Article de dossier

© Jaume Escofet, regards, 16 juin 2011. Source (CC BY 2.0)

Parole, voix et corps

Convergence entre l’interprète et le soignant dans les consultations avec des migrants

et


Anna Claudia TICCA

Véronique TRAVERSO

Baraldi C, Gavioli L. Dialogue interpreting as intercultural mediation. An analysis in healthcare multicultural settings». In: Grein M, Weigand E, editors. Dialogue and Cultures. Amsterdam: Benjamins; 2007. p. 155-175.

Baraldi C, Gavioli L. editors. Coordinating Participation in Dialogue Interpreting. Amsterdam: John Benjamins; 2012.

Béal A, Chambon N. Le recours à l’interprète en santé mental: enjeux et problèmes. Cahiers de Rhizome 2015; 55: 9-26.

Chambon N, Le Goff G. Enjeux et controverses de la prise en charge des migrants précaires en psychiatrie. Revue française des affaires sociales 2016/2: 123-140.

Davidson B. The interpreter as institutional gatekeeper. Journal of Sociolinguistics 2000; 4(3): 379-405.

Garfinkel H. Studies in Ethnomethodology. Englewood Cliffs, NJ: Prentice-Hall ; 1967.

Giles H, Coupland N. Language: Contexts and Consequences. Keynes: Open University Press. 1991

Goffman E. Forms of Talk. Pennsylvania: University of Pennsylvania Press; 1981.

Gumperz JJ, Jupp TC. Roberts C. Crosstalk. A Study of Cross-Cultural Communication. Background material and notes for the BBC film, Southall, National Centre for Industrial Language Training; 1979.

Hale S. “Excuse me, the interpreter wants to speak” Interpreter interruptions in the courtroom. Critical Link 2003. http://fr.criticallink.org/files/CL3_Hale.pdf.

Harris B. La traductologie, la traduction naturelle, la traduction automatique et la sémantique. In: Nulty J. McA et al. (Eds). Problèmes de sémantique. Cahiers de linguistique 1973; 3: 133-146.

Jefferson G. Notes on a possible metric which provides for a ‘standard maximum’ silence of approximately one second in conversation. In: Roger D, Bull P, editors. Conversation: An interdisciplinary perspective. Clevedon, UK: Multilingual Matters [Expanded version in Tilburg Papers in Language and Literature 1988; 42, 1-83 (1983)].

Kouakou K. Approche psychothérapeutique en clinique transculturelle. Triade thérapeute – patient – interprète, Champ psychosomatique 2001; 3(23): 137-143.

Lkhadir A, Mestre C. Quels enjeux anthropologiques et éthiques pour la traduction en santé publique. L’autre, Cliniques, Cultures et Sociétés 2013; 14(1): 72-81.

Moro MR, de Pury Toumi S. Essai d’analyse des processus interactifs de la traduction dans un entretien ethnopsychiatrique. Nouvelle Revue d’Ethnopsychiatrie 1994; 25-26: 47-87.

Mondada L, Traverso, V. (Dés)alignements en clôture. Lidil 2005; 31, http://lidil.revues.org/128

Pestre E, Benslama F. Traduction et traumatisme. Recherche en psychanalyse 2011; 1(11): 18-28.

Pury (de) S. Comment on dit dans ta langue. Paris: Les Empêcheurs de penser en rond ; 2005.

Ricoeur P. Sur la traduction. Paris: Bayard; 2004.

Robinson J. Soliciting patients’ presenting concerns. In: Heritage J, Maynard D., editors. Communication in Medical Care. Cambridge University Press; 2006. p. 22-48.

Stivers T. Stance, alignment, and affiliation during storytelling: When nodding is a token of affiliation. Research on Language and Social Interaction 2008; 41(1): 31-57.

Stivers T, Mondada L, Steensig J, editors. The morality of knowledge in conversation. Cambridge University Press; 2011.

Ticca AC. Configurazioni diadiche nel dialogo mediato medico-paziente. In: Carreras i Giocoechea M, Pérez Vázquez ME, editors. La mediación lingüística y cultural y su didáctica. Bologna: Bononia; 2010. p. 213-233.

Ticca AC. The use of laughter in bilingual doctor-patient interactions: Displaying resistance to doctor’s talk in a Mexican village. In: Glenn P, Holt E, editors. Studies of Laughter in Interaction. London: Bloomsbury Academic ; 2013. p. 107-129. 

Ticca AC, Traverso V. Interprétation, traduction orale et formes de médiation dans les situations sociales. Langage et Société 2015a; 153(3): 7-30.

Ticca AC, Traverso V. « La bonne information: quand les interprètes corrigent les réponses du patient au docteur dans la consultation médicale », The Interpreters’ Newsletter 2015b; 20: 161-174.

Ticca AC, Traverso V. « Territoires corporels, ressenti et paroles d’action: des moments délicats de la consultation médicale avec interprète » Langage et Société 2015c; 153(3): 45-73.

Ticca AC, Traverso V. Participation in bilingual interactions: Translating, interpreting and mediating documents in a French social centre. Journal of Pragmatics 2017; 107: 129-146

Traverso V. Rencontres interculturelles à l’hôpital: la consultation médicale avec interprète. TRANEL 2003; 36: 81-100.

Traverso V. Ad hoc-interpreting in multilingual work meetings: Who translates for whom ? In: Baraldi C, Gavioli L, editors. Coordinating Participation in Dialogue Interpreting. Amsterdam: Benjamins; 2012. p. 149-177.

Traverso V. Décrire le français parlé en interaction. Paris: Ophrys; 2016.

Wadensjö C. Interpreting as interaction. London: Longman; 1998.

Pour citer cet article :

Ticca A C, Traverso V. Parole, voix et corps Convergence entre l’interprète et le soignant dans les consultations avec des migrants. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2017, volume 18, n°3, pp 304-314


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-dossier/parole-voix-corps/

Parole, voix et corps : convergence entre l’interprète et le soignant dans les consultations avec des migrants

Cet article présente une recherche en cours sur l’interaction entre soignants et patients migrants en présence d’interprètes. Il se concentre sur le cas d’une consultation en psychologie. Il repose sur une méthodologie de linguistique interactionnelle, s’attachant au détail des pratiques et aux ressources de différentes natures (parole, pauses et silences, postures, gestes, regards), utilisées par les participants pour faire progresser leurs échanges, et travailler à l’intercompréhension. La consultation étudiée provient d’un corpus de données audiovisuelles enregistrées dans plusieurs centres de santé. Nous nous concentrons en particulier sur les détails verbaux et non verbaux des phénomènes de convergence, c’est-à-dire l’alignement entre la psychologue et l’interprète. Cette convergence qui confère une grande fluidité interactionnelle à cette consultation.

Mots-clés : Observation, vidéo, entretien, migrant, psychologue, traduction, communication non verbale, linguistique, interprète.

Mots clés :

Speech, voice and body: convergence between the interpreter and the care taker in consultations with immigrants

This article is about an ongoing research project on healthcare interactions with migrants in which interpreters are present. It specifically concerns an interaction with the psychologist. Our study is based on interactional linguistics and focuses on the detail of practices and resources (talk, pauses and silences, posture, gesture, gaze) used by participants to carry out their exchanges and to construct mutual comprehension. It relies on audiovisual data recorded in several healthcare centres in France. We focus in particular on verbal and non verbal phenomena of ‘convergence’, that is, the alignement observed between the healthcare professional and the interpreter. Such convergence gives the consultation as a whole a high level of interactional fluidity.

Key-words: Observation, video, interview, migrant, psychologist, translation, nonverbal communication, linguistic, interpreter.

Keywords:

Palabra, voz y cuerpo: convergencia entre el intérprete y el profesional de la salud en las consultas con migrantes

Este artículo presenta una investigación en curso sobre la interacción entre personal médico y migrantes en presencia de intérpretes. El caso estudiado aquí se refiere a una consulta psicológica. La metodología es lingüística interactiva, con énfasis en el detalle de las prácticas y recursos de proveniencia distinta (palabra, pausas y silencios, posturas, gestos, miradas), utilizados por los participantes para avanzar en sus intercambios trabajando sobre la inter-comprensión. La consulta estudiada proviene de una base de datos audiovisuales registrados en varios centros de salud. Nosotros nos concentramos en particular en los detalles verbales y no verbales de los fenómenos de convergencia, es decir el alineamiento entre el psicólogo y el intérprete. Esta convergencia proporciona a la consulta una gran fluidez en la interacción.

Palabras claves: Observación, video, entrevista, migrante, psicólogo, traducción, comunicación no verbal, lingüística, intérprete.

Palabras claves:

L’intensification des migrations multiplie les situations mettant en relation les travailleurs d’institutions publiques en France avec des personnes exilées, réfugiées ou simplement migrantes, qui ne disposent souvent que d’une connaissance partielle de la langue et des normes de l’institution concernée. Nous abordons ici ces situations au prisme des pratiques interactionnelles et des ressources dont les acteurs disposent et qu’ils mettent en œuvre dans leurs rencontres. Il y a quarante ans, dans Cross Talk, sur la base d’études sociolinguistiques, Gumperz & al. (1979) mettaient en évidence que les difficultés de ces situations, leur caractère délicat et les risques de malentendus qu’elles recèlent ne se cantonnent pas au seul niveau linguistique (compétence et maîtrise de la langue d’accueil1), mais qu’elles tiennent souvent à des arrière-plans culturels différents qui se manifestent dans les pratiques sociales et interactionnelles. Ils montraient que c’est souvent dans d’infimes détails – les indices de contextualisation –, parfois produits sans réelle conscience ou intention des locuteurs, que s’exprimaient ces arrière-plans culturels : une inflexion de la voix, la prosodie d’un énoncé, une mimique fugace, une manière de se tenir, le choix d’une construction grammaticale, etc. Ces indices sont perçus au cours de l’interaction et peuvent conduire à des malentendus, puisqu’ils sont interprétés par l’interlocuteur selon ses propres références culturelles.

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !

  1. Langue d’accueil, langue du pays d’accueil : on peut s’interroger sur ces formulations comme le font Pestre & Benslama en demandant ce qu’il peut rester de ce qu’ils appellent les vertus « tiercéisantes » de la langue du pays d’accueil « lorsque celui-ci ne se constitue pas comme hôte mais qu’à l’inverse, il rejette le sujet » (2011 : 24).

Dans le même dossier

Faire entrer le plurilinguisme dans les équipes cliniques.
Les conditions nécessaires et suffisantes pour établir une collaboration interprète-praticien-usager constructive

Donner la parole aux interprètes :
le mythe de la neutralité et autres facteurs contextuels pouvant nuire à la performance*

La bilingualité de l’enfant :
expérimentation d'une nouvelle modalité de prise en charge

Je t'écris de...
Lire, Voir, Écouter
Colloques & séminaires
Bibliothèque

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !