Article de dossier

© Darkday, Engulfing Darkness, 9 novembre 2014. Source (CC BY 2.0)

Il était une fois H. ou comment se fabriquent des djihadistes ?

, et


Khalil BEN REJEB

Khalil Ben Rejeb est doctorant en psychologie clinique du lien social. Equipe de recherche en émergence BePsyLab "Bien-être & Processus de subjectivation", Université d'Angers.

Aubeline VINAY

Aubeline Vinay est professeure de Psychologie clinique du lien social. Equipe de recherche en émergence BePsyLab "Bien-être & Processus de subjectivation", Université d'Angers.

Rym RAFRAFI

Rafrafi Rym est maître de conférences agrégée en psychiatrie à la faculté de Médecine de Tunis, chef du service de santé mentale, CHU Mongi Slim, 2046, Sidi Daoud, La Marsa, Tunisie.

Ben Rejeb R, Essaafi W. (sous la direction de). La croyance. Carthage: Beit al Hikma; 2016.

Gutton P. Adolescence et djihadisme. Paris: L’Esprit du temps; 2015.

Haddad G. Dans la main droite de Dieu. Psychanalyse du fanatisme. Paris: Premier Parallèle; 2015.

Lipiansky EM. Identité et communication. Paris: PUF; 1992.

Tap P. Personnalisation et stratégies de projet, Bulletin de l’A.C.O.F. 1992; 55 (334): 4-35.

Tap P. Crise d’identité, dépression et toxicomanie à l’adolescence. In: Tap P, Malewska-Peyre H, éditeurs. Marginalités et troubles de la socialisation. Paris: PUF; 1993. p. 153-178.

Tap P. Marquer sa différence. In: Ruano-Borbalan JC. L’identité. L’individu, Le groupe, La société. Auxerre: Editions Sciences Humaines.p.65-68

Tap P, Esparbès-Pistre S, Sordes-Ader F. Identité et stratégies de personnalisation. Bulletin de Psychologie 1997; 50 (428): 185-196.

Pour citer cet article :

Ben Rejeb K, Vinay A, Rafrafi R. Il était une fois H. ou comment se fabriquent des djihadistes ? L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2018, volume 19, n°1, pp. 81-88


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-dossier/il-etait-une-fois-h-ou-comment-se-fabriquent-des-djihadistes/

Il était une fois H. ou comment se fabriquent des djihadistes?

Il s’agit d’une réflexion sur le phénomène du fanatisme à partir de l’histoire d’un jeune garçon dont le parcours a été bousculé par de nombreux événements fragilisants. Malgré son niveau intellectuel, son caractère jovial et sa capacité à résister à différentes situations traumatiques, ce jeune s’est laissé finalement engloutir par le courant salafiste qui a su voir en lui une personne en désarroi et en quête de repères et d’identité. Cette illustration reflète la complexité des facteurs (psychologiques, socio-économiques, etc.) mis en jeu dans «la fabrication» de djihadistes et l’embrigadement des individus.

Mots clés : croyance, djihadisme, facteur de risque, fanatisme, identité, profil psychologique, récit de vie, vulnérabilité.

Once upon a time H. or how jihadists are made?

This is a reflection on the phenomenon of fanaticism based on the story of a young boy whose path has been shaken by many debilitating events. Despite his intellectual ingenuity, his jovial character and ability to cope with various traumatic situations, this young man finally lets himself be engulfed by the Salafist movement, which spotted him as a person in disarray and in search of a self-identity.

This illustration reflects the complexity of factors (psychological, socio-economic, etc.) involved in the “manufacturing” Jihadists and the recruitment of individuals.

Keywords: fanaticism, belief, vulnerability, life story, Jihadism, risk factor, psychological profile.

Keywords:

Érase una vez H o cómo se hacen los yihadistas?

Se trata de una reflexión sobre el fenómeno del fanatismo a partir de la historia de un niño cuya trayectoria de vida fue sacudida por muchos eventos que lo fragilizaron. A pesar de su nivel intelectual, de su naturaleza jovial y de su capacidad para soportar diversas situaciones traumáticas, este joven finalmente se dejó envolver por la corriente salafista que vio en él a una persona a la deriva, en busca de seguridad e identidad. Esta ilustración refleja la complejidad de los factores (psicológicos, socioeconómicos, etc.) involucrados en la “fabricación” de yihadistas y el adoctrinamiento de los individuos.

Palabras claves: fanatismo, creencia, vulnerabilidad, identidad, historia de vida, yihadismo, factor de riesgo, perfil psicológico.

Palabras claves:

Dans son livre intitulé « Dans la main droite de Dieu. Psychanalyse du fanatisme », Gérard Haddad définit le fanatisme comme suit : « Le fanatisme, d’essence totalitaire, est ce comportement d’adhésion totale à une croyance dont le triomphe prime toute autre considération. Pour cette croyance, il devient légitime de mourir et surtout de tuer. Telle est la caractéristique principale : la haine totale, meurtrière, génocidaire, de toute personne qui n’adhère pas à votre foi. Seconde caractéristique : cette maladie de l’esprit est éminemment contagieuse ; elle subjugue rapidement des groupes, puis des foules dont elle anesthésie la raison » (Haddad, 2015 : 13).

Cette définition nous pousse à nous interroger plus particulièrement sur des questions qui concernent le sentiment d’identité personnelle : Comment ce sentiment se mue-t-il en une adhésion totale ? Et quelle place pour le sentiment d’identité personnelle dans le fanatisme ?

Le sentiment d’une identité personnelle nécessite la capacité de faire référence à “un système interne, une organisation cognitive et affective qui aide chaque individu à reconstruire le passé, à réguler le présent et à orienter le devenir de la personne” (Tap & al, 1997 : 187). L’individu doit pouvoir agencer et réutiliser l’ensemble des représentations et des sentiments de soi et sur soi (Tap, 1992, 1997), ainsi que la perception des différents rôles joués (Lipiansky, 1992).

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !


Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !