Article de dossier

© William Warby, Water Droplet, Thorncombe Street, United Kingdom, 30 octobre 2010. Source (CC BY 2.0)

Famille entre cultures : la rue, une solution pour l’enfant des rues au Gabon ?


Stella IGNOUMBA

Stella Ignoumba est psychologue clinicienne, doctorante en psychologie à l’Université de Bourgogne Franche-Comté.

Daure I. Familles entre deux cultures. Paris: Fabert; 2010.

Decherf G. Le traumatisme dans la famille: origines, réactions de défense. Revue de psychothérapie psychanalytique de groupe 2004; 42 (1): 27-50

Delauney V. Abandon et prise en charge des enfants en Afrique: une problématique centrale pour la protection de l’enfant. Mondes en développement 2009; 146 (2): 33-46

Gaulejac V. Colloque “Famille, couple: transmission et transformation. Dialogue 2010; 186 (4): 117-129

Ignoumba S, Moubouyie-Midoko JF, Mengue T, Koumba A. Analyse de la situation des enfants des rues au Gabon. Gabon: Ministère de la Famille et des Affaires Sociales, Direction Générale des Affaires Sociales: sous la direction de L’Unicef Gabon; 2012.

Loungou S. Le trafic d’enfants, un aspect de la migration ouest – africaine au Gabon. Les Cahiers d’Outre Mer 2012; 256 (4): 485-505

Mellier D, Belot RA, Candilis-Huisman D, Cuynet P et al. Le bébé et sa famille. Paris: Dunod; 2015.

Minuchin S. Familles en thérapie. Toulouse: Érès; 1998.

Mouvagha-Sow M. Transformations familiales et pauvreté au Gabon. African Population Studies 2004; 19 (suppl A): 155-175.

Mussavu Mussavu J. Les enfants en situation de rue à Libreville au Gabon. Université de Rouen: Thèse de Doctorat de Sociologie; 2009.

Ngabolo G. Le vécu de la rupture des liens affectifs chez l’enfant gabonais abandonné. Psychology et culture: revue annuelle du Centre de recherches et d’études en psychologie 2000; 2 (3-4): 57.

Nguimfak L, Caron R, Beaune D & Tsala Tsala JP. Traditionnalité et modernité dans les familles contemporaines: un exemple africain. Psychothérapies 2010; 30 (1): 25-35

Ortigues MC, Ortigues E. Œdipe africain. Paris: Plon; 1966.

Tounga J. La place du père dans le développement sociopersonnel de l’enfant gabonais en fonction de sa structure familiale. Petite enfance et parentalité 2003; 40-44

Tsala Tsala JP. Secret de famille et clinique de la famille africaine. Le Divan familial 2007; 19(2) : 31-46 [

Weisbuch JJ. Processus d’humanisation: devenir et être adulte. Paris: L’Harmattan; 2010.

Pour citer cet article :

Ignoumba S. Famille entre cultures : la rue, une solution pour l’enfant des rues au Gabon ? L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2016, vol. 17, n°2, pp. 283-288


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-dossier/famille-entre-cultures-la-rue-une-solution-pour-lenfant-des-rues-au-gabon/

Famille entre cultures : la rue, une solution pour l’enfant des rues au Gabon ?

La pauvreté est souvent mise en exergue pour expliquer la présence des enfants dans les rues des pays du tiers monde. Cependant le problème est plus complexe au Gabon. Comme souvent en Afrique, la famille gabonaise est tiraillée entre deux cultures complètement opposées : celle « traditionnelle » reposant sur une solidarité communautaire, celle « occidentale » prônant plus l’individualisme. Dans cet entre-deux, elle devient « hybride » et ne peut parfois favoriser l’autonomie de ses membres. A travers une vignette clinique, nous montrons comment la difficulté de vivre entre deux cultures peut rendre la famille dysfonctionnelle et engendrer certains phénomènes tels que celui des enfants des rues. Le départ dans la rue pour certains de ses enfants au Gabon serait une solution, certes « inappropriée », mais de protection face à une impasse familiale.

Mots clés : Afrique, culture, enfant, errance, évolution, famille, famille pathologique, Gabon, société traditionnelle, structure familiale.

Family between cultures: the street, a solution for the street children of Gabon?

Poverty is often highlighted when explaining the presence of children in the streets in third world countries. The problem is however, more complex in Gabon. As often is the case in Africa, the Gabonese family is caught between 2 completely opposing cultures: the «traditional» culture based on community solidarity and the other «western» culture which advocates individualism. In between these 2, culture becomes “hybrid” thus not promoting the autonomy of its members. Based on a clinical vignette, we show the difficulty of living between 2 cultures can make a family dysfunctional and provoke certain phenomena, such as street children. Heading for the streets for certain children in Gabon is a solution, obviously “inappropriate” but a sort of protection when faced with a family deadlock.

Keywords: Africa, child, culture, evolution, family, family structure, Gabon, pathological family, traditional society, vagrancy.

Familia entre culturas: la calle, una solución para los niños de Gabón?

La pobreza es citada con frecuencia como una explicación a la presencia de niños en las calles de los países del tercer mundo. Sin embargo le problema es más complejo en Gabón. Como ocurre frecuentemente en África, la familia gabonesa se encuentra en el centro de tensiones entre dos culturas completamente opuestas: la “tradicional” con sus valores de solidaridad comunitaria y la “occidental” que aboga por el individualismo. Entre los dos polos, la cultura se vuelva híbrida y falla en su tarea de favorecer la autonomía de sus miembros. A través del análisis de una situación clínica, mostramos cómo la dificultad de vivir entre dos culturas puede volver disfuncional una familia y engendrar ciertos fenómenos como los niños de la calle. El comienzo de una vida en la calle sería, para algunos de estos niños de Gabón, una solución, por supuesto inapropiada, pero al mismo tiempo de protección frente a un impasse familiar.

Palabras claves:

La problématique des enfants des rues au Gabon est à situer dans les années 80. Car, entre 1973 et 1985, le Gabon va connaître une grande prospérité économique puis une période de crise économique (Mouvagha-Sow 2004). Ces situations conjoncturelles vont au départ entrainer une massification de la main d’œuvre étrangère et un développement des micros activités informelles, qui furent particulièrement dirigées par les enfants migrants provenant essentiellement de l’Afrique de l’ouest (Loungou 2012). Le visage de l’enfant de la rue fut, longtemps au Gabon, associé à ces enfants qui, pour la plupart étaient exploités (Mussavu Mussavu 2009). Mais, actuellement la tendance s’est inversée, à cause des mesures sur la lutte contre l’exploitation/trafic d’enfants, les mutations sociales. L’on rencontre dans les rues gabonaises un nouveau profil des enfants des rues. Selon l’Unicef Gabon, ces derniers sont majoritairement de nationalité gabonaise, leur âge varie entre 6 et 17 ans, la plupart d’entre eux investissent la rue de leur « propre volonté » Ignoumba et al. 2012).

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !


Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !