Article original

© Marie in NCSuivre - holding-4 Source (CC BY 2.0)

La méthode mère kangourou

Grandeur et misère d’un modèle voyageur à Madagascar

, , , , , , , et


Christine BELLAS-CABANE

Christine Bellas-Cabane est médecin pédiatre et anthropologue, chercheure associée au centre Norbert Elias de Marseille.

Chiarella MATTERN

Chiarella Mattern est socio-anthropologue, responsable du groupe Santé & Sciences Sociales à l’Unité d’Épidémiologie et de Recherche Clinique de l’Institut Pasteur de Madagascar.

Zoly Nantenaina RANOSIARISOA

Zoly Nantenaina Ranosiarisoa est médecin pédiatre, cheffe de l'Unité mère-kangourou du service de néonatologie du CHU de Gynécologie et Obstétrique de Befelatanana à Antananarivo.

Brigida RALAIZARA

Brigida Ralaizara est assistante de coordination du projet Prema Kango à l’Unité d’Epidémiologie et de Recherche Clinique, groupe Santé & Sciences Sociales de l’Institut Pasteur de Madagascar.

Soafara RAONIMANGA TSIORINTSOA

Soafara Raonimanga Tsiorintsoa est la coordinatrice nationale du projet Prema Kango à l’Unité d’Epidémiologie et de Recherche Clinique, Groupe Santé & Sciences Sociales de l’Institut Pasteur de Madagascar.

Elliot Fara Nandrasana RAKOTOMANANA

Elliot Fara Nandrasana Rakotomanana est anthropologue, responsable adjoint du Groupe Santé & Sciences Sociales, Unité d’Epidémiologie et de Recherche Clinique, Institut Pasteur de Madagascar.

Jacques RASAMOELISON RINA

Jacques Rasamoelison Rina est pédiatre à l’unité mère-kangourou du service de néonatologie du CHU de Gynécologie et Obstétrique de Befelatanana à Antananarivo.

Hery RAJAONARISON RAZANAPIERA

Hery Rajaonarison Razanapiera est pédiatre à l’unité mère-kangourou du service de néonatologie du CHU de Gynécologie et Obstétrique de Befelatanana à Antananarivo.

Myriam LANDAU

Myriam Landau est infirmière, volontaire internationale pour des actions de sensibilisation en santé communautaire et coordinatrice internationale du projet Prema Kango à l’Unité d’Epidémiologie et de Recherche Clinique, Groupe Santé & Sciences Sociales de l’Institut Pasteur de Madagascar.

Bellas-Cabane, C. (2018). Prologue. Dans D. Pourette, C. Mattern, C. Bellas-Cabane & B. Ravololomanga (dirs.), Femmes, Enfants et santé à Madagascar. Approches anthropologiques comparées (pp. 1-20). L’Harmattan.

Blanchy, S. (2007). Le tambavy des bébés à Madagascar : du soin au rituel d’ancestralité. Dans D. Bonnet (dir.), Du soin au rite dans l’enfance (pp. 147-166). Éres.

Blencowe, H., Cousens, S., Oestergaard, M. Z., Chou, D., Moller, A. B., Narwal, R., Adler, A., Vera Garcia, C., Rohde, S., Say, L., & Lawn, J. E. (2013). National, regional, and worldwide estimates of preterm birth rates in the year 2010 with time trends since 1990 for selected countries. Obstetric Anesthesia Digest, 33(3), 142. https://doi.org/ 10.1097/ 01.aoa.0000432360.25014.c3

Charpak, N. (2006). La méthode mère kangourou. Spirale, 37(1), 97-106. https:// doi.org/ 10.3917/spi.037.106

Dzukou, T., de la Pintière, A., Bétrémieux, P., Vittu, G., Roussey, M., & Tietche, F. (2004). Les unités et soins kangourou : revue bibliographique sur les attitudes actuelles, leurs intérêts et leurs limites. Archives de Pédiatrie, 11(9), 1095-1100. https://doi.org/ 10.1016/j.arcped.2004.01.032

Institut National des Statistiques. (2013). Enquête nationale sur le suivi des OMD 2012-2013. https://www.instat.mg/category/ensomd/

Mestre, C. (2014). Maladies et violences ordinaires dans un hôpital malgache. L’Harmattan.

Olivier de Sardan, J.-P. (2018). Les modèles voyageurs à l’épreuve des contextes et des normes pratiques. Dans D. Pourette, C. Mattern, C. Bellas-Cabane & B. Ravololomanga (dirs.), Femmes, enfants et santé à Madagascar. Approches anthropologiques comparées (pp. 83-100). L’Harmattan.

Olivier de Sardan, J.-P. (2019, 25 septembre). Industrie du développement : les mésaventures des modèles voyageurs. AOC. https://aoc.media/ analyse/2019/09/25/ industrie-du-developpement-les-mesaventures-des-modeles-voyageurs/

Organisation mondiale de la santé. (2004). La méthode Kangourou, Guide Pratique (WS 410 2003KA-1). https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/43099/ 9242590
355.pdf

Pourette, D. (2018). «Les matrones» à Madagascar. Reconnaissance locale, déni institutionnel et collaborations avec des professionnels». Dans D. Pourette, C. Mattern, C. Bellas-Cabane & B. Ravololomanga (dirs.), Femmes, Enfants et santé à Madagascar. Approches anthropologiques comparées, (pp. 115-126). L’Harmattan.

Pourette, D., Bellas-Cabane, C., Mattern, C. & Ravololomanga, B. (2018). Introduction. Dans D. Pourette, C. Mattern, C. Bellas-Cabane & B. Ravololomanga (dirs.), Femmes, Enfants et santé à Madagascar. Approches anthropologiques comparées (pp. 21-38).
L’Harmattan.

Pourette, D., Pierlovisi, C., & Randriantsara, R. (2015, juillet). Etude anthropologique : santé reproductive, itinéraires thérapeutiques et recours aux soins dans la région de Morondava-Menabe. https://docplayer.fr/199633650-Etude-anthropologique-sante-reproductive-itineraires-therapeutiques-et-recours-aux-soins-dans-la-region-de-morondava-menabe.html

Pourette, D., Pierlovisi, C., Randriantsara, R., Rakotomanana, E., & Mattern, C. (2018). Avoiding a «big» baby: Local perceptions and social responses toward childbirth-related complications in Menabe, Madagascar. Social Science & Medicine, 218, 52-61. https:// doi.org/ 10.1016/j.socscimed.2018.10.002

Rabesandratana, N., Rasamimanana, N. G., Tetto Tatnke, H., Randaoharison, P., & Andrianarimanana, D. (2011). Aspect épidémio-clinique des urgences médicales en néonatalogie à Mahajanga Madagascar. Revue d’Anesthésie-Réanimation et de Médecine d’Urgence, 3(1), 27-31. http://www.rarmu.org/publications/3(1)/ full_text/3(1)_27-31.pdf

Rakotomanana, E., Mattern, C., & Pourette, D. (2018). Le rôle de la grand-mère dans les soins de la femme enceinte et de l’enfant. Dans D. Pourette, C. Mattern, C. Bellas-Cabane & B. Ravololomanga (dirs.), Femmes, enfants et santé à Madagascar : approches anthropologiques comparées, (pp. 161-171). L’Harmattan.

Randriantsara, R. (2018). La perception de la vie et de la mort… des enfants dans la culture malgache. Spirale, 87(3), 39-46. https://doi.org/10.3917/spi.087.0039

Ranosiarisoa, Z. N., Andriamananjara, H. A., Rasamoelison, R. J., & Robinson, A. L. (2019). Méthode mère kangourou : impact sur les nouveau-nés de faible poids de naissance. Revue Malgache de Pédiatrie, 2(2), 86-92.

Ravololomanga, B. (1992). Etre femme et mère à Madagascar : Tañala d’Ifanadiana.
L’Harmattan.

Torchin, H., Ancel, P.-Y., Jarreau, P.-H., & Goffinet, F. (2015). Épidémiologie de la prématurité : prévalence, évolution, devenir des enfants. Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction, 44(8), 723-731. https://doi.org/10.1016/ j.jgyn.2015.06.010

Pour citer cet article :

Bellas-Cabane C, Mattern C, Ranosiarisoa Z.N, Ralaizara B, Raonimanga Tsiorintsoa S, Rakotomanana E.F.N, Rasamoelison Rina J, Rajaonarison Razanapiera H, Landau M. La méthode mère kangourou. Grandeur et misère d’un modèle voyageur à Madagascar. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2021, volume 22, n°2, pp. 221-230


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-originaux/la-methode-mere-kangourou/

La méthode mère kangourou : grandeur et misère d’un modèle voyageur à Madagascar

En 2018, l’Institut Pasteur de Madagascar a mené une recherche anthropologique sur la prise en charge de la prématurité selon la Méthode mère kangourou (MMK) consistant à porter un enfant prématuré sur le ventre, en contact peau contre peau et à pratiquer un allaitement maternel strict. Mise au point en Colombie, cette méthode conçue comme une alternative au manque de couveuses pour les bébés nés avant terme a été rapidement considérée comme un dispositif miracle pouvant être répliqué quel que soit le lieu et évoquant les modèles voyageurs. Les données ont été collectées dans un centre hospitalier de la capitale par les observations collectives et directes du déroulement de la MMK, les observations individuelles et les entretiens semi-directifs avec les soignants, les mères et les porteuses. Les résultats montrent les difficultés des acteurs à respecter strictement le modèle compte tenu d’un contexte qui les conduit à adapter la méthode à la réalité du terrain.

Mots clés : anthropologie, enfant prématuré, Madagascar, méthode kangourou, néonatalogie, recherche, relation mère enfant, toucher.

Kangaroo care: the ins and outs of a traveller model in Madagascar

In 2018, the Institut Pasteur in Madagascar conducted anthropological research on the care of premature infants using the kangaroo care method, which consists of carrying a premature baby on the stomach, in skin-to-skin contact and practising strict breastfeeding. Developed in Colombia, this method, conceived as an alternative to the lack of incubators for premature babies, was quickly considered as a miracle strategy that could be replicated anywhere, evoking traveler models. Data was collected in a hospital in Antananarivo, derived from collective and direct observations of the kangaroo process, individual observations and semi-structured interviews with caregivers, mothers and carriers. The results show the difficulties experienced by the different protagonists in adhering strictly to the model, in a context that leads them to adapt the method to the reality of the field.

Keywords: anthropology, kangaroo care, Madagascar, mother-infant relationship, neonatology, premature babies, research, touch.

El método madre canguro: la grandeza y la miseria de una modelo itinerante en Madagascar

En 2018, el Instituto Pasteur de Madagascar realizó una investigación antropológica sobre el manejo de la prematuridad según el Método madre canguro (MMK) que consiste en llevar a un bebé prematuro sobre el estómago, en contacto piel con piel y practicando la lactancia materna estricta. Desarrollado en Colombia como alternativa a la falta de incubadoras para los bebés prematuros, este método se consideró rápidamente como un dispositivo milagroso que podía reproducirse en cualquier lugar y evocó modelos de viaje. Los datos se recogieron en un hospital de la capital mediante observaciones colectivas y directas del proceso de MMK, observaciones individuales y entrevistas semidirectivas con cuidadores, madres y portadores. Los resultados muestran las dificultades de los actores para respetar estrictamente el modelo teniendo en cuenta un contexto que les lleva a adaptar el método a la realidad del terreno.

Palabras claves: antropología, investigación, Madagascar, método canguro, neonatología, niño prematuro, relación madre hijo, tacto.

Selon le rapport mondial de l’OMS de 2018, le taux annuel de naissances prématurées (survenant avant trente-sept semaines d’aménorrhée) est de 15 millions. 60 % de ces naissances sont recensées en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud. Dans les pays à faible revenu, la prématurité des nouveau-nés est une problématique de santé importante. Elle peut être la cause de décès, de retards du développement psychomoteur, de handicaps moteurs et de déficiences intellectuelles (Torchin et al., 2015). Les technologies requises pour les soins des bébés prématurés sont rarement disponibles, les couveuses sont en nombre insuffisant et les achats des équipements ainsi que des pièces de rechanges sont difficiles et couteux.

En 1978, deux pédiatres colombiens, Edgar Rey Sanabria et Hector Martinez Gomez, s’inspirant de la façon dont les mères kangourous portent leurs bébés jusqu’à ce qu’ils soient matures, créent dans la maternité de Bogota une méthode de prise en charge des prématurés fondée sur le portage peau à peau (OMS, 2004) nommée la méthode mère kangourou (MMK). Elle consiste à porter l’enfant sur le ventre, à l’allaiter dès sa naissance, en une hygiène rigoureuse et un habillement chaud. En 1979, suite aux résultats positifs concernant la prise de poids et la stabilisation à 37 degrés de la température des bébés, Sanabria et Martinez Gomez mettent en place dans leur maternité le premier programme mère kangourou (Dzukou et al., 2004). Nathalie Charpak (2006), pédiatre française expatriée en Colombie, a rapidement perçu les effets positifs de cette méthode pour les prématurés, en termes de survie et de développement psychomoteur, cognitif et relationnel. Considérée comme une solution miracle, efficiente quel que soit le contexte, la méthode a été importée dans une vingtaine de pays. À Madagascar, l’implantation de la MMK a été longue et chaotique, entravée par des contraintes liées au contexte socio-économique et culturel. Introduite et soutenue par l’UNICEF en 2000 suite à l’expérience réussie de Bogota (ibid.), elle est reconnue par le gouvernement malgache seulement 2 ans après.

Sa trajectoire évoque celle des modèles voyageurs décrits par l’anthropologue Jean-Pierre Olivier de Sardan et définis comme « toute intervention institutionnelle standardisée […] en vue de produire un quelconque changement social, à travers des changements de comportements d’une ou plusieurs catégories d’acteurs, et qui repose sur un ‘mécanisme’ et des ‘dispositifs’ censés avoir des propriétés intrinsèques permettant d’induire ce changement dans des contextes de mise en œuvre variés » (Olivier de Sardan, 2018, p. 88).

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !


Brèves

Med’Alliance

Colloques & séminaires
Bibliothèque

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !