Article de dossier

© Jeanne Menjoulet, Attraction terrestre, Belleville, street art Hérard, 9 juin 2015, Paris. Source (CC BY-SA 2.0)

Naître « sans-papiers », sans voie… ni voix ?

, et


Jocelyne HADDAD CHEMLA

Jocelyne Haddad Chemla est psychologue clinicienne à Paris.

Daniel DELANOË

Daniel Delanoë est psychiatre et anthropologue. CESP Unité 1178 de l’Inserm, Université Paris V.

Malika MANSOURI

Malika Mansouri est Psychologue-clinicienne, doctorante en psychologie - Université Paris 13 (Unité Transversale de Recherches Psychogenèse et Psychopathologie, Psychanalyse et Anthropologie, EA3413).

Bion W. Aux sources de l’expérience. Paris: P.U.F.; 1962.

Brigaudiot M, Danon-Boileau L. La naissance du langage. Paris: Broche; 2009.

Davoudian C. Mères et bébés sans-papiers. Toulouse: Erès «1001 bébés»; 2012.

Golse B. Les précurseurs corporels et comportementaux du langage verbal. In: Castarède M.F. et al. Au commencement était la voix. Toulouse: Erès «La vie de l’enfant»; 2005. p. 117-127.

Jisa H. L’acquisition du langage. Ce que l’enfant nous apprend sur l’homme. Terrain 2003; (40): 115-132.

Joubaud C. Etude comparée entre enfants de migrants et enfants de non-migrants avec réalisation et utilisation d’une échelle d’évaluation du mutisme sélectif [Thèse de Doctorat en Psychologie]. Paris: Université Paris 8; 2012.

Le Loher P, Puybaret-Bataille C. Troubles psychiques des enfants de parents sans papiers. Bull. Soc. Pathol. Exot 2012; (105): 103-108.

Mansouri M, Bentata H. Sans famille, sans papiers: des bébés et leurs mères enfermés dehors? In: Davoudian C. Mères et bébés sans-papiers. Toulouse: Erès «1001 bébés»; 2012: 115-131.

Moro MR. Parents en exil, psychopathologie et migration. Paris: P.U.F.; 1994.

Moro MR. Enfant d’ici venus d’ailleurs? Naitre et grandir en France. Paris: La Découverte; 2002.

Panaccione E, Moro MR. Construire de la sécurité dans l’errance. Maternité chez des femmes migrantes sans domicile fixes. La Psychiatrie de l’enfant 2014; 57: 533-561.

Pour citer cet article :

Haddad Chemla J, Delanoë D, Mansouri M. Naître « sans-papiers », sans voie… ni voix ? L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2017, volume 18, n°1, pp. 10-18


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-dossier/naitre-papiers-voie-voix/

Naître «sans-papiers», sans voie… ni voix?

Une recherche sur les facteurs de risque spécifiques des troubles du langage chez les enfants de migrants nés en terre d’accueil, nous a mené à la mise en évidence d’une constellation de déterminants de vulnérabilité interagissant entre eux, susceptibles de créer des situations de traumatismes cumulatifs. La situation de naître «sans-papiers» est alors apparue comme ayant un impact notable dans le développement d’un trouble du langage chez nos sujets. Ces observations nous ont permis de réfléchir aux enjeux et conséquences relatifs à la situation de ces mères migrantes qui mettent au monde des enfants en terre «étrangère», et aux spécificités liées à l’acquisition du langage chez ces enfants. Notre travail révèle un enjeu de santé publique, ainsi que la nécessité de la mise en place d’actions préventives qui permettront d’offrir un cadre extérieur structurant à ces familles migrantes, et participeront à étayer le développement de leurs enfants, afin de prévenir ou de dépister au plus tôt les troubles susceptibles de se développer.

Mots clés : clandestinité, développement de l’enfant, enfant de migrant, ethnopsychiatrie, exilé, maternité, trouble du langage, vulnérabilité.

Born without papers, no future… no voice?

Research concerning specific risk factors for language disorders among children of migrants born in the receiving country illustrates evidence of a series of interacting determinants of vulnerability, the accumulation of which is susceptible to creating cumulative trauma situations. Being born “undocumented” appears to have a significant impact on the development of language disorders among our subjects. These observations have permitted us to reflect on the issues and consequences related to the situation of migrant mothers who give birth to children in a foreign land, as well as the specificities linked to language acquisition among these children. Our work reveals a public health issue and the necessity of putting into place preventative actions that permit us to offer a structuring external framework to migrant families and participate in supporting the development of their children in order to prevent or to detect disorders as soon as possible.

Keywords: child development, clandestinity, ethnopsychiatry, exiled, immigrant child, language disorder, maternity, vulnerability.

Nacer “sin papeles”, sin camino… ni voz…?

Una investigación sobre los factores de riesgo específicos de trastornos de lenguaje en los niños migrantes nacidos en países de acogida, nos conduce a la evidencia de una constelación de determinantes de vulnerabilidad que interactúan entre sí, susceptibles de crear situaciones de traumatismos que se acumulan. La situación de nacer “son papeles” tiene, en ese contexto, un impacto notable en la aparición de un trastorno de lenguaje en los sujetos del estudio. Estas observaciones nos llevan a una reflexión sobre los factores importantes y las consecuencias relativas a la situación de esas madres migrantes que traen al mundo a niños en tierra “extranjera” y sobre las especificidades de la adquisición del lenguaje en esos niños. Nuestro trabajo revela un problema en salud pública y la necesidad de la puesta en práctica de acciones preventivas que proporcionen un contexto bien estructurado a estas familias migrantes. Estas acciones pueden tener una influencia positiva sobre el desarrollo de los niños, y de esta manera ayudar a prevenir y detectar precozmente los trastornos susceptibles de emerger.

Palabras claves: clandestinidad, desarrollo infantil, etnopsiquiatría, exiliado, hijo de migrante, maternidad, trastorno de lenguaje, vulnerabilidad.

« Si l’on sépare un arbre de ses racines, il s’étiolera et tombera.
Si au contraire on veille à la santé de ses racines,
les nouvelles greffes bourgeonneront et fleuriront »

Francine Rosembaum, 1997

Le contexte de notre réflexion

Notre intérêt pour la question des enfants nés « sans-papiers » fait suite à une recherche menée dans le cadre d’un Master 1 de psychologie clinique. Son objet était d’apporter un éclairage sur les déterminants de vulnérabilité des enfants de migrants nés en terre d’accueil, susceptibles d’intervenir dans le développement des troubles du langage dans cette population. Les travaux existants sur ce sujet portant plus couramment sur les questions de bilinguisme, de transmission de la langue maternelle, d’environnement peu favorable ou d’émigration, notre hypothèse générale supposait l’existence de facteurs spécifiques non encore explorés dans la littérature.

Trois hypothèses spécifiques ont été questionnées au travers d’une approche méthodologique qualitative. Nous avons étudié sept cas d’enfants de migrants nés en France, atteints soit d’un retard de langage, soit d’un mutisme extrafamilial sélectif, et âgés de deux ans et demi à sept ans. Ces enfants étaient suivis au sein de la consultation transculturelle d’un Centre Médico Psycho-Pédagogique1 de banlieue parisienne. Nous avons participé à la consultation transculturelle, puis effectué des entretiens semi-directifs avec les parents. Nous en avons fait une analyse thématique, à la suite de quoi nous avons croisé nos données avec celles recueillies dans les dossiers des patients, parfois complétées au fil des consultations, afin d’explorer un maximum d’éléments susceptibles d’éclairer notre questionnement.

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !

  1. CMPP


Brèves
Lire, Voir, Écouter
Colloques & séminaires
Bibliothèque

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !