Article de dossier

© Epape, Rollercoaster stairs & metal warp, Mont Liban, Liban, 11 septembre 2006. Source

Raconter l’exil

La transmission du récit et son héritage chez une famille palestinienne réfugiée à Chatila

et


Jamila CHAIB

Jamila CHAIB est psychologue clinicienne dans le service de psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent, psychiatrie générale et addictologie spécialisée, Hôpital Avicenne, 125 route de Stalingrad, 93009 Bobigny Cedex.

Thierry BAUBET

Thierry BAUBET est professeur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l’université Paris 13, chercheur à l’INSERM U1178, chef du service de psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent, psychiatrie générale et addictologie spécialisée, Hôpital Avicenne, 125 route de Stalingrad, 93009 Bobigny Cedex.

Altounian J. La survivance, traduire le trauma collectif. Paris : Dunod ; 2000.

Altounian J. L’intraduisible, deuil, mémoire, transmission. Paris : Dunod ; 2005.

Arraou P. Le rôle des cadres sociaux dans la dynamique identitaire. L’exilé, une identité entre deux mémoires sociales. In : Chauchat H, Durand Dellvigne A. De l’identité du sujet au lien social. Paris : PUF ; 1999. p. 69-83.

Bardin L. L’analyse de contenu. Paris : PUF ; 1977.

De Mendelhsson F. Transgenerational Transmission of Trauma : Guilt, Shame, and the « Heroic Dilemma ». International Journal of Group Psychotherapy 2008 ; 58 (3) : 389- 401.

Drieu D, Marty F. Figures de filiation traumatique. Dialogue, Recherches clinique et sociologique sur le couple et la famille 2005 ; 168 : 6-14.

Folman A. Waltz with Bachir, 2008.

Fuchs MF. La fonction grand-parentale : du symbole à l’exercice pratique. Archives de pédiatrie 2005 ; 12 : 892-893.

Gampel Y. Ces parents qui vivent à travers moi, les enfants des guerres. Fayard ; 2005.

Grinberg L, Grinberg R. Psychanalyse du migrant et de l’exilé. Lyon : Césura ; 1986.

Haesler L. De la transmission transgénérationnelle du traumatisme. Un enfant de la « troisième génération » des persécutions nazies. Journal de la psychanalyse de l’enfant « Traumatismes » 1991 ; 9 : 132-147.

Hassoun J. Deux fois sortis d’Egypte. In : Nathan T & al. Rituels de deuil, travail de deuil. Grenoble : La pensée sauvage ; 1995. p.175-182.

Houballah A., Destin du traumatisme, comment faire son deuil. Paris : Hachette ; 1998.

Jacques P., Trauma et culture, de la mémoire collective à la reconstruction psychique. Cahiers de psychologie clinique 2001 ; 4 : 189-198.

Jacques A., Lamjahdi S., Lefèbvre A., L’adolescence en exil, exil d’adolescence. Cahiers de psychologie clinique 2009 ; 2 (33) : 177-200.

Khalidi R., L’identité palestinienne. La construction d’une conscience nationale moderne – 2nde édition. Paris : La Fabrique ; 2003.

Khalili L. Lieux de mémoire et de deuil ; la commémoration palestinienne dans les camps de réfugiés au Liban. In : Picaudou N (ss dir). Territoires palestiniens de mémoire. Paris Beyrouth : IFPO Karthala ; 2006. p.191-218.

Khoury E. De la patrie-camp à la patrie exil. Les cahiers intersignes 1998 ; 14/15.

Lachal C. Les cadets de l’Intifada : du traumatisme à la catastrophe. Le journal des psychologues 1997 ; 149 : 466-469

Lachal C. Le comportement de privation hostile. L’autre ; Cliniques, Cultures et Sociétés 2000 ; 1 : 77-89.

Lachal C. La construction de la subjectivité et du lien à l’adolescence. Champ psychosomatique 2002 ; 1/25 : 25-47.

Latte Abdallah S. Transmission et honneur dans les camps de réfugiés palestiniens de Jordanie. In : Picaudou N (ss dir). Territoires palestiniens de mémoire. Paris Beyrouth : IFPO Karthala ; 2006. P. 271-292.

Maalouf A. Les identités meurtrières. Paris : Grasset ; 1998.

Nathan T. La folie des autres. Paris : Dunod ; 1986.

Nathan T. Mémoire d’exil. In : Nathan T. Le sperme du Diable. Paris : P.U.F ; 1988. p.175-191.

Oppenheim-Gluckman H, Oppenheim D. Transmission de l’histoire familiale et des références identitaires dans les familles qui ont connu l’exil et la Shoah. L’évaluation psychiatrique 2008 ; 73 : 145-157.

Péan P. Le passé c’est encore le présent : Sabra et Chatila, retour sur un massacre. Le monde diplomatique sept 2002 : 20-21.

Picaudou N. Territoires palestiniens de mémoire. Paris Beyrouth : IFPO Karthala ; 2006.

Pirinoli C. Entre terre et territoire : enracinement de l’identité palestinienne. Etudes rurales 2005 ; 163-164 : 91-107.

Sacco J. Gaza – 1956 ; En marge de l’histoire. Futuropolis ; 2010.

Saïd E. Réflexions sur l’exil. Réflexions sur l’exil et autres essais. Paris : Actes Sud ; 2008. p.241-257.

Samy M. Les enfants qui lancent des pierres ne sont pas faits de pierre : l’enfant et la guerre en Palestine. Prisme 1999 ; 28 : 34-53.

Sanbar E. Figures du Palestinien ; Identités des origines, identité de devenir. Paris : Gallimard ;2004.

Schiocchet L. Palestinian Sumûd ; Steadfastsness, ritual, and time among Palestinian refugee. In : Palestinian refugees : different generations but one identity. Birzeit : The Ibrahim Abu-Lughod institute of International studies, Birzeit University ; 2013. p. 67-90.

Sfeir J. L’exil palestinien au Liban, le temps des origines (1947-1952). Paris Beyrouth : IFPO Karthala ; 2008.

Tourn L. Chemin de l’exil. Paris : Campagne première ; 2003. Verdeil E, Faour G, Velut S. Atlas du Liban. Beyrouth : IFPO ; 2007. http ://ifpo.revues.org/418 (dernière consultation le 7/02/2014).

Pour citer cet article :

Chaib J, Baubet T. Raconter l’exil. La transmission du récit et son héritage chez une famille palestinienne réfugiée à Chatila. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2015, vol. 16, n°1, pp. 17-27


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-dossier/raconter-lexil-la-transmission-du-recit-et-son-heritage-chez-une-famille-palestinienne-refugiee-a-chatila/

Raconter l’exil, la transmission du récit et son héritage chez une famille palestinienne refugiée à Chatila

A Chatila, au Liban, les réfugiés palestiniens vivent dans un environnement hostile et les enfants grandissent dans ce cadre témoin des massacres passés, emmêlés. Une recherche a été menée afin de penser la transmission d’exils vécus par la première génération de réfugiés palestiniens ainsi que l’héritage reçu par la jeune génération. Comment les enjeux collectifs et individuels autour de la transmission d’une histoire commune sont apparus dans cette unité de temps et de lieu qu’est Chatila aujourd’hui ? Le recours au collectif et à la narration héroïque sont des modalités protectrices et étayantes. La contenance du groupe et par le groupe semble primordiale. En restituant un honneur et un statut social, en transportant une terre objet relique, les générations suivantes sont mandatées pour réparer les failles de leurs aînés. En effet, à la troisième génération, les problématiques infantiles et adolescentes semblent enrobées d’un discours coloré d’une loyauté filiative et communautaire.

Mots clés : Chatila, exilé, filiation, groupe d’appartenance, Liban, loyauté, Palestine, récit de vie, transgénérationnel, transmission de la vie psychique, traumatisme psychique.

Telling the exile, the transmission of the story and its legacy in a Palestinian family that sought refuge in Chatila

This research explores the transmission of exile narratives among the first generation of the Palestinian refugees in Chatila, Lebanon, and its inheritance to the younger generation. Children grow up in a context that had in the past witnessed raveled massacres. The Chatila camp represents a time and space unit hosting individual and collective issues entangled within one common and leaguing narrative. Supportive and protective modalities are found in resorting to the community and to individual heroic narration. The countenance offered within and by the group seems essential. The following generations have a restorative mandate toward their elders’ shattered history. Bound to reestablish honor and social status, they convey the land such a relic object. Within the third generation, the infantile and adolescent conflicts are coated with a discourse on loyalty to filiation and community.

Keywords: Chatila, exile, filiation, Lebanon, life story, loyalty, membership group, Palestine, psychic life transmission, psychic trauma, transgenerational.

Contar el exilio, la transmisión del relato y su herencia en una mujer palestina refugiada en Chatila

En Chatila, Líbano, los refugiados palestinos viven en un ambiente hostil y los niños crecen en este medio en donde suceden masacres ligadas las unas a las otras. Una investigación fue realizada con el objetivo de pensar la transmisión de exilios vividos por la primera generación de refugiados palestinos así como la herencia recibida por la generación más reciente. Cómo los aspectos colectivos e individuales alrededor de la transmisión de una historia común aparecieron en este unidad de tiempo y de espacio que es Chatila hoy ? El recurrir a lo colectivo y a la narración heroica son modalidades protectoras y de apoyo. La contención del grupo y por el grupo parece primordial. Restituyendo un honor y un estatus social, transportando una tierra objeto reliquia, las generaciones siguientes tienen el mandato de reparar los fallos de sus ancestros. En efecto, en la tercera generación, los problemas infantiles y adolescentes parecen cubiertos de un discurso con matices de lealtad filial y comunitaria.

Palabras claves: Chatila, exiliado, filiación, grupo de pertenencia, lealtad, Líbano, Palestina, relato de vida, transgeneracional, transmisión de la vida psíquica, traumatismo psíquico.

Les Palestiniens se sont réfugiés dans différents pays en 1948 suite à la création de l’État d’Israël. Le conflit qui caractérise la Palestine est singulier par sa temporalité écrasante et son caractère continu. Cette guerre de 48 est nommée du côté Israélien « guerre d’indépendance » ; du côté arabe c’est la Nakba, la catastrophe. Près de 200 000 réfugiés viennent alors au Liban alors que les autres s’exilent vers la Syrie, l’Égypte, la Jordanie (Verdeil & al. 2007). Les « enfants de 48 » sont aujourd’hui grands-parents et encore dans les camps de réfugiés du Liban, figés dans un temps provisoire qui n’en finit pas. C’est par son caractère temporaire que le temps de l’exil devient supportable (Jacques & al. 2009). L’idée même de refuge est constituée notamment de la récupération de la réalité antérieure par la reproduction de l’organisation géographique et des relations sociales (Khoury 1998). Les camps sont organisés à l’image de la Palestine. Les villages se recréent grâce à des structures familiales et communautaires, claniques, de par l’exode qui s’est déroulé par pans régionaux. Cette réinscription spatiale dans le camp en fait « le support privilégié de la construction mémorielle » (Picaudou 2006 : 18). Espace provisoire pour les réfugiés en attendant le retour, Chatila est le symbole de la lutte palestinienne dans les années 70 puis lieu du martyre suite aux massacres1 et différents conflits (Sfeir 2008). Le drame est celui de toute une génération d’enfants palestiniens dont le développement a été entravé par un climat de violence généralisée. Que ce soit dans les territoires palestiniens ou chez la diaspora réfugiée, aucune génération n’est épargnée (Sacco 2010). La douleur de l’exil et de l’arrachement, dans le cas de réfugiés palestiniens du Liban, est transmise aux générations suivantes dans un contexte politique, social et économique difficile qui se chronicise.

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !

  1. Massacre perpétré en 1982 à Sabra et Chatila « qui vit l’assassinat de centaines de civils dans les camps du Liban par les milices libanaises de droite, sous l’œil complice des soldats israéliens, est vécu par les Palestiniens comme une étape supplémentaire dans une histoire ponctuée de massacres et d’exactions » (Péan 2002). Cf. Valse avec Bachir (Folman 2008).

Dans le même dossier

Nan mitan moun yo nan kolera*
Figuration de l’histoire originaire collective à travers sa réverbération traumatique en Haïti

Transmettre une identité religieuse :
l’inscription dans le judaïsme d’enfants adoptés

Transmission culturelle et troubles de la relation chez les enfants de migrants :
un dispositif expérimental pour une co-construction des liens

Brèves
Lire, Voir, Écouter
Colloques & séminaires
Bibliothèque

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !