Article de dossier

© fdecomite, Slide Together Experiments, 29 juin 2013. Source (CC BY 2.0)

Donner la parole aux interprètes :

le mythe de la neutralité et autres facteurs contextuels pouvant nuire à la performance*

, , et


François RENÉ DE COTRET

François René de Cotret est candidat au doctorat en psychologie, Université Laval, École de psychologie, Laboratoire « Psychologie et Cultures », 554-1 Durocher, Québec, Québec, G1k 4Y8, Canada.

Eva OŠLEJŠKOVÁ

Eva Ošlejšková est candidate au doctorat en psychologie, Université Laval, École de psychologie, Laboratoire « Psychologie et Cultures ».

Soumya TAMOURO

Soumya Tamouro est maître en sciences biologiques, Équité, Synergie et Innovation en santé (ÉSI-Santé).

Yvan LEANZA

Yvan Leanza est docteur en psychologie, Université Laval, École de psychologie, Laboratoire « Psychologie et Cultures », 2325, rue des Bibliothèques, Québec, Québec, G1V 0A6, Canada.

Angelelli CV. Revisiting the Interpreter’s Role: A study of conference, court, and medical interpreters in Canada, Mexico, and the United States. Amsterdam/Philadelphia: John Benjamins; 2004.

Boivin I, Leanza Y, Rosenberg E. Conceptions des rôles des interprètes professionnels et familiaux dans les entretiens médicaux et postures par rapport au monde vécu. Alterstice-Revue Internationale de la Recherche Interculturelle 2013; 2 (2): 35-46.

Brisset C, Leanza Y, Laforest K. Working with interpreters in health care: A systematic review and meta-ethnography of qualitative studies. Patient Education and Counseling 2013; 91: 131-140.

Gile D. La recherche sur les processus traductionnels et la formation en interprétation de conférence. Meta: Journal des traducteurs 2005; 50 (2): 713-726.

Hsieh E, Ju H, Kong H. Dimensions of trust: The tensions and challenges in provider — interpreter trust. Qualitative Health Research 2010; 20 (2): 170-181.

Hsieh E, Kramer EM. Medical interpreters as tools: Dangers and challenges in the utilitarian approach to interpreters’roles and functions. Patient Education and Counseling 2012; 89: 158-162.

Hsieh E, Terui S. Inherent tensions and challenges of oncologist – patient communication: implications for interpreter training in health-care settings. Journal of Applied Communication Research 2015; 43 (2): 141-162.

Hsieh E. Bilingual Health Communication: Working with Interpreters in Cross-Cultural Care. London: Routledge; 2016.

Kaufert JM, Koolage WW. Role conflict among ‘culture brokers’The experience of native Canadian medical interpreters. Social Science & Medicine 1984; 18 (3): 283-286.

Kodjoe U. Placer les intérêts de l’enfant au centre du procès familial. In: Denis C, editor. Fruit de l’amour et pommes de discorde. Paris: Éditions parole d’enfants; 2012.

Leanza Y. Roles of community interpreters in pediatrics as seen by interpreters, physicians and researchers. Interpreting 2005; 7 (2): 167-192.

Leanza Y, Boivin I. Interpréter n’est pas traduire. In Dahinden J, Bischoff A, editors, Dolmetschen, Vermitteln, Schlichten: Integration der Diversität?; 2010 : 252.

Leanza Y, Miklavcic A, Boivin I, Rosenberg E. Working with interpreters. Cultural consultation. New York: Springer; 2014. p. 89-114.

Leanza Y, Boivin I, Moro MR, Rousseau C, Brisset C, Rosenberg E, Hassan G. Integration of interpreters in mental health interventions with children and adolescents: The need for a framework. Transcultural psychiatry 2015; 52 (3): 353-375.

Lempereur AP, Colson A, Salzer J. Méthode de médiation: au cœur de la conciliation. Paris: Dunod; 2008.

Metzger MA. Sign language interpreting: Deconstructing the myth of neutrality. Washington: Gallaudet University Press; 1999.

Morgan DL. Focus groups. Annual review of sociology 1996 : 129-152.

Ozolins U. The myth of the myth of invisibility? Interpreting 2016; 18 (2): 273-284.

Paillé P, Mucchielli A. L’analyse qualitative en sciences humaines et sociales – 4e éd. Paris: Armand Colin; 2016.

Pöchhacker F. Introducing interpreting studies. London: Routledge; 2004.

Pöchhacker F, Liu M. Aptitude for interpreting. Amsterdam/Philadelphia: John Benjamins; 2014.

Pointurier S. Théories et pratiques de l’interprétation de service public. Paris: Presses Sorbonne Nouvelle; 2016.

Roy CB. Interpreting as a discourse process. Oxford: Oxford University Press; 2000.

Wadensjö C. Interpreting as Interaction. London: Longman; 1998.

Pour citer cet article :

René de Cotret F, Ošlejšková E, Tamouro S, Leanza Y. Donner la parole aux interprètes : le mythe de la neutralité et autres facteurs contextuels pouvant nuire à la performance. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2017, volume 18, n°3, pp. 282-292


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-dossier/donner-parole-aux-interpretes/

Donner la parole aux interprètes : le mythe de la neutralité et autres facteurs contextuels pouvant nuire à la performance

Tel que le note Hsieh (2016), les facteurs contextuels pouvant avoir une influence sur la performance de l’interprète n’ont été que peu étudiés en santé, ce que notre étude cible. Méthode : Nous avons effectué une analyse thématique des propos de 24 interprètes de Montréal (Canada), divisés en quatre groupes de discussion. Résultats : Leur discours gravite autour de 11 facteurs contextuels nuisant à la performance, répartis en trois thèmes : consultation interprétée, principes éthiques et conditions de travail. Discussion : La majorité des 11 facteurs touche à la qualité de la relation interprète-praticien, minée entre autres par un manque de temps multiforme entourant la consultation et l’idée voulant que les praticiens recherchent en l’interprète un conduit. Le domaine nécessite un réaménagement conceptuel, en particulier à propos de la neutralité de l’interprète, qui n’est pas un mythe dommageable tel que l’avance Angelelli (2004), mais un puissant vecteur relationnel.

Mots-clés : soin interculturel, consultation, traduction, attitude du professionnel, pratique professionnelle, condition de travail, reconnaissance professionnelle, interprète, neutralité.

Mots clés :

Give the floor to interpreters: the myth of neutrality and other contextual factors interfering with performance

As Hsieh (2016) noted, the contextual factors which can influence interpreter’s performance have barely been studied in healthcare. Our study aimed to find such factors. Method : We performed a thematic analysis of the discourse of 24 interpreters from Montreal (Canada), divided into four focus groups. Results : The discourse gravitates around 11 contextual factors which undermine the interpreter’s performance. We distributed them into three themes : Interpreted Consultation, Ethic Principles, and Work Conditions. Discussion : Most of the 11 factors concerns the quality of the interpreter-practitioner relationship, undermined by a generalized lack of time in relation to the consultation and the idea about practitioners wanting “conduit” interpreters. The domain requires new conceptual bases, in particular about the interpreter neutrality, which is not a prejudicial myth as Angelelli (2004) implies, but a powerful relational vector.

Key-words: interpreting, healthcare, neutrality, consultation, community, public service, contextual factors.

Keywords:

Dándole la palabra a los intérpretes: el mito de la neutralidad y otros factores contextuales que pueden afectar su desempeño

Como lo muestra Hsieh (2016), los factores contextuales que pueden influenciar el desempeño de un intérprete en el campo de la salud han sido poco estudiados. Este es precisamente el objetivo de nuestro artículo. Metodología : Efectuamos un análisis temático de los relatos de 24 intérpretes de Montreal-Canadá, divididos en 4 grupos de discusión. Resultados : Sus relatos mencionan 11 factores contextuales que pueden afectar su desempeño, repartidos en tres temas : consulta interpretada, principios éticos y condiciones de trabajo. Discusión : La mayoría de los 11 factores tiene que ver con la calidad de la relación intérprete-profesional, afectada entre otras cosas por la falta de tiempo multiforme alrededor de la consulta y por la presunción de que los profesionales buscan en el intérprete un conducto. Este campo de investigación necesita de un cambio conceptual, en particular a propósito de la neutralidad del intérprete, que no es un mito perjudicial como lo propone Angelelli (2004), sino un potente vector relacional.

Palabras claves: sanación intercultural, consulta, traducción, actitud del profesional, práctica profesional, condición de trabajo, reconocimiento profesional, intérprete, neutralidad.

Palabras claves:

Que ce soit en pratiquant dans le domaine de la santé ou ailleurs, l’interprète de service public se distingue de l’interprète de conférence. Celui-ci doit ne pas interférer avec ce qui est dit, contrairement à celui-là, appelé à travailler de concert avec les interlocuteurs lors de l’entretien interprété (Pointurier 2016). L’interprète de service public est dit professionnel lorsqu’il est formé en lien avec sa pratique, critère qui demeure pourtant vague. À Montréal, la Banque interrégionale d’interprètes1 (BII) exige un cours universitaire de 45 heures ainsi qu’une évaluation des habiletés langagières (Boivin et al. 2013).

Du côté de la recherche, l’interprète de service public, en particulier en santé, a été largement étudié d’un point de vue de sa performance (Pöchhacker 2004). Pöchhacker distingue entre autres deux manières de concevoir l’interprète sous-jacentes à ce champ de recherche, soit absent de l’interaction tel un conduit, neutre, soit investi dans l’interaction, ou, pour prendre le terme d’Angelelli (2004), visible. Il rattache la première conceptualisation à la promesse technologique de l’interprétation simultanée et également à la réalité de l’interprétariat juridique, domaine pour lequel le modèle du conduit demeure une nécessité théorique afin de distinguer les propos rapportés de l’interprète du ouï-dire.

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !

  1. Créée en 1993, la Banque interrégionale d’interprètes de Montréal compte aujourd’hui plus de 160 interprètes et traducteurs pigistes qui travaillent 3742 heures par mois en moyenne, ce qui en fait le premier organisme en interprétariat professionnel de la région de Montréal. Information récupérée sur www.santemontreal.qc.ca.

Dans le même dossier

Faire entrer le plurilinguisme dans les équipes cliniques.
Les conditions nécessaires et suffisantes pour établir une collaboration interprète-praticien-usager constructive

La bilingualité de l’enfant :
expérimentation d'une nouvelle modalité de prise en charge

Parole, voix et corps
Convergence entre l’interprète et le soignant dans les consultations avec des migrants

Je t'écris de...
Lire, Voir, Écouter
Colloques & séminaires
Bibliothèque

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !