Article de dossier

© Vinoth Chandar, Shiva Parvati - Navarathri Golu Doll, Vinayaka Nagar, Chennai, Tamil Nadu, 2014. Source (CC BY 2.0)

Les noces de Parvati

Stratégies d’alliance des jeunes femmes tamoules Sri Lankaises en France

, , et


Mélanie VIJAYARATNAM

Mélanie Vijayaratnam est psychologue clinicienne spécialisée en clinique transculturelle, doctorante en psychologie – Université Paris 13, Hôpital Avicenne - Centre Babel.

Amalini SIMON

Amalini Simon est Psychologue clinicienne, Hôpital Avicenne, Doctorante, Université de Paris 13.

Adeline SAROT

Adeline Sarot est psychologue clinicienne - Maison de Solenn - Hôpital Cochin - Docteure en psychologie - Coordinatrice de l'équipe Métisco du Centre Babel.

Marie Rose MORO

Marie Rose MORO est professeure de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, Université de Paris-Descartes, chef de service de la Maison de Solenn, Maison des adolescents de Cochin. Chercheure au PCPP EA 4056 Sorbonne Paris Cité, Institut de Psychologie et CESP, INSERM.

Abel O. Le mariage a-t-il encore un avenir ? Paris : Bayard. ; 2005.

Astier A. Comprendre l’hindouisme. Paris : Eyrolles ; 2007.

Béneï V. La dot en Inde, un fléau social ? Paris : Karthala ; 1996.

Baubet T, Moro MR. Psychopathologie transculturelle. Paris : Masson ; 2009.

Bouche-Florin L, Skandrani S, Moro MR. La construction identitaire chez l’adolescent de parents migrants. Analyse croisée du processus identitaire. Santé mentale au Québec 2007 ; 32(1) : 213-227.

Combe S. Un et multiple : Dieux et déesses, mythes, croyances et rites de l’hindouisme. Paris : Dervy ; 2010.

Decondé C. Mariage, union libre ou Pacs : à chaque âge sa forme de couple. Insee, Février 2013 ; 302 : 1-3.

Deliège R. Les castes en Inde aujourd’hui. Paris : PUF ; 2004.

Eliacheff C, Heinich N. Mères-filles, une relation à trois. Paris : Albin Michel ; 2002.

Gazagne P. Les Tamouls de La Chapelle, entre solidarité et dépendance. Hommes et migrations 2011 ; 1291 : 82-93.

Girard A. Une enquête psycho-sociologique sur le choix du conjoint dans la France contemporaine. Paris : Brodard et Taupin ; 1964.

Goreau-Ponceaud A. La diaspora tamoule en France : entre visibilité et politisation. EchoGéo ; 2009.

Goreau-Ponceaud A. Diasporas Sri Lankaises : entre guerre et paix. Hommes et Migrations 2011 ; 1291 : 6-138.

Jeammet P, Jeammet N. Lettre aux couples d’aujourd’hui. Montrouge : Bayard ; 2012.

Kakar S. Les indiens, portrait d’un peuple. Paris : Seuil ; 2007.

Lion-Julin M. Mères : libérez vos filles. Paris : Odile Jacob ; 2008.

Madavan D. Déségrégation socio-religieuse d’une ville dans l’immédiat après-guerre : Jaffna, Sri Lanka. Carnets de géographie ; 2011.

Malher M. Psychose infantile. Paris : Payot ; 1977.

Matlin MW. Psychologie des femmes. Bruxelles : De Boeck ; 2007.

Mergnac MO, Tricaud A, Guibert F. Le mariage et ses rites d’hier à aujourd’hui. Paris : Archives et culture ; 2010.

Meyer E. Sri Lanka, entre particularismes et mondialisation. Paris : La Documentation Française ; 2001.

Mestre C, Moro MR. Partir, Migrer : L’éloge du retour. Fontenay-le-Comte : La Pensée sauvage ; 2008.

Moro MR. Parents en exil, Psychopathologies et migrations. Paris : PUF ; 1994.

Moro MR. Enfants d’ici venus d’ailleurs : naître et grandir en France. Paris : La Découverte ; 2002.

Moro MR, Neuman D, Réal I. Maternités en exil. Grenoble : La Pensée sauvage ; 2004.

Neuburger R. Le couple, le désirable et le périlleux. Paris : Payot et Rivages ; 2014.

Segalen M. Eloge du mariage. Paris : Gallimard ; 2003.

Simon A et al. On ne salue que les parents, les enfants sont toujours inclus. Parcours des enfants tamouls ayant des troubles du langage. L’autre, Cliniques, Cultures et Sociétés 2010 ; 1(11) : 40-48.

Skandrani S. Les mille et une voix de Shahrazade. Grenoble : La Pensée sauvage ; 2011.

Tourn L. Chemin de l’exil. Paris : Campagne première ; 2003.

Yahyaoui A. Exil et déracinement, thérapie familiale des migrants. Paris : Dunod ; 2010.

Webographie

Etude de l’INSEE sur l’évolution du nombre de mariages et de pacs conclus jusqu’en 2014 http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?ref_id=NATTEF02327

Moliner, C. Infos migrations. Département des statistiques, des études et de la documentation 2009 ; 12.

Lois de Manu – Texte en vers de la tradition hindoue et du dharma http://www.
sadhana.ca/pdf_loimanu.pdf

Filmographie

Equer-Haly, C. Mariages arrangés. Paris : L’harmattan, 2012.

Jain-Duhaut, N. Les mariés de l’Inde. Arte : La vie est belle, 2014.

Pour citer cet article :

Vijayaratnam M, Simon A, Sarot A, Moro MR. Les noces de Parvati. Stratégies d’alliance des jeunes femmes tamoules en France. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2017, volume 18, n°1, pp. 19-26


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-dossier/noces-de-parvati/

Les noces de Parvati. Stratégies d’alliance des jeunes femmes tamoules Sri Lankaises en France

Portons notre intérêt au mariage, rite instituant l’entrée à l’âge adulte. Les enfants de migrants tamouls circulent entre des représentations multiples. Du mariage d’amour au mariage arrangé, du mariage traditionnel au mariage moderne, du mariage homogame au mariage mixte, du mariage obligatoire au mariage accessoire… Quelles stratégies d’alliance vont-ils mettre en place pour se structurer tout en articulant les différents mondes auxquels ils appartiennent ? L’analyse qualitative par la méthode complémentariste d’entretiens menés auprès de jeunes femmes franco-tamoules montre que les choix matrimoniaux sont respectueux de chacun des mondes d’appartenance en étant créatifs et métissés. Ainsi, les stratégies d’alliance reposent sur un subtil métissage entre filiation et affiliations.

Mots clés : affiliation, culture d’origine, enfant de migrant, filiation, France, hindouisme, mariage, Sri Lanka, Tamoul, tradition.

Parvati’s wedding. Sri Lankan Tamil Young women’s alliance strategies in France

Let’s focus on marriage, rite establishing entrance into adulthood. Tamil migrants’ children move along multiple representations. From love marriage to arranged one, from traditional marriage to modern one, from homogamous marriage to mixed one, from required marriage to optional one… What alliance strategies will they manifest in order to articulate the different worlds to which they belong? Qualitative analysis by complementarist method of the interviews made with young women shows that Franco-Tamil matrimonial choices are respectful of each world of belonging, by being creative and crossbred. Thus, alliance strategies seem to be based on a subtle blend between filiation and affiliations.

Keywords: affiliation, filiation, France, marriage, Sri Lanka, Tamil, tradition.

Las nupcias de Parvati. Estrategias de alianza de jóvenes mujeres tamiles de Sri Lanka en Francia

Nuestro interés se enfoca en el matrimonio como ritual que instituye la entrada en la adultez. Los hijos de migrantes tamiles circulan en medio de múltiples representaciones. Desde el matrimonio por amor hasta el matrimonio concertado, desde el matrimonio tradicional al moderno, del homógamo al mixto, del obligatorio al accesorio. Qué estrategias de alianza pondrán estas jóvenes en práctica para estructurarse, articulando, al mismo tiempo, los diferentes mundos a los que pertenecen? El análisis cuantitativo por medio del método complementarista de entrevistas llevadas a cabo con estas jóvenes franco-tamiles muestra que las elecciones de matrimonio son respetuosas de cada mundo, siendo creativas y mestizas. De esta manera, las estrategias de alianza reposan sobre un mestizaje sutil entre filiación y afiliaciones.

Palabras claves: afiliación, cultura de orígen, filiación, Francia, hijo de migrante, hinduismo, Matrimonio, Sri Lanka, Tamil, tradición.

Champ de l’étude et objectif

En clinique transculturelle, les familles tamoules nous surprennent par le grand intérêt accordé aux affiliations et particulièrement aux futures alliances de leurs enfants nés ici.

L’alliance constitue un rite de passage (Segalen 2003) marquant la fin de l’adolescence et l’entrée dans l’âge adulte (Matlin 2007).

Représentant un quart de la population du pays (Goreau-Ponceaud 2011), les Tamouls qu’ils soient de confession hindouiste, chrétienne ou musulmane, conçoivent le mariage comme une épreuve (Combe 2010) impliquant la famille entière plutôt que deux uniques personnes (Kakar 2007). C’est parce que l’individu tamoul se définit à partir d’une multiplicité de critères identitaires possibles (Meyer 2001) que le choix du conjoint dans cette communauté est partiellement conditionné afin de ne pas perdre les liens qui unissent les individus à la communauté d’appartenance (Madavan 2011). Ainsi, le mariage qui est arrangé, relève de stratégies collectives.

Après l’indépendance de l’île en 1948, une succession de troubles communautaires a accéléré le mouvement d’émigration tamoule (Meyer 2001). En 2009, la diaspora tamoule est estimée à plus de 8.4 millions de personnes dispersées dans le monde, principalement en Amérique du Nord, Europe, Inde et Moyen-Orient (Goreau-Ponceaud 2009 ; 2011).

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !


Dans le même dossier

Brèves
Lire, Voir, Écouter
Colloques & séminaires
Bibliothèque

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !