiatique. Il est à la fois : sage, thérapeute, musicien, guérisseur d’âme et voyant. Mais sa principale fonction est la guérison magique (Eliade 1951). Pendant la période soviétique, les autorités officielles considéraient cette activité comme socialement nocive, en assimilant la médecine traditionnelle à une arriération. En raison de cette politique répressive contre l’« obscurantisme des croyances archaïques », la pratique chamanique a quasiment disparu ou est devenue clandestine, empêchant la transmission d’une génération à l’autre.

Après l’effondrement de l’URSS et l’indépendance du Kazakhstan en 1991, la pratique médico-thérapeutique traditionnelle a été légalisée et est réapparue officiellement dans la sphère publique. Cela a permis aux guérisseurs baqsy ou « néo-chamans » de publier leurs annonces vantant leurs capacités à soigner des maladies de toute sorte. Ouverts aux innovations, ces nouveaux guérisseurs kazakhs adaptent aujourd’hui dans leur pratique des éléments de la parapsychologie, de la sophrologie et autres disciplines dites « parasciences » ainsi que ceux de la biomédecine à égalité avec les rituels chamaniques et les prières islamiques. Ce mélange des connaissances confirme qu’il n’y a pas de pratique « pure » et « le métissage est un élément essentiel qu’il convient d’inclure dans toute thérapeutique » (Heidenreich, 2000 : 552). Dans cette recherche, nous avons étudié la pratique de soins des guérisseurs kazakhs urbains, en analysant leurs méthodes curatives et leur effet thérapeutique suite à ce métissage « ethno-médico-religieux ».

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !


Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !