Article original

© John Y. Can , Sahara Desert , Morocco, Errachidia, Meknès-Tafilalet, Maroc , 20 octobre 2012. Source (CC BY 2.0)

Epouser l’essuf (l’invisible)

Rites de passages et de guérison chez les Touaregs de l’Ahaggar (Sahara algérien)


Faiza SEDDIK ARKAM

Faiza SEDDIK ARKAM est anthropologue, Université de Franche-Comté, LASA, Besançon et anthropologue co-thérapeute à la consultation transculturelle de la MDA de Dole.

Benkheira MH. Le rite à la lettre. Régime carné et normes religieuses. In : Bonte P, Brisebarre AM, Gokalp A. (dir.), Sacrifices en islam. Espaces et temps d’un rituel. Paris : CNRS ; 1999. p. 63-91.

De Martino E. (1971) Le monde magique, t. 1. Paris Synthalobo. Les empêcheurs de tourner en rond ; 1999.

Claudot-Hawad H. La conquête du vide ou la nécessité d’être nomade chez les Touaregs. Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée 1986 ; 41- 42 : 397-412.

Les Touaregs portrait en fragment. Edisud ; 1993.

Eghbal A. L’humain et la perte » : recherche sur l’existence de la schizophrénie comme psychopathologie dans une société constituée sur un modèle collectif : la société touarègue. Thèse de doctorat, Université Paris IV, 1978.

Foley H. (1930) Moeurs et médecine des Touaregs de l’Ahaggar. Jacques Gandini, 1995.

Gast M. Moissons du désert. Utilisation des ressources naturelles au Sahara Central. Paris: IBIS Press ; 2000.

Hureiki J. Les médecines touarègues traditionnelles, approche ethnologique. Paris : Kartala ; 2000. Figueiredo-Biton C. Le voyage en “chaud” et “froid” : conceptions thermiques des Touaregs. In : Voyager d’un point de vue nomade. Paris : Paris-Méditerranée ; 2002. p. 137-144.

Foucauld Charles de, Dictionnaire touareg-français. Dialecte de l’Ahaggar. 4 vol. Paris : Imprimerie nationale ; 1951-1952.

Lhote H. (1954) Les Touaregs du Hoggar (1ère éd. 1944). Paris : A. Colin ; 1984.

Nicolaisen J. Essai sur la religion et la magie touarègues. Folk Dansk Etnografisk Tidsskrift 1961 ; 3 : 113-162.

Noël MF. Cheminement thérapeutique: les Kel Adagh entre savoir-être et savoir-faire. In : Claudot-Hawad H. (éd.), Voyager d’un point de vue nomade. Paris : Paris-Méditerranée ; 145-158.

Rasmussen J. S Spirit possession and personhood among the Kel Ewey Tuareg. Cambridge University Press ; 2002.

Seddik Arkam F. La Baraka et l’essuf: Paroles et pratiques magico-religieuses et thérapeutiques chez les Touaregs et sahariens de l’Ahaggar, Thèse doctorale, Université de Franche Comté, Edition Aglaê, Ministère de la Culture, Alger, 2011.

Virolle M. Rituels Algériens. Paris: Karthala ; 2001.

Wallet FaqqiF, Fiore B. Isefran : maladies et soins en milieu Touareg. ÉditionsCRMT/PSMTM ; 1993.

Walentowitz S. Enfant de Soi, enfant de l’Autre. La construction symbolique et sociale des identités à travers une étude anthropologique de la naissance chez les Touaregs (Kel eghlal et Ayttawari de l’Azawagh, Niger) », Thèse de doctorat, Ss. la direction de P. Bonte, EHESS, Paris, 2003.

Pour citer cet article :

Seddik Arkam F. Epouser l’essuf (l’invisible). Rites de passages et de guérison chez les Touaregs de l’Ahaggar (Sahara algérien). L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2014, volume 15, n°3, pp. 346-355


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-originaux/epouser-lessuf-linvisible-rites-de-passages-et-de-guerison-chez-les-touaregs-de-lahaggar-sahara-algerien/

Epouser l’essuf (l’invisible): rites de passages et de guérison chez les Touaregs de l’Ahaggar (Sahara algérien)

Cet article concerne le traitement de l’infortune et de la maladie dans le cadre de représentions autochtones au sein d’une population saharienne à tradition nomade. Il met en jeu le rapport de l’homme touareg à l’espace invisible de l’essuf. Le tout se déroule dans un contexte de modernité, offert par un nouvel espace, celui de la périphérie urbaine de la ville de Tamanrasset. Parmi les rites qui cyclent la vie du Touareg. un des premiers est le rite de la nomination, isem en langue touarègue, qui donne lieu à des festivités. Au cours de l’enfance, l’éducation prend en charge les nombreuses représentations sociales liées à l’univers qui entoure les hommes en mobilisant un potentiel symbolique de pratiques sacrées. Plus tard, le mariage, acte d’alliance accompagné d’une série de transactions, est aussi un rite de passage. De même, la reconnaissance ou l’identification d’un état de bien-être ou de mal-être place le corps comme médiateur entre le monde profane et le monde sacré…

Mots clés : Baraka, invisible, Kel essuf, maladie, nomade, représentation sociale, rite de passage, Sahara, société traditionnelle, Touareg.

Joining the essuf (the invisible): rites of passage and healing in the Tuareg population of Ahaggar (Algerian Sahara)

This article is about how misfortune and illness are treated within a Saharan nomadic tradition population. It involves the relation of the Saharan Tuareg to the invisible area of “Essuf”. All this takes place in a modern context offered by a new space, the Saharan town of Tamanrasset and its surroundings. A range of rites accompanies the Tuareg life starting from birth through the rite of giving name, “Isem” in Tuareg language, and the festivities that ensue. Throughout childhood, the upbringing gives a frame to many social representations related to the world around them, raising a symbolic potential of sacred practices. Marriage, an act of alliance accompanied by a set of transactions, is also a rite of passage. Similarly, recognition or identification of a state of well-being or ill-being places the body as mediator between the profane and sacred world.

Keywords: baraka, illness, invisible, Kel essuf, nomad, rite of passage, Sahara, social representation, traditional society, Tuareg.

Casarse con el essuf (el invisible): rituales de pasaje y de cura en los Tuaregs de l’Ahaggar (Sahara argelino)

Este artículo trata del tratamiento del infortunio y de la enfermedad en el contexto de representaciones autóctonas en el seno de una población sahariana de tradición nómada. El estudio muestra la relación entre el hombre touareg y el espacio invisible del essuf, en medio de la modernidad de los espacios de la periferia urbana de la ciudad de Tamanrasset. Dentro de los ritos que ritman la vida del hombre Touareg, uno de los primeros es el rito de la nominación, isem en lengua touareg, que da lugar a festividades. Durante la infancia la educación se ocupa de las numerosas representaciones sociales asociadas al universo alrededor de los hombres, movilizando un potencial simbólico de prácticas sagradas. Más tarde, el matrimonio, acto de alianza acompañado de une serie de transacciones, es también un ritual de pasaje. Además, el reconocimiento o la identificación de un estado de bienestar ou de malestar sitúa el cuerpo como mediador entre el mundo profano y el mundo sagrado.

Palabras claves: Baraka, enfermedad, invisible, Kel essuf, nómada, representación social, ritual de pasaje, Sahara, sociedad tradicional, Tuareg.

Une société en mutation

Dans notre projet d’appréhender les pratiques traditionnelles thérapeutiques de la société touarègue, nous avons constaté que c’est dans un contexte de violation de l’espace sacré lié au monde de l’essuf que l’on observe une adaptation du rituel à l’espace urbain. Une réorganisation communautaire s’est opérée parmi les différents groupes Touaregs qui s’agglutinent aux périphéries de la ville ; lieux connaissant une urbanisation sauvage, complètement inadaptée et en rupture totale avec le mode de vie pastoral traditionnel symbolisé par la sécurisante tente mère, ehen emma. Mais, surtout, cette urbanisation a lieu sur un espace traditionnellement sacré, lieu de l’essuf et du ténéré, c’est-à-dire des lieux déserts et habités d’esprits invisibles.

Nous avons volontairement choisi pour les entretiens et les récits, des représentants de cette sphère du sacré et de la maladie au sein de la population touarègue, dans le souci de bien délimiter notre champ d’étude, même si inévitablement d’autres populations et d’autres influences culturelles entrent en jeu dans un même espace. La société touarègue n’est pas en vase clos, elle côtoie de très près d’autres populations et d’autres cultures, elle s’adapte à son nouvel univers dans ses différentes composantes.

Nous avons donc délimité un espace lieu représentatif de cette brusque évolution de cette société, à savoir l’espace périphérique qui entoure la ville de Tamanrasset où s’est sédentarisé un grand nombre de nomades Touaregs. C’est un espace d’échange et de conflits, espace de toutes les transgressions où réside la majorité des officiants. Ces acteurs, femmes ou hommes, intermédiaires entre les deux mondes du visible et de l’invisiblesont de ce fait dans la modernité et dans l’échange mais aussi dans le conflit. Cet espace délimite une « topographie » de l’espace religieux thérapeutique.

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !


Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !