Article original

© Faculty of Geotechnology, Delft University of Technology. Architect: Jeanne Dekkers, Gosia Wolak (2007). Source (CC BY 2.0)

Combien de générations reste-t-on « immigrants » ?

Réflexion critique sur une terminologie porteuse d’une identité imposée

et


Imen BEN-CHEIKH

Imen Ben-Cheikh est psychiatre au Programme de santé mentale, Hôpital Montfort, Ottawa, Ontario, Canada.

Abdelwahed MEKKI-BERRADA

Abdelwahed Mekki-Berrada, Ph.D., est professeur en anthropologie de la santé, Département d’anthropologie, Université Laval, Pavillon Charles-De Koninck, Bureau 3431, Québec G1V 0A6, Montréal, Canada ; Centre for International Community Health Studies, University of Connecticut School of Medicine, Framington, Connecticut.

Bartley, A., Spoonley, P. (2008). Intergenerational transnationalism: 1.5 generation Asian migrants in New Zealand. International Migration, 46(4), 63-84.

Berry, J. (1997). Immigration, Acculturation, and Adaptation. Applied Psychology: An International Review, 46(1), 5-68.

Bouche-Florin, L., Skandrani, S., Moro, M. (2007). La construction identitaire chez l’adolescent de parents migrants. Analyse croisée du processus identitaire. Santé mentale au Québec, 32(1), 213–227.

Boyd, M. (2002). Educational attainments of immigrant offspring: success or segmented assimilation? The International Migration Review, 36(4), 1037-1060.

Boyd, M., Grieco, E. (1998). Triumphant transitions: socioeconomic achievements of the second generation in Canada. The International Migration Review, 32(4), 853-876.

Brinbaum, Y. & Primon, J. (2013). Transition professionnelle et emploi des descendants d’immigrés en France. Revue européenne des sciences sociales, 51-1(1), 33-63.

Brown, CS., Chu, H. (2012). Discrimination, ethnic identity and academic outcomes of Mexican immigrant children: the importance of school context. Child Development, 83(5), 1477-1485.

Camilleri, C. (1998). Chapitre III. Identité et gestion de la disparité culturelle: essai d’une typologie. Dans : Carmel Camilleri éd., Stratégies identitaires (pp. 85-110). Paris, France : P.U.F.

Cattacin, S., Fibbi, R., Wanner, P. (2016). La nouvelle seconde génération. Introduction au numéro spécial. Swiss Journal of Sociology, 42, 209-217.

Cattacin, S. (2015). Au-delà de la culture et du territoire. La jeunesse globale. Terra Cognita, 5, 100-103.

de Rudder, V. (1998). Identité, origine et étiquetage: De l’ethnique au racial, savamment cultivés…. Journal des anthropologues, 72-73(1), 31-47.

Draschler, J. (1921). Intermarriage in New York City: a statistical study of the amalgamation of European peoples. New York, USA: Columbia University Press.

Eid, P. (2012) Les inégalités « ethnoraciales » dans l’accès à l’emploi à Montréal : le poids de la discrimination. Recherches sociographiques, 53(2), 415–450.

Fibbi, R., Moret, J. (2017). Enfants d’immigrés dans leur quête de reconnaissance : position sociale et négociations identitaires. Bulletin de l’Institut Scientifique, 36, 161-180.

Gallant, N. (2008). Identité et participation politique des jeunes immigrants de deuxième génération. Diversité canadienne, 6(2), 52-55.

Gordon, M. (1964). Assimilation in American life : the role of race, religion, and national origins. New York, USA: Oxford University Press.

Lafortune, G., Kanouté, F. (2007). Vécu identitaire d’élèves de 1ère et de 2ème génération d’origine haïtienne. Revue de l’Université de Moncton, 38(2), 33-71.

Malewska-Peyre, H. (1993). L’identité négative chez les jeunes immigrés. Santé mentale au Québec, 18(1), 109–123.

Meintel, D. & Kahn, E. (2005). De génération en génération: identités et projets identitaires de Montréalais de la «deuxième génération». Ethnologies, 27(1), 131–163.

Mekki-Berrada, A. (2014). La charte des valeurs québécoises: co-exister [exister ensemble] dans la catho-laïcité de l’État et la sécurisation de l’immigration. Diversité canadienne/Canadian Diversity, 10(2), 5-10.

Mekki-Berrada, A. (2018). ‘Ayn mika: Traumatic experience, social invisibility, and emotional distress of sub-Saharan women with precarious status in Morocco. Transcultural Psychiatry, 56(6), 1170-1190.

Memmi, A. (2004). Portrait du décolonisé. Paris, France: Gallimard.

Moro, MR. (2003). Parents-enfants en situation migratoire: une nouvelle clinique des métissages, Dans: Baubet, T., Moro, MR., éds., Psychiatrie et Migrations (pp. 173). Paris, France: Masson.

Noh, S., Kaspar, V., Wickrama, KA. (2007). Overt and subtle racial discrimination and mental health: preliminary findings for Korean immigrants. American journal of public health, 97(7), 1269–1274.

Portes, A., Rumbaut, RG. (2001). Legacies: the story of the immigrant second generation. New York, USA: University of California.

Portes, A., Zhou, M. (1993). The new second generation: segmented assimilation and its variants. The ANNALS of the American Academy of Political and Social Science, 530(1), 74–96.

Potvin, M., Eid, P., Venel, N. (2007). La 2ème génération issue de l’immigration, une comparaison France-Québec. Québec: Éditions Athéna.

Potvin, M., Lafortune, G. (2014). Introduction. Les jeunes d’origine haïtienne au Québec, d’hier à aujourd’hui. Diversité urbaine, 14(2), 3–12.

Potvin, M. (2008). L’expérience de la deuxième génération d’origine haïtienne au Québec. Canadian Diversity/Diversité Canadienne, 6(2), 109-113.

Ramakrishnan, SK. (2004). Second Generation Immigrants? The “2.5 Generation” in the United States. Social Science, 85(2), 380-399.

Ricciardi, T., Cattacin, S. (2013). Histoires de migration ordinaire : réalités plurielles. Terra Cognita, 23, 72-74.

Rousseau, C. et al. (2016). Rapport de recherche du Centre de recherche SHERPA, Montréal, Québec. Le défi du vivre ensemble : les déterminants individuels et sociaux du soutien à la radicalisation violente des collégiens et collégiennes au Québec.

Safi, M. (2011). Penser l’intégration des immigrés : les enseignements de la sociologie américaine. Sociologie, 2(2), 149-164.

Safi, M. (2006). Le processus d’intégration des immigrés en France : inégalités et segmentation. Revue française de sociologie, 47(1), 3-48.

Salami, B. et al,. (2017). Rapport de l’Université d’Alberta et de Policy Wise for Children and Families, Alberta, Canada. Mental health of immigrants and non-immigrants in Canada: evidence from the Canadian health measures survey and service provider interviews in Alberta. Disponible sur : https://policywise.com/wp-content/uploads/resources/2017/04/2017-04APR-27-Scientific-Report-15SM-SalamiHegadoren.pdf

Santelli, E. (2007). De la «seconde génération» aux descendants d’immigrés : constructions identitaires et enjeux sociaux. Migrations Société, 5(113), 51-56.

Santelli, E. (2004). De la « deuxième génération » aux descendants d’immigrés maghrébins: apports, heurts et malheurs d’une approche en termes de génération. Temporalités, 2, 29-43.

Sayad, A. (1994). Le mode de génération des générations « immigrées ». L’Homme et la société, N. 111-112, 155-174.

Schneider, J. (2016). First/Second generation immigrants. Rapport NESET II ad hoc question No. 4/2016. Institute for Migration Research and Intercultural Studies (IMIS), University of Osnabrück, Allemagne. Disponible sur : https://nesetweb.eu/wp-content/uploads/2019/06/NESET2_AHQ4.pdf

Straiton, ML., Aambø, AK., Johansen, R. (2019). Perceived discrimination, health and mental health among immigrants in Norway: the role of moderating factors. BMC Public Health, 19, 325.

Suárez-Orozco, C. (2004). Formulating identity in a globalized world. Dans : Suárez-Orozco, M., Qin-Hilliard, DB., éds., Globalization: culture and education in the new millennium (pp. 173-202). Berkeley, CA, USA: University of California Press.

Taboada Leonetti, I. (1989). Stratégies identitaires et minorités dans les sociétés pluriethniques. International Review of Community Development / Revue internationale d’action communautaire, 21, 95–107.

Wessendorf, S. (2007). Sushi-eating Secondos and Casual Latins. Political movements and the emergence of a Latino counter-culture among second-generation Italians in Switzerland. Journal of Intercultural Studies, 28(3), 345-360.

Zhou, M. (1997). Segmented assimilation: issues, controversies, and recent research on the new generation. International Migration Review, 31(4), 975-1008.

Pour citer cet article :

Ben-Cheikh I, Mekki-Berrada A. Combien de générations reste-t-on « immigrants » ? Réflexion critique sur une terminologie porteuse d’une identité imposée. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2020, volume 21, n°3, pp. 318-326


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-originaux/combien-de-generations-reste-t-on-immigrants/

Combien de générations reste-t-on immigrants ? Réflexion critique sur une terminologie porteuse d’une identité imposée

La terminologie « deuxième génération » d’immigrants demeure largement utilisée par les chercheurs pour désigner les enfants de parents immigrants. Dans cet article, nous critiquons la normalisation de cette terminologie et son potentiel d’extension infinie selon une perspective historique. Nous analysons ses différents sens selon le contexte social et politique, mais aussi selon le pays d’origine des parents et enfin selon le lien historique entre le pays de naissance et le pays d’origine. Alors que la construction identitaire des enfants d’immigrants est complexe et singulière, cette terminologie peut représenter une affirmation identitaire positive pour certains, alors que, pour d’autres elle peut au contraire porter un poids de souffrance sociale.

Mots clés : enfant de migrant, identité, insertion sociale, psychologie sociale, représentation sociale, terminologie.

For how many generations is one an “immigrant”? Reflecting critically on a terminology carrying an imposed identity

The terminology “second generation” immigrants remains widely used by researchers to refer to children of immigrant parents. In this paper, we criticize the normalization of this terminology and its potential for infinite extension in a historical perspective. We analyze the different meanings it can have according to the social and political context, according to the parents’ country of origin and according to the historical link between the country of birth and the country of origin. In a situation where the identity construction of the children of immigrants is complex and singular, this terminology can constitute a positive affirmation of identity for some, while for others it can on the contrary carry a burden of social suffering.

Keywords: children of migrants, identity, social inclusion, social psychology, social representation, terminology.

¿Cuántas generaciones después seguimos siendo “inmigrantes”? Reflexión crítica sobre una terminología que conlleva una identidad impuesta

La terminología “segunda generación” de inmigrantes sigue siendo ampliamente utilizada por los investigadores para referirse a los hijos de padres inmigrantes. En este artículo, criticamos la estandarización de esta terminología y su potencial extensión infinita desde una perspectiva histórica. Analizamos sus diferentes significados según el contexto social y político, pero también según el país de origen de los padres y finalmente según el vínculo histórico entre el país de nacimiento y el país de origen. Si bien la construcción de la identidad de los niños inmigrantes es compleja y única, esta terminología puede representar una afirmación positiva de la identidad para algunos, mientras que para otros, por el contrario, puede acarrear un peso de sufrimiento social.

Palabras claves: hijo de migrante, identidad, integración social, psicología social, representación social, terminología.

Au Canada, les descendants d’immigrants sont répartis en deux catégories, à savoir celle de « deuxième génération » et celle de « troisième génération ou plus ». La deuxième génération désigne « les personnes qui sont nées au Canada et dont au moins l’un des parents est né à l’extérieur du Canada. La troisième génération ou plus désigne les personnes nées au Canada et dont les deux parents y sont également nés. Ces personnes peuvent être issues de plusieurs générations d’ancêtres nés au Canada, ou leurs grands-parents peuvent être nés à l’étranger » (Statistique Canada, 2011). Si les décideurs politiques ont, en Amérique du Nord, en partie éliminé de leur discours la notion de « quatrième génération » pour arrêter le décompte à la notion de « troisième génération ou plus », la notion de « générations d’immigrants » demeure néanmoins problématique. En effet, alors qu’elle est largement utilisée dans le champ des sciences sociales pour explorer les spécificités des enfants ayant des parents immigrants et pour les comparer avec d’autres groupes, notamment celui de la « première génération », l’utilisation de la notion de « deuxième génération » est controversée et critiquée par plusieurs auteurs (de Rudder, 1998 ; Santelli, 2004 ; Ricciardi, et al., 2013 ; Cattacin, 2015 ; Schneider, 2016). Cependant, la notion demeure largement acceptée et utilisée par les chercheurs, en tant que variable sociologique significative qui influencerait l’intégration sociale et professionnelle des immigrants et de leurs descendants. Le présent essai se veut une réflexion sur les limites de cette notion de « deuxième génération ».

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !


Lire, Voir, Écouter

Entretien avec Jacqueline BILLIEZ

Colloques & séminaires
Bibliothèque

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !