Article original

© KylaBorg Feminism is... Artist: Miss Frantic, Stevenson Square, Northern Quarter, Manchester, 8 décembre 2013 Source (CC BY 2.0)

À la croisée des chemins

Entre routes de pouvoir et sentiers cliniques

et


Yann ZOLDAN

Yann ZOLDAN est psychologue clinicien, doctorant en psychologie clinique au laboratoire Cliniques Pathologique et Interculturelle (LCPI) de l’université de Toulouse - Jean Jaurès, 5 allée Antonio Machado, 31058 Toulouse Cedex 9.

Cécile ROUSSEAU

Cécile Rousseau est professeur de psychiatrie à la division de psychiatrie sociale et culturelle de l’université McGill, directrice scientifique du centre de recherche et de formation, CSSS de la Montagne.

Altman, N. (2000). Black and White Thinking: A Psychoanalyst Reconsiders Race. Psychoanalytic Dialogues, 10(4): 589-605.

Aulagnier, P. (2013). La violence de l’interprétation: du pictogramme à l’énoncé. Paris, France : P.U.F.

Beneduce, R. (2016). Traumatic pasts and the historical imagination: Symptoms of loss, postcolonial suffering, and counter-memories among African migrants. Transcultural Psychiatry. 53(3): 261-285.

Benjamin, J. (1988). The bonds of love: psychoanalysis, feminism, and the problem of domination. New York, USA: Pantheon Books.

Benjamin, J. (2004). Beyond doer and done to: An intersubjective view of thirdness. The Psychoanalytic Quarterly, 73(1): 5–46.

Bilge, S. (2009). Théorisations féministes de l’intersectionnalité. Diogène, 225(1): 70-88.

Bodnar, S. (2004). Remember Where You Come From: Dissociative Process in Multicultural Individuals. Psychoanalytic Dialogues, 14(5): 581-603.

Borch-Jacobsen, M. (2011). Les patients de Freud: destins. Auxerre, France : Sciences Humaines.

Bourdin, D. (2007). La psychanalyse : de Freud à aujourd’hui : histoire, concepts, pratiques. Rosny, France : Bréal éditions.

Butler, J. (2006). Trouble dans le genre : Le féminisme et la subversion de l’identité. Paris, France : Editions La Découverte.

Chodorow, N. (1989). Feminism and psychoanalytic theory. New Haven : Yale University Press.

Davids, M. F. (2011). Internal racism: a psychoanalytic approach to race and difference. Basingstoke, Hampshire ; New York: Palgrave Macmillan.

Davis, A. Y. (2016). Freedom is a constant struggle: Ferguson, Palestine, and the foundations of a movement. Chicago, Illinois: Haymarket Books.

Delanoë, D, Moro, M. R. (2016). Les rapports sociaux dans le transfert culturel : Essai de problématisation. L’Autre, 17(2): 203-211.

Devereux, G. (1939). Maladjustment and Social Neurosis. American Sociological Review, 4(6): 844-851.

Devereux, G. (1983). Essais d’ethnopsychiatrie générale. Paris, France : Gallimard.

Devereux, G. (2012). De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement. Paris, France : Flammarion.

Duparc, F. (1986). Les paradoxes de l’identité. Psychanalyse à l’Université, 11(44): 665-678.

Eribon, D. (2016). Principes d’une pensée critique. Paris, France : Fayard.

Fanon, F. (1952a). Le « syndrome nord-africain ». Esprit, 187(2): 237–248.

Fanon, F. (1952b). Peau noire masques blancs. Paris, France : Seuil.

Foucault, M. (1994). Le sujet et le pouvoir. Dans : Foucault, M. Dits et écrits (pp. 222-243). Paris, France : Gallimard.

Freud, S. (2012). Un souvenir d’enfance de Léonard de Vinci. Paris, France : P.U.F.

Freud, S. (2015). La question de l’analyse profane. Dans : Freud, S., Œuvres Complètes : Psychanalyse, Vol. XVIII (pp. 5-92). Paris, France : P.U.F.

Freud, S. (2007). Le malaise dans la culture. Paris, France : P.U.F.

Freud, S. (2004). De la sexualité féminine. Dans : Freud, S., Œuvres complètes : psychanalyse, Vol. XIX (pp. 8-28). Paris: P.U.F.

Freud, S. (1937). Die endliche und die unendliche analyse. Dans : Freud, S., Gesammelte werke, Vol. XVI (pp. 59-99).

Freud, S. (1993). L’homme Moïse et la religion monothéiste. Paris, France : Gallimard.

Freud, S. (2010). Cinq psychanalyses. Paris, France : Quadrige/P.U.F.

Freud, S. (2010). L’avenir d’une illusion. Paris, France : P.U.F.

Freud, S. (2012). L’analyse finie et l’analyse infinie suivi de Constructions dans l’analyse. Paris: P.U.F.

Gay, P. (1995). The Freud reader. New York, USA: W.W. Norton.

Goodman, D. M. (2014). Introduction to special issue on psychology and the other: The historical-political in psychoanalysis’ ethical turn. Psychoanalysis, Culture & Society, 19(3): 225-231.

Green, A. (2004). Thirdness and Psychoanalytic Concepts. The Psychoanalytic Quarterly, 73(1): 99-135.

Isherwood, L. (2001). Queering Christ: Outrageous Acts and Theological Rebellions. Literature and Theology, 15(3): 249-261.

Kirmayer, L. J. (2011). Multicultural Medicine and the Politics of Recognition. Journal of Medicine and Philosophy, 36(4): 410-423.

Kristeva, J. (1990). Women’s time. Dans : C. Zanardi (Éd.). Essential papers on the psychology of women (pp. 375 398). New York, USA: New York University Press.

Kristeva, J. (1999). Sens et non-sens de la révolte: discours direct. Paris, France : Librairie générale française.

Lacan, J. (1999). Écrits 1. Paris, France : Ed. du Seuil.

Laing, R., D. (1980). La politique de l’expérience: essai sur l’aliénation. Paris: Stock.

Lorde, A. (2007). Sister outsider: essays and speeches. Berkeley, California: Crossing Press.

Mansouri, M. (2013). Révoltes postcoloniales au coeur de l’Hexagone: voix d’adolescents. Paris: P.U.F.

Mestre, C., & Moro, M. R. (2012). L’intime et le politique: Projet pour une ethnopsychanalyse critique. L’Autre, 13(3): 263-272.

Mitchell, J. (1974). Psychoanalysis and feminism. New York, USA: Pantheon Books.

Mitchell, J. (2017). Débattre de la différence des sexes, de la politique et de l’inconscient. L’Homme et la société, 39(1): 203204.

Moss, D. (2001). On hating in the first person plural: thinking psychoanalytically about racism, homophobia, and misogyny. Journal of the American Psychoanalytic Association, 49(4): 1315–1334.

Pinderhughes, E. (1989). Understanding race, ethnicity, and power: the key to efficacy in clinical practice. New York, USA : Free Press.

Robert, M. (2002). La révolution psychanalytique: la vie et l’œuvre de Sigmund Freud. Paris, France : Payot & Rivages.

Rouchon, J.-F., Reyre, A., Taïeb, O., & Moro, M. R. (2009). L’utilisation de la notion de contre-transfert culturel en clinique. L’Autre, 10(1): 80-89.

Rubin, G. (2010). Surveiller et jouir: anthropologie politique du sexe. Paris, France : EPEL.

Rubin, G. (2012). Deviations: a Gayle Rubin reader. Durham, NC: Duke University Press.

Sand, S. (2015). Coming out, being out: Reconciling loss and hatred in becoming whole. Psychoanalysis, Culture & Society, 20(3): 250-266.

Sartre, J.-P. (1943). L’être et le néant : Essai d’ontologie phénoménologique. Paris, France : Gallimard.

Sauret, M.-J. (2012). L’effet révolutionnaire du symptôme. Paris, France : Érès.

Stoller, R. J. (1984). Sex and gender: the development of masculinity and femininity. London, UK: Karnac.

Taliani, S. (2012). Intuitions délirantes et désirs hypothéqués : penser la migration avec Frantz Fanon. L’Autre, 13(3): 285-295.

Tervalon, M., & Murray-García, J. (1998). Cultural Humility Versus Cultural Competence: A Critical Distinction in Defining Physician Training Outcomes in Multicultural Education. Journal of Health Care for the Poor and Underserved, 9(2): 117-125.

Zoldan, Y. (2015). De la révolte à la modernité, violence et œuvre de Freud. Dans : Hajji, N., Lescarret, O., Association internationale pour la recherche interculturelle, & Congrès (Éds.), Les mouvements sociaux à l’épreuve de l’interculturel (pp.103-111). Paris, France : L’Harmattan.

Zoldan, Y., & Mouchenik, Y. (2016). Le prix de l’existence. Dans : Regnault, E., Costa-Fernandez, E., (Éds.), L’interculturel aujourd’hui: perspectives et enjeux (pp. 281-288). Paris, France : Éditions L’Harmattan.

Pour citer cet article :

Zoldan Y, Rousseau C. À la croisée des chemins. Entre routes de pouvoir et sentiers cliniques. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2020, volume 21, n°3, pp. 307-317


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-originaux/a-la-croisee-des-chemins/

À la croisée des chemins : entre routes de pouvoir et sentiers cliniques

Cet article invite le lecteur à croiser les chemins de la psychanalyse et des rapports de pouvoir à l’œuvre dans la société. A travers l’exemple actuel de la théorie de l’intersectionnalité issue des luttes féministes noires américaines, nous interrogeons l’intérêt de cette rencontre pour la prise en charge clinique. Le défi théorique émerge des défis sociétaux auxquels se confronte notre clinique: sociétés multiculturelles, interrogations autour du genre, etc. Ces enjeux de société bousculent les dynamiques de pouvoir et nécessitent de penser la place des privilèges et des discriminations dans nos pratiques cliniques.

Mots clés : ethnopsychanalyse, féminisme, Femme, intersectionnalité, psychanalyse, relation dominant dominé.

The crossroads between the roads of power and clinical pathways

In this article, we invite the reader to explore how power dynamics in society intersect with psychoanalysis. Using the example of intersectional theory, derived from African-American feminist struggles, we investigate the dialogue between political theories and psychoanalysis in the clinical encounter. Theoretical issues such as multiculturalism and gender issues emerge from the social dynamic and have implications for our clinical work. These social issues create a new power dynamic in clinical encounters, resulting in the need to think more critically about issues of privilege and discrimination.

Keywords: dominant dominated relationship, ethno-psychoanalysis, feminism, intersectionality, psychoanalysis, woman.

En la encrucijada entre caminos de poder y los senderos clínicos

Este artículo invita al lector a una visión contrastada entre el psicoanálisis y las relaciones de poder. A través del ejemplo de la teoría de la interseccionalidad nacida de las luchas feministas negras estadounidenses, cuestionamos el interés clínico de este debate. El desafío teórico surge de los desafíos sociales que enfrenta nuestra clínica: sociedades multiculturales, cuestiones de género, etc. Estas cuestiones de sociedad hacen tambalear la dinámica del poder y obligan a pensar el rol de los privilegios y de las discriminaciones en nuestras prácticas clínicas.

Palabras claves: etnopsicoanálisis, feminismo, interseccionalidad, mujer, relación dominante-dominado.

L’histoire de la psychanalyse, plus précisément celle de sa création, nous enseigne l’importance de la pratique sur l’émergence de la théorie et parfois l’impossible concordance entre les deux (Aulagnier, 1975). Un éros de la praxis devant le thanatos de la doxa1. Il est connu (Bourdin, 2007 ; Gay, 1995) que Freud théorisa la psychanalyse à travers la rencontre avec ses patientes. Cette révolte hystérique devenue révolte historique (Zoldan, 2015) permit d’esquisser la théorie psychanalytique. On se souvient ainsi de la célèbre Bertha Pappenheim alias Anna O, militante juive féministe et socialiste (Borch-Jacobsen, 2011), patiente de Breuer et cas étudié par Freud au fondement de la théorie psychanalytique. À travers la révolte des femmes et leur écoute, nous avons découvert un vaste champ théorique. Nous pouvons alors envisager le féminisme au cœur de la psychanalyse, puisque féminisme et paroles des femmes en sont une composante essentielle. Bien que ces paroles aient été appropriées par un pouvoir masculin et peu reconnues comme des discours de vérité. Une autre histoire a eu lieu de l’autre côté de l’Atlantique, aux Etats-Unis d’Amérique où des femmes noires féministes ont au cours de leur révolte permis de développer une théorie, celle de l’intersectionnalité. Comme le rappelle justement l’activiste Angela Davis, avant d’être une théorie, l’intersectionnalité est avant tout une pratique et une réalité politique qui sera reprise par le champ universitaire : elle est donc née d’une expérience de lutte politique, un concept qui était au départ une histoire de corps et d’expérience (Davis, 2016). Pour définir dans un premier temps l’intersectionnalité nous dirons qu’il s’agit d’une politique de l’expérience (Laing, 1980) du vécu d’oppression et de discrimination. Ce vécu se retrouve à l’intersection de plusieurs dynamiques de pouvoir, sans que cela ne soit une simple addition ou juxtaposition. En conséquence, il en résulte un vécu particulier, une subjectivité qui lui est propre, déterminée par l’ensemble de ces facteurs. Un des exemples souvent utilisé est qu’une femme noire américaine est à la fois femme et noire, ses deux identités sont indissociables. L’intersectionnalité permet de témoigner de ces différentes dimensions et analyser celles-ci. Si nous souhaitons rapprocher ces deux histoires, celle du féminisme juif socialiste de Vienne peu avant les années 1900 et celle du féminisme des femmes noires américaines de la fin des années soixante, c’est pour convoquer une rencontre. Une rencontre entre deux mondes distincts, celui de la théorisation psychanalytique des salons feutrés viennois et celui des ghettos noirs américains. Des mondes dissemblables et pourtant qui ont en partage la discrimination raciale (Altman, 2000). Une rencontre qui a pour lieu le féminisme, pour époque le XXe siècle et qui s’actualise dans notre présent. Cette rencontre à la croisée des chemins est nécessaire, elle l’est pour la théorie psychanalytique qui ne doit pas manquer sa rencontre avec le réel de nos sociétés multiples et diverses. Elle l’est également pour nos sociétés qui ont besoin d’entendement ; là où l’absence de sens est désormais trop souvent comblée par les politiques de haine. Bien qu’il existe des débats possibles entre les théories féministes et psychanalytiques, engagées notamment par Kristeva (1990, 1999) ou des féministes plus revendiquées (Benjamin, 1988 ; Butler, 2006 ; Chodorow, 1989 ; Mitchell, 1974, 2017 ; Rubin, 2012), la psychanalyse est parfois associée à une pratique réactionnaire, familialiste, antiféministe, opposée aux émancipations sexuelles (Eribon, 2016) lorsqu’il s’agit de questionner la pratique politique d’émancipation sociale.

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !

  1. Nous désignons par éros de la praxis, les liens vivants qui se tissent dans la pratique clinique et par thanatos de la doxa, la rigidité mortifère de certaines théories.


Brèves

Med’Alliance

Colloques & séminaires
Bibliothèque

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !