Article original

© catherine MOSINIAK-PAILLIER Toujours sur les bords de la Mayenne... 13/11/2016 Source (CC BY 2.0)

Le désorcèlement bocain sans hochets conceptuels


Jeanne FAVRET-SAADA

Jeanne Favret-Saada est une ethnologue française.

Pour citer cet article :

Favret-Saada J. Le désorcèlement bocain sans hochets conceptuels. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2019, volume 20, n°2, pp. 171-183


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-originaux/le-desorcelement-bocain-sans-hochets-conceptuels/

Le désorcèlement bocain sans hochets conceptuels

Cet article est une retranscription d’une conférence réalisée par l’anthropologue Jeanne Favret-Saada au séminaire «Besoin de croire» animée par Marie-Rose Moro et Julia Kristeva le 2 mai 2017. Partant de son expérience d’une ethnographie «pratiquée dans son propre pays», Jeanne Favret-Saada examine la manière dont se sont présentés, dans son ethnographie du Bocage, les notions de «culture» et de «tradition» dans leur relation avec celui de territoire; ensuite, la nécessité supposée de «marqueurs symboliques» pour la fonction de désorceleur; et enfin, le concept de culture, qui fait reconsidérer l’emploi de la notion de croyance en anthropologie et peut-être en clinique. A travers le prisme de son analyse du «désorcèlement bocain», l’auteur esquisse un travail comparatif entre la sorcellerie bocaine et celles rencontrées en consultation transculturelle (sorcelleries importées d’Afrique ou des Antilles) et interroge les positions prises par les anthropologues pour parler d’autrui.

Mots clés : anthropologie, Bocage, croyance, culture, ethnologie, région, sorcellerie, tradition.

Bocage anti-witching without conceptual rattles

This article is a transcript of a conference by the anthropologist Jeanne Favret-Saada at the seminar «Need to believe» presented by Marie-Rose Moro and Julia Kristeva on 2 May 2017. Speaking from her experience of ethnography «practiced in her own country», Jeanne Favret-Saada examines the manner in which the notions of «culture» and «tradition» are presented in her ethnography of Bocage in their relation with territory followed by the supposed need for «symbolic markers» for the function of an anti-bewitcher. The concept of culture involves reconsidering the use of the notions of belief in anthropology and maybe in clinics. Across the spectrum of her analysis of “Bocage anti witching, the author draws a comparative work between Bocage witchery and witchery encountered in transcultural consultations (witchery imported from Africa or the West Indies) and questions the stance of anthropologists of speaking of others.

Keywords: anthropology, belief, Bocage, culture, ethnology, region, tradition, witchery.

Romper un hechizo bocain sin distractores conceptuales

Este artículo es una retranscripión de una conferencia realizada por la antropóloga Jeanne Favret-Saada en el seminario «tener que creer» animado por Marie-Rose Moro y Julia Kristeva el 2 de mayo de 2017. Partiendo de su experiencia de una etnografía «practicada en su propio país», Jeanne Favret-Saada examina la manera en la que se presentan, en su etnografía del Boscaje, las nociones de «cultura» y de «tradición» en su relación con la noción de territorio; también examina la necesidad supuesta de «marcadores simbólicos» para el que rompe los hechizos; y finalmente aborda el concepto de cultura, que hace reconsiderar la utilización de la noción de creencia en antropología y tal vez en clínica. A través del pirsma de su análisis de la «ruptura del hechizo bocain», el autor hace un esbozo de comparación entre la brujería bocana y las que se ven en consultación transcultural (brujerías importadas de África o de las Antillas) y cuestiona las posiciones adoptadas por los antropólogos al hablar del prójimo.

Palabras claves: antropología, Boscaje, brujería, creencia, cultura, etnología, región, tradición.

Il y a plus d’un an, quand Daniel Delanoë a pris contact avec moi, il a proposé un titre pour mon exposé, « Les logiques de la sorcellerie du Bocage ». Je l’ai accepté parce qu’il avait au moins l’avantage de ne m’engager à rien. Très récemment, Delanoë m’a communiqué son article sur les « Places et fonctions des étiologies traditionnelles en consultation familiale transculturelle », ainsi que, peu après, plusieurs publications de votre groupe : j’ai alors compris le genre de travail auquel vous vous consacrez, et certains de ses présupposés me sont apparus. Le titre proposé voulait sans doute favoriser une comparaison entre la sorcellerie bocaine et celles que vous rencontrez dans vos consultations, des sorcelleries importées d’Afrique ou des Antilles. Je crains qu’un tel exercice ne soit prématuré, parce qu’il postule la pertinence universelle de certains concepts anthropologiques qui, en réalité, ont servi jusqu’il y a peu à qualifier des sociétés très distantes de la nôtre.

Je voudrais donc vous faire profiter de mon expérience — une ethnographie pratiquée dans mon propre pays — pour questionner des notions que vous employez couramment, telles que « culture » ou « tradition », ou pour examiner la question des « marqueurs symboliques » de la fonction de désorceleur, qui, selon la théorie anthropologique, seraient indispensables. Cet exercice va nous conduire à effectuer le travail comparatif que vous attendez de moi, et à interroger les positions depuis lesquelles nous parlons d’autrui comme anthropologues. Je terminerai sur la notion de « croyance », un terme que, pour ma part, j’ai banni de mon vocabulaire car il évoque l’adhésion d’autrui à certaines ontologies, en laissant dans l’ombre ce à quoi nous adhérons nous-mêmes, par exemple à une conception particulière de l’être humain.

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !


Colloques & séminaires
Bibliothèque

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !