La tyrannie du choix chez les jeunes Aborigènes

Marika MOISSEEFF

Marika Moisseeff est ethnologue et psychiatre, chercheur CNRS rattaché au Laboratoire d'anthropologie sociale.

“L’Objet de la transmission : un choix culturel entre sexe et reproduction” in Karl-leo Schwering (éd) Se construire comme sujet entre  filiation et sexuation, Toulouse, Erès, 2011.

“Invisible and Visible Loyalties in Racialized Contexts: A Systemic Perspective on Aboriginal Youth”, in Ute Eickelkamp (éd.) Growing Up in Central Australia: New Anthropological Studies of Aboriginal Childhood and Adolescence, Oxford, Berghahn Books : 239-272, 2011.

“Apprivoiser la métamorphose pubertaire”, Ethnologie  française ‘Nouvelles adolescences’ (1) : 75-84, 2010.

“La transmission de la parentalité : un rôle parental secondarisé dans les sociétés occidentales contemporaines”, in Benoît Schneider et al. (éd.) Enfant en développement, famille et handicaps. Interactions et transmissions, Ramonville, Editions Erès : 11-22, 2006.

“Penser le métissage : Une interrogation pour les sciences sociales”, L’autre, Cliniques, cultures et sociétés, Vol. 6, n°2 : 287-304. Republié en 2007 in J. Miermont (éd.) Ruses de l’humain dans un monde rusé : identités, unité, complexité, Paris, L’Harmattan : 71-94, 2005.

Pour citer cet article :

https://revuelautre.com/colloque/intervention-colloque/la-tyrannie-du-choix-chez-les-jeunes-aborigenes/

Mots clés :

Keywords:

Palabras claves:


 


Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !