Article de dossier

© Môsieur J., Jérôme, 13 mai 2007. Source (CC BY-SA 2.0)

Chinois teochew, khmer, français : quelles langues parler à la crèche ?

, et


Marion FELDMAN

Marion FELDMAN est maître de conférences en psychologie clinique – Université Paris Descartes, psychologue-clinicienne à l’O.S.E, Chercheure au laboratoire PCPP EA 4056 Sorbonne Paris Cité, Institut de Psychologie.

Delphine NAVARRO-MAOUS

Delphine Navarro-Maous est éducatrice spécialisée au service AED d’une crèche familiale de l’association Enfant Présent.

Jonathan AHOVI

Jonathan Ahovi est pédopsychiatre, responsable de l’unité de psychopathologie de l’adolescent (UPA) à l’hôpital Louis Pasteur à Dôle. Il dirige une consultation transculturelle à la Maison de Solenn / Maison de adolescents de l’hôpital Cochin.

Ahovi J, Moro MR. Apaiser les enfants. Une fonction parentale singulière et universelle. L’autre, Cliniques, Cultures et Sociétés 2012; 12 (3): 267-277.

Auguin C. Enfant présent. Dispositif d’accueil familial et collectif dans le champ de la prévention précoce. In: Le collectif pas de 0 de conduite pour les enfants de 3 ans! La prévention prévenante en action. Toulouse: Érès; 2012. p. 155-161.

Auguin C, Gerber F. Enfant Présent. In: Gabel M, Lamour M, Manciaux M. La protection de l’enfance, maintien, rupture et soins des liens. Paris: Fleurus; 2005. p. 313-320.

De Pury S. Comment on dit dans ta langue? Paris: Le Seuil; 2005.

Feldman M. La nécessité du lien au cœur de la prévention et de la protection des tout-petits. Vie Sociale et Traitements 2011; 112: 87-93.

Moro MR. Enfants d’ici venus d’ailleurs. Paris: Hachette; 2002.

Moro MR. Parents en exil. Paris: PUF; 1994.

Moro MR., Neuman D, Real I. Maternités en exil. Grenoble: La Pensée sauvage; 2008.

Winnicott DW. (1957) Le monde à petite dose. In: L’enfant et sa famille. Paris: Payot; 2006. p. 89-96.

Pour citer cet article :

Feldman M, Navarro-Maous D, Ahovi J. Chinois teochew, khmer, français : quelles langues parler à la crèche ? L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2013, vol. 14, n°1, pp. 179-187


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-dossier/chinois-teochew-khmer-francais-quelles-langues-parler-a-la-creche/

Chinois teochew, khmer, français : quelles langues parler à la crèche ?

La crèche familiale préventive de l’association Enfant Présent accueille des bébés dont les parents rencontrent des difficultés sociales et/ou psychologiques. L’accueil, dont le but est de procurer aux bébés des soins continus nécessaires à leur bon développement, offre la particularité de proposer un environnement souple et sécurisant tout en travaillant la clinique de la parentalité. À travers la présentation de l’accueil d’un bébé en situation transculturelle et de l’accompagnement familial, nous verrons comment l’enfant peut trouver les ressources nécessaires pour bien grandir. Dans cet article, la situation présentée montre qu’un enfant qui ne parle pas n’est pas nécessairement un enfant qui présente une pathologie, mais qu’il s’agit ici d’un enfant pris dans un tel conflit de langues, qu’il ne sait pas quelle langue choisir.

Mots clés : accompagnement, crèche, culture d’origine, développement de l’enfant, enfant de migrant, équipe pluridisciplinaire, jeune enfant, mutisme, parent, respect.

Remaining silent or choosing a language ? Welcoming babies in a preventive family day care

The family day care “Enfant Présent” takes care of infants whose parents have social and/or psychological difficulties. The aim of the project is to provide continuous care to children in order to help them to grow up harmoniously. This day care has the particularity to offer a flexible and secure environment while working on parenthood. Through the presentation of a transcultural situation with a baby and his family, we will see how a child is able to find resources enabling him to grow up harmoniously. The presented situation shows that a child who does not speak is not necessarily a child who has psychological disorders ; but taken into a conflict between languages, he does not know which language to choose.

Keywords: child development, culture of origin, day care centre, immigrant child, infant, multidisciplinary team, mutism, parent, respect, support.

Chino teochew, khmer, francés : qué idiomas hablar ?

La guardería familiar preventiva de la asociación Enfant Présent (niño presente) recibe bebés cuyos padres tienen dificultades sociales y/o psicológicas. La acogida, cuyo objetivo es proporcionar a los bebés los cuidados continuos necesarios a su buen desarrollo, tiene la particularidad de proponer un ambiente flexible y sereno con un trabajo en paralelo sobre la parentalidad. A través de la presentación de la acogida de un bebé en situación transcultural y del acompañamiento de la familia, veremos como el niño puede encontrar los recursos necesarios para crecer bien. En este artículo, la situación presentada muestra que un niño que no habla no es necesariamente un niño que presenta una patología, sino que se trata de un niño encerrado en un conflicto de lenguas de tal intensidad que no sabe qué lengua escoger.

Palabras claves: acompañamiento, cultura de orígen, desarrollo del niño, equipo multidisciplinario, Guardería, hijo de migrante, infante, mutismo, padre, respeto.

On sait que devenir parent ne relève pas de l’inné mais bien plutôt d’une acquisition progressive en lien direct avec l’enfant. La situation psychique de certains parents, du fait de leur histoire, leur permet difficilement d’avoir la disponibilité relationnelle et la capacité psychique d’investissement suffisant pour reconnaître leur enfant comme un être-sujet, avec ses besoins et ses attentes spécifiques. Á la naissance de leur enfant, les parents peuvent être mis en danger du fait de la résonance de cet infantile avec leur propre infantile. Et cette mise en danger est encore plus forte face à un être dépendant, qui ne parle pas, dans l’« infans ».

De plus, pour ceux qui ont connu l’expérience migratoire, le devenir parent les rend plus vulnérables. En effet, l’exil, qui constitue un phénomène d’acculturation, vient fragiliser leurs nouvelles assises parentales (Ahovi & Moro 2012). La phase post-natale est une période critique dans laquelle la mère se trouve confrontée à des exigences contradictoires, entre celles liées aux représentations culturelles de son pays d’origine et celles liées aux représentations culturelles du monde d’ici (Moro 1994 ; Moro 2002 ; Moro & al. 2008). Leurs enfants, eux, sont nés ici, s’inscrivent dans la société d’accueil et vont s’appuyer dans le même temps sur le monde de leurs parents.

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !


Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !