Article de dossier

© Mort exposé et entouré en pays lobi burkinabè – Dessin de Diniaté Pooda (2012). Source Autre

Du Sida à Ebola : rites de mort à fonction apotropaïque*


Michèle CROS

Michèle Cros est professeure d’anthropologie à l’université Lyon 2.

Anoko J. N., Epelboin, A. et Formenty P. Humanisation de la réponse à la fièvre hémorragique Ebola en Guinée : approche anthropologique (Conakry / Guéckédou mars – juillet 2014), document ronéoté http://www.crcf.sn/wp-content/uploads/2014/08/RapportAnokoEpelboinGuineeJuinJuillet2014Ebola.pdf, consulté le 15 avril 2015.

BBC Afrique : S. Leone : des agents funéraires attaqués, 21 septembre 2014, http://www.bbc.co.uk/afrique/region/2014/09/140921_sierra-leone-ebola, consulté le 5 octobre 2014

Bondaz J. Un fantôme sur iPhone. Apparition miraculeuse et imagerie mouride au temps du numérique. Communications et langages 2012 ; 174 : 3-17.

Bizot A. En marge de l’épidémie Ebola en Guinée – Le massacre de Womey, Paris Match 26 septembre 2014, http://www.parismatch.com/Actu/International/Le-massacre-de-Womey-599734, consulté le 10 octobre 2014.

Bonhomme J. Les morts ne sont pas morts. In : Cros M, Bonhomme J. (Eds). Déjouer la mort en Afrique – Or, orphelins, fantômes, trophées et fétiches. Paris : L’Harmattan ; 2008. p. 158-168.

Bonjawo J. Révolution numérique dans les pays en développement. L’exemple africain. Paris : Dunod ; 2011.

Chastel C. Virus émergents – Vers de nouvelles épidémies. Paris : Vuibert. Adapt-Snes ; 2006.

Châtelot C. En Guinée, une mission de sensibilisation sur le virus Ebola tourne au lynchage. Le Monde, 25 septembre 2014,. p. 6.

Cros M. Funérailles à risques, paroles du sida et prévention au Burkina. In : Volant E, Lévy J, Jeffrey D. (Eds). Les risques et la mort. Montréal : Méridien ; 1996. p. 235-263.

Cros M. Destin du spectre sidéen ou de contamination en accusation. Ethnologie française 1998 ; XXVIII(1), Sida : Deuil, mémoires, nouveaux rituels : 61 – 67.

Cros M. Résister au sida – Récits du Burkina. Paris : PUF ; 2005.

Cros M. Donner la route – L’avant voyage au Burkina et en Bolivie. In : Mestre C, Moro MR (Eds). Partir, migrer – L’éloge du détour. Grenoble : La Pensée sauvage ; 2008. p. 93-103.

Cros M. Dessiner les passages du sida, « côté brousse ». In : M. Cros M, Bondaz J. (Eds) Afriques au figuré – Images migrantes. Paris : Editions des Archives contemporaines ; 2013. p. 95-118.

Despret V. Les morts utiles. Terrain 2014 ; 62 : 4-23.

Diop B. Les souffles (1947). In : Diop B. Les contes d’Amadou Koumba. Paris : Présence Africaine ; 1961. p. 173-174.

Dugast S. « Ouvrir la bouche de l’ancêtre » : Le processus d’ancestralisation à travers quelques séquences des rites funéraires chez les Bassar du Nord-Togo. Systèmes de pensée en Afrique noire 1991 ; 11 : 131-180.

Epelboin A, Brunquell F, Formenty P. Ebola, ce n’est pas une maladie pour rire. Capa ; 2007 (51’ 33’’).

Epelboin A, Formenty P, Anoko J et Allarangar Y. Humanisations et consentements éclairés des personnes et des populations lors des réponses aux épidémies de FHV en Afrique centrale (2003-2008). Enjeux humanitaires 2008 ; 1 : 28-41.

Epelboin, A. L’anthropologue dans la réponse aux épidémies : science, savoir-faire ou placebo ? », Bulletin Amades [En ligne], 78 | 2009, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 3 avril 2015. URL : http://amades.revues.org/1060

Epelboin A. Rapport de mission anthropologique sur l’épidémie d’Ebola Isiro, R. D. Congo, 4 au 30 septembre 2012. Document ronéoté.

Epelboin A. Approche anthropologique de l’épidémie de FHV Ebola 2014 en Guinée Conakry. OMS 2014, hal.archives-ouvertes.fr/hal-01090291/document, consulté le 20 Avril 2015.

Epelboin, A. Entre coercitif et compréhensif : approche psycho-anthropologique de la maladie à virus Ebola. Comment enquêter et agir, Séminaire Afrique 3.0, ENS-Lyon, le 27 mars 2015.

Fairhead J. The significance of death, funerals and the after-life in Ebola-hit Sierra Leone, Guinea ans Liberia : Anthropological insights into infection ans social resistance, Draft, October 2014, 26 p, http://hesp-news.org/2014/11/20/the-significance-of-death-funerals-and-the-after-life-in-ebola-hit-sierra-leone-guinea-and-liberia-anthropological-insights-into-infection-and-social-resistance/ consulté le 15 novembre 2014.

Fiéloux M. et Lombard J. Les mémoires de Binduté Da. Paris : EHESS ; 1998.

Gasquet C. Une géographie de la fièvre hémorragique à virus Ebola : représentations et réalités d’une maladie émergente au Gabon et en République du Congo. Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Thèse de géographie ; 2010.

Gessain A, Manuguerra JC. Les virus émergents – Sida, SRAS, Ebola, grippe aviaire… Paris : PUF – QSJ ; 2006.

Godelier M. (Ed). La mort et ses au-delà. Paris : CNRS Editions ; 2014.

Humphrey H. « Les garçons de Sylla » : Assurer des enterrements dignes et sécurisés en Guinée, FICR – Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, 10 novembre 2014, https://www.ifrc.org/fr/nouvelles/nouvelles/africa/guinea/syllas-boys-ensuring-safe-and-dignified-burials-in-guinea—67494/, consulté le 25 mars 2015.

Irin – Humanitarian news and analysis. Un an après, pourquoi Ebola continue de sévir en Guinée, 25 mars 2015, http://www.irinnews.org/fr/report/101275/un-an-apres-pourquoi-ebola-continue-de-sevir-en-guinee, consulté le 5 Avril 2015.

Jambert C. La mort en Islam. In : Godelier M. (Ed.), La mort et ses au-delà. Paris : CNRS Editions ; 2014. p. 159-177.

Jindra M, Noret, J. Funerals in Africa – Explorations of a Social Phenomenon. Oxforf-New York : Berghahn ; 2011.

Le Marcis F. « Traiter les corps comme des fagots ». Productions sociales de l’indifférence et crise morale en contexte Ebola (Guinée). Anthropologie & Santé : 2015 (à paraître).

Leport C. et Guégan J.-F. Les maladies infectieuses émergentes : état de la situation et perspectives. Paris : La documentation Française, 2010.

Le Monde.fr, Ebola : en Sierra Leone, grève des fossoyeurs, http://lemonde.fr/afrique/video/2014/10/08/ebola-en-sierra-leone-greve-des-fossoyeurs_4502656_3212.html, consulté le 10 Octobre 2014.

Médecins sans frontières, Poussés au-delà de nos limites – Une année de lutte contre la plus vaste épidémie d’Ebola de l’Histoire, 23 Mars 2015, http://reliefweb.int/
sites/reliefweb.int/files/resources/ebola_msf_rapport_un_an_1.pdf, consulté le 25 Mars 2015.

NewsForAfrica.com. Ebola : les funérailles vecteur persistant du virus en Sierra Leone et en Guinée, 25 février 2015, http://www.newsforafrica.com/fr/15-02-26/792990
92111792990-ebola-les-funerailles-vecteur-persistant-du-virus-en-sierra-leone-et-en-guinee.html, consulté le 20 Mars 2014.

Pradelles-Monod ML. Sous la filiation : l’ancestralisation ? Cliniques méditerranéennes 2001/1 ; 63 : 31-37.

Noret J. Sur le dos des morts ? Organiser des funérailles catholiques à Abomey (Bénin). Terrain 2014 ; 62 : 54-69.

Ndoye O. La calebasse renversée. L’autre, Cliniques, Cultures et Sociétés 2014 ; 15(2) : 178-187.

OMS, Nouveau protocole de l’OMS pour réduire la transmission du virus Ebola lors des inhumations. 7 novembre 2014. http://www.who.int/mediacentre/news/notes/2014/
ebola-burial-protocol/fr/, consulté le 15 février 2015.

OMS, Situation pratique : comment inhumer sans risque et dans la dignité les personnes décédées de maladie à virus Ebola suspectée ou confirmée. Octobre 2014, https://extranet.who.int/iris/restricted/bitstream/10665/149397/1/WHO_EVD_GUIDANCE_Burials_14.2_fre.pdf, consulté le 15 février 2015.

Peaud D. La mort célébrée – Le « vieux Békouli » et les fous qui dansent chez les Lyéla du Burkina. In Cros M. & Bonhomme J. (Eds). Déjouer la mort en Afrique – Or, orphelins, fantômes, trophées et fétiches. Paris : L’Harmattan ; 2008. p. 75-101.

Rasplus J. Ebola : vols de reins et oignons miracles, les rumeurs les plus folles sur le virus, francetvinfo.fr, 25 septembre 2014, https://fr.news.yahoo.com/ebola-vols-reins-oignons-miracles-rumeurs-folles-virus-043838634.html, consulté le 5 octobre 2014.

Saez Almudena Mari & Borchert M, Burials in times of Ebola : Dos and Don’ts – issues of acceptability, Institute of tropical Medicine and International Health, Berlin, 2014, http://www.ebola-anthropology.net/wp-content/uploads/2014/11/Burials-in-times-of-Ebola-Dos-and-donts-Acceptability-1.pdf, consulté le 15 mars 2015.

Thomas LV. Le cadavre – De la biologie à l’anthropologie. Bruxelles : Ed. Complexe ; 1980.

Thomas LV. Anthropologie de la mort. Paris : Payot ; 1980.

Thomas LV. La mort africaine – Idéologie funéraire en Afrique noire. Paris : Payot ; 1982.

Thomas LV. Rites de mort – Pour la paix des vivants. Paris : Fayard ; 1996.

Tual M. Ebola : Les nouvelles technologies en renfort. Le Monde.fr, 31 octobre 2014, http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/10/31/ebola-les-nouvelles-technologies-en-renfort_4516302_3244.html, consulté le 10 novembre 2014.

VisionGuinée.Info, Ebola : 35 volontaires de la Croix rouge formés en technique d’enterrement digne et sécurisé, Janvier 2015, http://www.visionguinee.info/2015/01/20/
ebola-35-volontaires-de-la-croix-rouge-formes-en-technique-denterrement-digne-et-securise/, consulté le 20 février 2015.

Van Gennep A. Manuel de folklore français contemporain. Tome premier. Introduction générale et première partie : Du berceau à la tombe. Paris : Picard ; 1943.

Zylberman P. Tempêtes microbienne – Essai sur la politique de sécurité sanitaire dans le monde transatlantique. Paris : Gallimard, NRF Essais ; 2013.

Pour citer cet article :

Cros M. Du Sida à Ebola : rites de mort à fonction apotropaïque. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2015, vol. 16, n°3, pp. 263-274


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-dossier/du-sida-a-ebola%e2%80%88-rites-de-mort-a-fonction-apotropaique/

Du sida à Ebola : rites de mort à fonction apotropaïque

En situation d’épidémie voire de pandémie, les rites de mort persistent à être fondamentaux tant pour le défunt que pour sa famille. Il en est ainsi au temps du sida, il en va pareillement à l’arrivée d’Ebola en Afrique de l’Ouest même si la dépouille est contagieuse. Ne pas pouvoir effectuer ces rites funéraires conduit les populations à résister aux mesures de lutte sanitaire mises en œuvre par les organisations humanitaires dont MSF. La maltraitance du mort entraine un risque de malveillance. Les morts ne sont jamais totalement morts. En novembre 2014, l’OMS préconise la mise en place d’un nouveau protocole garantissant une inhumation sans risque et dans la dignité. Il s’agit de tenter de mettre fin à l’errance ontologique du défunt de manière sécurisée tout en contrariant le moins possible les processus d’ancestralisation qui garantissent « la paix des vivants » et donc ici leur concours à la lutte sanitaire à conduire contre Ebola.

Mots clés : Afrique, aide humanitaire, ancêtre, communication, contagion, croyance, Ebola, épidémie, OMS, rite funéraire, rumeur, sécurité sanitaire, sida.

From AIDS to Ebola: death Rites with apotropaic function

In the case of epidemics or pandemics, death rituals remain fundamentally important, as much for the deceased as for his family. As it is with AIDS, the same continues to be true with the arrival of Ebola in West Africa, even though human remains are contagious. Being unable to carry out their funeral rites leads traditional groups to resist sanitary measures imposed by humanitarian organizations, such as Doctors Without Borders, for mistreating the dead brings a risk of malevolence. The dead are never completely dead. In November 2014, WHO (the World Health Organization) advocated a new protocol guaranteeing a burial that is both risk-free and dignified. It involves trying to safely put an end to the spiritual wandering of the deceased, while minimally upsetting the ancestralization processes that guarantee “peace for the living,” and thus gain their participation in the disease control efforts against Ebola.

Keywords: Africa, AIDS, ancestor, belief, communication, contagion, Ebola, epidemic, funeral rite, health safety, humanitarian aid, rumor, WHO.

Del SIDA al Ebola. Ritos de muerte con función apotropaica

En situación de epidemia o de pandemia los ritos de muerte siguen siendo fundamentales tanto para el difunto como para la familia. Esto ha sido así en los tiempos del SIDA y, de alguna manera igualmente, con la llegada del Ebola a Africa occidental, aún a sabiendas que los despojos mortales son contagiosos. El hecho de no poder efectuar estos ritos funerarios lleva a la población a resistirse a las medidas de control sanitario implementadas por las organizaciones humanitarias como MSF. El maltrato hacia el difunto conlleva un riesgo de hostilidad. Los muertos no son nunca completamente muertos. En noviembre de 2014, la OMS imagina la implementación de un nuevo protocolo que garantizaría un entierro sin riesgos y con dignidad. Se trata de terminar con un cierto divagar ontológico del difunto de manera segura, contrariando lo menos posible los procesos de ancestralización que garantizan “la paz de los vivos” y por consiguiente su compromiso con la lucha sanitaria contre el Ebola.

Palabras claves: Africa, ancestro, ayuda humanitaria, comunicación, contagio, creencia, Ebola, epidemia, OMS, rito funerario, rumor, seguridad sanitaria, sida.

Il y a deux routes qui mènent à la vie.
L’une est la route ordinaire, directe et honnête.
L’autre est dangereuse, elle prend le chemin de la mort.
Thomas Mann, La Montagne magique (1931)

 

« Les rites funéraires habituels indispensables au travail de deuil sont toujours écrasés par l’urgence » souligne A. Epelboin, médecin et ethnologue dans le film qu’il a réalisé au Congo en 2007 avec F. Brunquell et P. Formenty : Ebola, ce n’est pas une maladie pour rire. Dans ses deux rapports de mission anthropologique sur l’épidémie d’Ebola au Congo en septembre 2012, et en Guinée Conakry en 2014, A. Epelboin insiste à nouveau sur la mise en place de « funérailles sécurisées » destinées à prendre congé de celui qui est parti et ce, de façon décente tout en limitant au maximum les risques de contagion tant pour la famille du défunt que pour les agents de santé. En effet, le virus, présent dans les liquides et les sécrétions qui s’écoulent du corps, demeure particulièrement virulent durant les 12 heures qui suivent le décès. Reste que le défunt, même victime d’Ebola, est toujours plus qu’un corps sans vie avec des humeurs contagieuses. En Afrique subsaharienne, il importe de souligner la persistance des représentations liées aux divers constituants de la personne. Devenir du « double errant » (« esprit » ou « âme ») et destin du spectre ne sauraient être oubliés puisqu’ils sont censés conditionner le quotidien et les rêves de ceux qui restent ici-bas. En d’autres termes, celui qui est mort ne l’est jamais totalement. J. Bonhomme dans Déjouer la mort en Afrique (2008) commente ce vers célèbre du poète sénégalais Birago Diop selon lequel : « Les morts ne sont pas morts ».

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !


Dans le même dossier

Du culturel au thérapeutique
Prise en compte du Vaudou haïtien dans une perspective clinique

Discrimination et double appartenance culturelle
La négociation identitaire des adolescents adoptés à l’international

Du théâtre Nô au psychodrame
Une application du théâtre masqué japonais aux pathologies de l’agir

Lorsque le migrant devient patient
La performance narrative dans le rituel thérapeutique

La rencontre avec l’Autre
Les visites domiciliaires, un outil de connaissance et un espace pour construire des liens

Brèves
Lire, Voir, Écouter
Colloques & séminaires
Bibliothèque

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !