Article de dossier

© beazzz ,Budapest, 14 mai 2009, Budapest, Hongrie. Source (CC BY 2.0)

La Hongrie : un pays de transit vers l’Europe de l’Ouest ou une nouvelle patrie pour les Mineurs (Isolés) Étrangers ?


Laura TARAFÁS

Laura TARAFÁS est psychologue clinicienne à Ahuefa International France à Pantin et doctorante en psychologie à l’UTRPP (EA 4403), Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité.

Asensi H, Le Duc C. Savons-nous accueillir les demandeurs d’asile en France? In: Baubet T, Le Roche K, Bitar D, Moro MR. Soigner malgré tout. Paris, La Pensée sauvage; 2005.

Alcyon – Association des Hongrois à l’étranger (France) Témoins de la révolution – Budapest 1956 Hongrie. Paris: Association Alcyon; 2006.

Bigazzi S., Énkép-Cigánykép. A cigányság szociális reprezentációja az olasz és a magyar társadalomban. Magyar Pszichológiai Szemle, 2012; 67 (4): 631-652.

Devereux G. De l’angoisse á la méthode. Paris: Flammarion; 1980.

Gyáni G. Relatív történelem. Budapest: Typotex kiadó; 2007.

Hárdi L, Erdősné Kalmár É. Csoportterápia menekültekkel – Miért más? Csoportterápia menekültekkel – miért más? Pszichoterápia, 2006/15 (4) : 259-267.

Moro MR. Actualité du métissage en clinique et dans la société. In: Moro MR, Derivois D. 16e Colloque International et interdisciplinaire de la Revue transculturelle L’autre; 2014, 16-17 Oct; à paraître.

Koos P. A cigányokkal szembeni előítéletek alakulás Magyarországon. Regio. Kisebbség, politika, társadalom 1998; 9/1.

Lénárt A. A Nyugat képe életinterjúkban. 1956-os magyar emigráns diákok életút-elbeszélései menekülésükről, a Nyugatról, a Keletről [thèse]. Budapest: Université Eötvös Loránd; 2009.

Székely M, Örkény A, Csepeli G. Romakép a mai magyar társadalomban. Szociológiai Szemle 2001; 3 : 19-46.

Szoboszlai K. Az ifjúság szocializációjának jellemzői alulnézetben: Identitás és előítélet jellemzői fiataloknál. Szociológiai Szemle 2008; (2): 197-200.

Tarafás I. The representation of the national minorities of Hungary in the historiography of the dualistic era (1867–1918) [thèse]. Budapest: Eötvös Loránd Tudományegyetem. Paris: École des Hautes Études en Sciences Sociales. Praze: Univerzita Karlova; 2014.

Pour citer cet article :

Tarafás L. La Hongrie : un pays de transit vers l’Europe de l’Ouest ou une nouvelle patrie pour les Mineurs (Isolés) Étrangers ? L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2016, vol. 17, n°1, pp. 54-61


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-dossier/la-hongrie-un-pays-de-transit-vers-leurope-de-louest-ou-une-nouvelle-patrie-pour-les-mineurs-isoles-etrangers/

La Hongrie : un pays de transit vers l’Europe de l’Ouest ou une nouvelle patrie pour les mineurs isolés étrangers? Une étude sur le terrain

Le nombre de demandeurs d’asile a explosé en Hongrie: 18900 demandeurs d’asile en 2013, contre 2157 en 2012. La Hongrie reste la principale porte d’entrée dans l’espace Schengen. Elle a notamment accueilli la plupart des demandeurs d’asile mineurs arrivant en Europe Centrale en 2013, dont 170 mineurs isolés étrangers. Placé dans un foyer pour enfants handicapés à Fót, ces jeunes sont souvent confrontés à l’incompréhension et à des réactions désagréables de la part des professionnels. Le discours dominant critique «le manque de motivation de ces jeunes à s’intégrer dans la société hongroise.» Dans un pays qui reste encore assez mono-ethnique, on a souvent du mal à penser l’altérité. Cependant, les associations qui fournissent de l’aide sociale et juridique et l’accompagnement psychologique, mènent une bataille sans merci contre le racisme et l’indifférence. Dans cet article, je tente de donner un bref aperçu concernant la situation des mineurs demandeurs d’asile, de partager leurs témoignages et de mettre en question nos contre-attitudes collectives, qui influencent la manière dont on accueille l’autre.

Mots clés : aide humanitaire, altérité, contre-attitude, exilé, Hongrie, mineur isolé étranger, représentation sociale, société.

Hungary: Just a transit country or a new home for unaccompanied refugee minors?

The number of asylum-seekers has drastically increased in Hungary. Whereas in 2012 only 2157 demands were registered, more than 18.900 asylum seekers crossed the borders in 2013, accounting for most of the asylum-seeking minors in Central Europe, including 170 unaccompanied children. The country is still considered as the “doorway to Europe”, due to the fact that it is member of both the Schengen zone and the European Union. Unaccompanied children are placed in a Children’s home in Fót, along with handicapped children and others with behaviour problems. Unaccompanied children are often misunderstood by their educators and treated in an unpleasant manner. These minors are often criticized for “their lack of motivation to integrate into Hungarian society.” In a country that can still be considered relatively monoethnic, we often find it hard to relate to the other, the stranger. Nevertheless, the organisations offering psychological and social support fight against prejudices and indifference. The article aims to give an overview of the situation of unaccompanied minors and question certain aspects of collective counter-attitudes, influencing the way inhabitants of Hungary interact with asylum-seeker minors.

Keywords: counter-attitude, exiled, humanitarian aid, Hungary, otherness, social representation, society, unaccompanied refugee minor.

Hungría: un país de tránsito hacía Europa Occidental o una nueva patria para los menores extranjeros no acompañados? Un estudio de terreno

El número de solicitantes de asilo ha crecido de manera importante en Hungría: 18900 solicitudes en 2013 contra 2157 en 2012. Este país sigue siendo la principal puerta de entrada al espacio Schengen. Allí llegaron la mayoría de los menores solicitantes de asilo en Europa Central en 2013, de los cuales 170 eran menores no acompañados. Ellos son ubicados en un hogar para niños discapacitados en Fot, en donde frecuentemente se tienen que confrontar a la incomprensión y a las reacciones desagradables de los profesionales. El discurso predominante critica “la falta de motivación de estos jóvenes para integrarse en la sociedad húngara”. En un país que sigue siendo bastante monoétnico es difícil pensar en la alteridad. Sin embargo las asociaciones que proveen una ayuda social, jurídica y un acompañamiento psicológico, luchan de manera decidida contra el racismo y la indiferencia. En este artículo se intenta mostrar un poco la situación de estos menores, a través de sus testimonios que entran en tensión con nuestras contra-actitudes colectivas que influencian la manera en que recibimos a los otros.

Palabras claves: alteridad, ayuda humanitaria, contra-actitud, exiliado, Hungría, menor extranjero aislado, representación social, sociedad.

Pendant longtemps, la Hongrie a été considérée comme un pays d’émigration, et moins comme une éventuelle destination pour les étrangers, qu’ils s’agissent des demandeurs d’asile ou de migrants. L’image de la Hongrie comme « pays de transit » ne reflète pas seulement la vision de l’Europe de l’Ouest, mais semble aussi acceptée et partagée dans la société hongroise1. De par sa position géographique particulière, faisant partie de la zone Schengen et de l’Union Européenne, la Hongrie est également considérée comme une « porte d’entrée » vers les pays de l’Ouest. Quel que soit leur raison d’arriver en Hongrie, il est évident que le pays doit faire face à l’explosion du nombre de demandeurs d’asile : 18900 enregistré en 2013, contre 2157 en 20132, y compris la plupart des mineurs étrangers arrivant en Europe Centrale l’année dernière. Malgré le fait que les mineurs isolés étrangers devraient être pris en charge par la Protection de l’enfance3, beaucoup parmi eux ne sont pas repérés comme tel et par conséquence traversent le même calvaire que les demandeurs d’asiles, c’est à dire les difficultés dans des camps de réfugiés, voire dans des centres de détentions. Il est donc impossible de parler des mineurs (isolés) étrangers sans aborder la situation des demandeurs d’asiles en Hongrie : un pays qui a pour modèle le système européen mais qu’elle utilise à sa manière.

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !

  1. D’après les entretiens informels effectués auprès quelques professionnels travaillant dans ce domaine.
  2. Les chiffres varient en fonction des sources consultées, ceux-ci peuvent être considérés comme les « chiffres officiels » communiqués par le Bureau de l’Immigration.
  3. D’après la loi sur la protection des enfants, introduisant les Mineurs Isolés Étrangers en 2010 Loi n° 126 § (1), modifiée en 2011 n° 139 § b.

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !