Article original

© Aï Weiwei, Soleil Levant 2017, Copenhague. Source D.G.

La mort en chemin : quelles funérailles pour les migrants morts en mer ?


Anna COGNET

Anne Cognet est psychologue clinicienne, doctorante à l’Université Picardie Jules Verne (Amiens), Laboratoire CRCPO, axe 2.

AFP A Lesbos, le cimetière ne peut plus accueillir les corps des réfugiés échoués. L’Express; 05/11/2015.

André J. 13 novembre, que peut la psychanalyse? Libération; 1216.

Bailly A. Le Grand Bailly, Dictionnaire Français-Grec, Paris: Hachette; 2000

Baranger W. Position et objet dans l’œuvre de Mélanie Klein, Paris: Erès; 1999.

Bensimon C. En Érythrée, 25 ans d’indépendance et autant de «crimes contre l’humanité» selon l’ONU. Le Monde; 08/06/2016.

Bewarder M. En Méditerranée, les disparus n’ont pas de nom. La Tribune de Genève; 29/08/2016.

Baumard M. Catane, dernière demeure pour les migrants morts en mer. Le Monde; 03/09/2016.

Cusset F. Honneur de l’accueil, déshonneur du philosophe. Le Monde; 19/09/2015.

Debarge C. Grèce: redonner un nom aux migrants morts en mer. France-terre-asile.org; 08/12/14.

Énard M. Rue des Voleurs, Paris: Actes-Sud; 2012.

Finkielkraut A. Emmanuel Levinas et les préoccupations de l’heure. Répliques, France culture, diffusion le 16/01/2016.

Gruau E. et Teste F. (2015a), Migrants: des côtes de l’Afrique à Rome, in Sur Les Docks, France Culture, diffusion le 14/12/2015.

Gruau E. et Teste F. (2015b), «Migrants: Lampedusa, île frontière», in Sur Les Docks, France Culture, diffusion le 15/12/2015.

Heller C, Pezzani L. Traces liquides: enquête sur la mort de migrants dans la zone-frontière maritime de l’Union Européenne. Revue Européenne des Migrations Internationales 2014; 30 (3-4): 71-107.

Klein M. (1946) Envie et gratitude et autres essais. Paris: Gallimard; 1978.

Lacan J. Conférences et entretiens dans des universités nord-américaines». Scilicet 1975; (6/7): 38-41.

Levinas E. Autrement qu’être ou au-delà de l’essence. Paris: Le livre de Poche; 1974.

Malagardis M. En Grèce, les réfugiés sont “chez eux”: le discours exemplaire du Président. Libération; 20/02/2017.

M. Big Browser, le blog de la rédaction. Un cimetière international des migrants pour «leur donner de la dignité, au moins dans la mort». lemonde.fr; 30/05/2016.

Mari J.-P. L’Érythrée, «dictature la plus sanglante d’Afrique». L’Obs; 19/01/2012.

Némo P, Levinas E. Éthique et infini. Paris: Le Livre de Poche; 1982.

Perez F. Apprendre à philosopher avec Levinas. Paris: Ellipses; 2016.

Pour citer cet article :

Cognet A. La mort en chemin : quelles funérailles pour les migrants morts en mer ? L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2018, volume 19, n°3, pp. 332-339


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-originaux/la-mort-en-chemin-quelles-funerailles-pour-les-migrants-morts-en-mer/

La mort en chemin: quelles funérailles pour les migrants morts en mer?

Cet article cherche à analyser les processus psychiques collectifs à l’œuvre dans le traitement de la crise migratoire en Europe. En effet, les discours et les actes des dirigeants européens (et, dans une certaine mesure aussi, des populations qu’ils gouvernent) sont le reflet d’importants paradoxes, depuis le sentiment de responsabilité pour autrui jusqu’au repli identitaire, signalant des mécanismes de défense comparables à la position schizo-paranoïde décrite par Mélanie Klein. Nous étudierons dans un premier temps ce clivage dont la crise migratoire fait l’objet, puis la question du décès de migrants en mer Méditerranée, afin d’illustrer la capacité d’accès à une position dépressive de ceux qui, au plus près de la catastrophe humanitaire, décident de prendre en charge leurs obsèques, élevant la mort comme dernier bastion de la dignité due à d’autres hommes.

Mots clés : deuil, exilé, mécanisme de défense, Méditerranée, migrant, mort, position dépressive, position schizoparanoïde, processus psychique, route migratoire.

Death way: what support for migrants who died at sea?

This article seeks to analyze collective psychic processes in dealing with the migratory crisis in Europe. Indeed, the speeches and actions of European leaders (and to some extent also the populations they govern) reflect important paradoxes, from the sense of responsibility of others to identitarian closure. These defense mechanisms are comparable to the schizo-paranoid position described by Melanie Klein. We’ll first study the gap between the migratory crisis and the question of the death of migrants in the Mediterranean Sea, in order to illustrate the capacity to reach a depressive position of those who, as close as possible to the humanitarian catastrophe, decide to take charge of their funerals, raising death as the last bastion of dignity due to other men.

Keywords: death, defense mechanisim, depressive position, exile, Mediterranean, migrant, migratory route, mourning, psychological process, schizoparanoid position.

La muerte en el camino: qué funerales para los migrantes fallecidos en el mar

Este artículo busca analizar los procesos psíquicos colectivos que operan en el tratamiento de la crisis migratoria en Europa. De hecho, los discursos y las acciones de los líderes europeos (y, en cierta medida también, de las poblaciones que ellos gobiernan) reflejan importantes paradojas, desde el sentimiento de responsabilidad hacia los demás hasta el ensimismamiento identitario, mecanismos de defensa estos que se pueden comparar a la posición esquizo-paranoide descrita por Melanie Klein. Estudiaremos en primera instancia esta división provocada por la crisis migratoria, y luego el tema de las muertes de los migrantes en el mar Mediterráneo, con el fin de ilustrar la posibilidad que tienen de acceder a una posición depresiva los que, muy cerca de la catástrofe humana, deciden hacerse cargo de los funerales,  posicionando la muerte como el último bastión de dignidad debida a otros hombres.

Palabras claves: duelo, exilio, mecanismo de defensa, Mediterráneo, migrante, muerte, posición depresiva, posición esquizoparanoide, proceso psíquico, ruta migratoria.

« A Lesbos, le cimetière ne peut plus accueillir les corps des réfugiés échoués », titrait le journal L’Express, le 5 novembre 2015. Si ce constat est troublant, obscène, c’est parce qu’il synthétise les multiples facettes de la détresse des migrants et des îles, de Lesbos à Lampedusa, qui les recueillent, faute de pouvoir les accueillir, et nous renvoie à des questions pratiques et métaphysiques presque sidérantes. Comment en sommes-nous arrivés à cette certaine forme de perception qui nous fait accueillir les informations relatives aux milliers de morts sur les côtes européennes avec résignation, voire avec fatalisme ? Différents processus psychiques sont en jeu : la pensée collective et les mécanismes de défense archaïques sollicités (projection, déni, clivage) facilitent l’anonymisation, la désubjectivation des individus ; pourtant, on ne peut conclure à une simple indifférence de notre part, bien au contraire, car on peut supposer que ces mécanismes psychiques sont symptomatiques d’un conflit intérieur que nous chercherons à décrire.

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !


Colloques & séminaires
Bibliothèque

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !