Article de dossier

© Giuseppe Milo Radisson Blu - Bucharest, Romania - Travel photography, 11 mai 2017. Source (CC BY 2.0)

Approche transculturelle en CMPP

Réflexion à partir d’un cas de mutisme extrafamilial

, et


Evelyne PIVARD-BOUBAKRI

Evelyne Pivard-Boubakri est médecin au CMPP de Dreux, doctorante en sciences de l'éducation, Université Paris-Nanterre, CREF, équipe « Savoir, rapport au savoir et processus de transmission ».

Valérie BRASSELET

Valérie Brasselet est psychologue clinicienne au CMPP de Dreux.

Alice TITIA RIZZI

Alice Titia Rizzi est Psychologue clinicienne, Maison de Solenn, Hôpital Cochin, Doctorante, Université de Paris 5.

Abdelhak, MA., Moro, MR. (2006). L’interprète en psychothérapie transculturelle. Dans: Moro, MR., De La Noë, Q., Mouchenik Y., éds, Manuel de psychiatrie transculturelle : Travail clinique, travail social (pp. 239-248). Grenoble, France : La Pensée sauvage.

American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and statistical manual of mental disorders (5th ed). Arlington, VA.

Baubet, T., Bradol, JH. (2003). Soigner malgré tout. Tome 1. Trauma, cultures et soins. Grenoble, France : La pensée sauvage.

Bion, WR. (1979). Aux sources de l’expérience. Paris, France: P.U.F.

Blanchard-Laville, C. (1999). L’approche clinique d’inspiration psychanalytique : enjeux théoriques et méthodologiques. Revue française de pédagogie, 127, 9-22.

Blanchard-Laville, C., Chaussecourte, P., Hatchuel, F., Pechberty, B. (2005). Recherches cliniques d’orientation psychanalytique dans le champ de l’éducation et de la formation. Revue française de pédagogie, 151(1), 111-162. https://doi.org/10.3406/rfp.2005.3280

Delanoë, D., Hamlat, H. (2012). Une consultation d’ethnopsychanalyse en CMPP. Dans: Le collectif pas de zéro de conduite pour les enfants de 3 ans (éd.), La prévention prévenante en action (pp. 202-205). Toulouse, France: Eres.

Devereux, G. (1972). Ethnopsychanalyse complémentariste. Paris, France : Flammarion.

Di, C., Simon, A., Moro, MR. (2009). Le mutisme sélectif, expression du clivage entre deux cultures. Soins. Pédiatrie, puériculture, 30(250), 26-29.

Di Meo, S., van den Hove, C., Serre-Pradère, G., Simon, A., Moro, MR., Baubet, T. (2015). Le mutisme extra-familial chez les enfants de migrants: le silence de Sandia. L’Information psychiatrique, 91, 217-24. doi:10.1684/ipe.2015.1320

Freud, S. (2001). L’inquiétante étrangeté. Dans: Freud, S., Essais de psychanalyse appliquée (pp. 163-210). Paris, France : Gallimard.

Gellman-Garçon, È. (2007). Le mutisme sélectif chez l’enfant : un concept trans-nosographique. Revue de la littérature et discussion psychopathologique. La psychiatrie de l’enfant, 50(1), 259-318.

Hatchuel, F. (2013). Modalités d’écriture en situation de formation clinique. Élaborer le rapport à l’« interlocuteur interne ». Cliopsy, 10, 53-66.

Hatchuel, F. (2018). Rapport au savoir, virtualisation du monde et confusion des espaces. Repères théoriques et cliniques. Dans: Kattar, A. (éd.), A la rencontre d’adolescent.e.s dans des environnements incertains. Ecoutes croisées (pp. 155-175). Paris, France : L’Harmattan.

Lachal, C. (2006a). Le partage du traumatisme : Contre-transferts avec les patients traumatisés. Grenoble, France : La Pensée sauvage.

Lachal, C. (2006b). Le petit Rambino. Transmissions et contre-transferts dans les thérapies mères-bébés traumatisés. Dans: Baubet, T., Lachal, C., Ouss-Ryngaert, L., Moro, MR., (éd.), Bébés et traumas (pp. 197-206). Grenoble, France : La pensée sauvage.

Lachal, C. (2006c). Les enfants qui jouent sont des dieux. L’Autre, volume 7(2), 195-213.

Lachal, C. (2007). Le partage du traumatisme : comment soigner les patients traumatisés. Le Journal des psychologues, 253(10), 50-54.

Lachal, C. (2015). Comment se transmettent les traumas ? Traumas, contre-transferts, empathie et scénarios émergents. Grenoble, France : La Pensée sauvage.

Lhomme-Rigaud, C. & Désir, P. (2005). Langue et migration. Recherches en psychanalyse, no 4(2), 89-101.

Moïse-Durand, B., von Münchow, P., Simon, A., Rizzi, A. & Moro, M. (2013). Un enfant ne parle pas: Analyse anthropologique, psychanalytique, linguistique et transculturelle d’une psychothérapie d’enfant. L’Autre, volume 14(3), 285-311.

Moro, MR. (1994). Parents en exil : Psychopathologie et migrations. Paris, France : P.U.F.

Moro, MR. (1998). Psychothérapie transculturelle des enfants de migrants. Paris, France : Dunod.

Moro, MR. (2002). Enfants d’ici venus d’ailleurs : Naître et grandir en France. Paris, France : la Découverte.

Moro, MR., De La Noë, Q., Mouchenik, Y. (2004). Manuel de psychiatrie transculturelle : Travail clinique, travail social. France, Grenoble : La Pensée sauvage.

Nathan, T. (1986). La folie des autres. Traité d’ethnopsychiatrie clinique. Paris, France: Dunod.

Piéron, H. (1973). Vocabulaire de la psychologie. Paris, France: P.U.F.

Pivard-Boubakri, E. (2018). Traduire, un enjeu vital pour l’enfant. La socialisation à l’épreuve de la traduction. Cliopsy, 19, 25-36.

Revault d’Allonnes, C., Giami, A. (1989). Psychologie clinique et démarche clinique. Dans: Revault d’Allonnes, C. La démarche clinique en sciences humaines : Documents, méthodes, problèmes (pp. 17-33). Paris, France : Dunod.

Titia Rizzi A. (2014). « Entre ici et là-bas, je vous dessine mon chez moi » : Exploration qualitative des productions des enfants en psychothérapie transculturelle. Thèse de doctorat de psychologie, Université Paris V, Paris.

Titia Rizzi, A. (2015). Importance des productions des enfants en clinique transculturelle. Le Carnet PSY, 188(3), 27-30. doi:10.3917/lcp.188.0027.

Titia Rizzi, A., Bouaziz, N., Maley, S., Simon, A., Claret, A., Sebbag, E., & Moro, MR. (2016). Robinson, les silences du cartographe. La psychiatrie de l’enfant, 59(1), 5. https://doi.org/10.3917/psye.591.0005

Titia Rizzi, A., & Moro, MR. (2017). La psychanalyse au risque de l’altérité. Processus de co-construction dans un groupe thérapeutique transculturel. Journal de la psychanalyse de l’enfant, 7(2), 271. https://doi.org/10.3917/jpe.014.0271

Roussillon, R. (1987). Espaces et pratiques institutionnelles, le débarras et l’interstice. Dans Kaës, R. (1987). L’institution et les institutions : Études psychanalytiques. France, Paris : Dunod, p. 157-176.

Winnicott, DW. (1971). Jeu et réalité : L’espace potentiel. France, Paris : Gallimard.

Pour citer cet article :

Pivard-Boubakri E, Brasselet V, Titia Rizzi A. Approche transculturelle en CMPP. Réflexion à partir d’un cas de mutisme extrafamilial. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2020, volume 21, n°3, pp. 285-296


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-dossier/approche-transculturelle-en-cmpp/

Approche transculturelle en CMPP : réflexions à partir d’un cas de mutisme extrafamilial

A partir de la situation d’un enfant de sept ans souffrant de mutisme extrafamilial reçu en consultation transculturelle au CMPP, nous proposons une réflexion sur les effets de ce dispositif sur la co-construction du rapport à l’altérité pour l’enfant, pour sa famille et pour les thérapeutes. L’article met en lumière le rôle essentiel de passeur que joue le médiateur culturel et montre comment le partage de récits traumatiques dans le dispositif permet l’émergence de scénarii, sous la forme de dessins, puis d’élaborations au sein du groupe. En conséquence, l’approche transculturelle aide l’enfant à développer ses capacités de traduction de son monde intérieur vers le monde extérieur.

Mots clés : centre médico-psycho-pédagogique, consultation, culture d’origine, dessin, électif, enfant, mutisme, traduction, traumatisme psychique.

Transcultural approach in a child care center: reflections on a clinical case of selective mutism

We report the case of a seven-year-old child presenting selective mutism, who attended a transcultural family consultation, a system recently set up in our child care center. The effect of the transcultural approach on the co-construction of the relationship with otherness for the child, the family and the therapists is analysed. This paper shows that the transcultural approach helps the child to increase his ability to “trans-late” from his inner world to the outside world. The role of the cultural mediator as a facilitator is pointed out. The sharing of narratives of trauma within this system is shown to produce emerging scenarios in the form of drawings for the child, and elaborations within the group.

Keywords: child, consultation, culture of origin, drawing, elective mutism, medical-psycho-educational center, psychic trauma, translation.

Enfoque transcultural en CMPP: reflexión a partir de un caso de mutismo extra familiar

Este artículo propone una reflexión sobre los efectos del dispositivo de consulta transcultural en CMPP en la co-construcción de la visión de la alteridad para el niño, para su familia y para los terapeutas, a partir del análisis de la situación de un paciente de siete años con mutismo extra familiar. Además se resalta el papel esencial de facilitador que juega el mediador cultural y muestra cómo el hecho de compartir narrativas traumáticas en el dispositivo permite la emergencia de escenarios en forma de dibujos y de elaboraciones dentro del grupo. Como resultado, el enfoque transcultural ayuda al niño a desarrollar sus habilidades de traducción de su mundo interior, proyectándose de esta manera hacia el mundo exterior.

Palabras claves: centro médico-psicopedagógico, consulta, cultura de orígen, dibujo, mutismo electivo, niño, traducción, trauma psíquico.

Le travail avec les familles est primordial pour les enfants suivis en Centre médico-psycho-pédagogique (CMPP)1, mais il n’est pas toujours facile d’établir une bonne alliance thérapeutique lors des entretiens classiquement proposés : les parents peuvent se sentir stigmatisés ou incompris, en particulier s’ils sont migrants. Suite à ce constat, nous avons mis en place depuis deux ans une consultation transculturelle2 au sein de notre établissement3. Nous proposons une réflexion sur les perspectives thérapeutiques offertes par la consultation transculturelle, dispositif d’accompagnement encore peu répandu en CMPP et dont peu de publications ont rendu compte jusqu’à présent (Delanoë & Hamlat, 2012). Nous chercherons à évaluer les effets de la participation familiale à ce dispositif, à partir d’une situation clinique d’enfant souffrant de mutisme sélectif extrafamilial.

Le mutisme sélectif extra-familial : un excès d’intériorité ?

Le mutisme sélectif est défini dans le DSM V comme une « incapacité régulière à parler dans des situations sociales spécifiques, […] par exemple à l’école, alors que l’enfant parle dans d’autres situations » (American Psychiatric Association, 2013). Il s’agit d’un empêchement durable, non lié à un trouble psychotique, ou à un défaut de connaissance de la langue, qui interfère avec la réussite scolaire ou avec la communication sociale. C’est un trouble peu fréquent, représentant moins de 1 % des sujets reçus dans les structures de soin mental selon les chiffres rapportés par certains auteurs (Gellman-Garçon, 2007). Il génère beaucoup d’interrogations chez les professionnels, les obligeant à questionner leurs modèles théoriques et thérapeutiques. De nombreux auteurs ont établi un lien entre le mutisme sélectif des enfants de migrants et leur difficulté à passer du monde du dedans, celui de la famille et de l’affectivité, au monde du dehors, celui de l’école et de la rationalité (Moro, 2002 ; Lhomme-Rigaud & Désir, 2005 ; Di & al., 2009 ; Di Meo & al., 2015 ; Rizzi & al., 2016). La question de l’intériorité/extériorité semble centrale chez ces enfants.

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !

  1. Notre établissement, situé à Dreux, est agréé pour accueillir des enfants de 3 à 18 ans présentant des troubles neuropsychiques ou du comportement. « Le diagnostic et le traitement sont effectués en consultations ambulatoires sans hospitalisation du malade. Ils sont toujours mis en œuvre par une équipe composée de médecins, d’auxiliaires médicaux, de psychologues, d’assistantes sociales et autant que de besoin, de pédagogues et de rééducateurs ». « Le traitement comprend une action sur la famille qui peut recevoir au centre toutes les indications nécessaires à la réadaptation de l’enfant et éventuellement toutes les thérapeutiques lorsque, dans l’intérêt de l’enfant, elles ne peuvent être dispensées ailleurs » (Extraits d’un des textes réglementaires, l’article 1 de l’annexe XXXII, ajoutée par le décret n° 63-146 du 18 février 1963 au décret n° 56-284 du 9 mars 1956).
  2. Il s’agit d’un dispositif de soin reposant sur une approche transculturelle, telle que théorisée par le Pr Marie Rose Moro, c’est-à-dire prenant en compte les modalités culturelles d’expression de la pensée, grâce à la présence d’un traducteur ou médiateur culturel.
  3. Ce projet a pu voir le jour grâce au soutien des PEP 28 (Pupilles de l’Enseignement Publique, antenne du département de l’Eure-et-Loir), l’association gestionnaire, et des membres de notre équipe, que nous tenons à remercier chaleureusement.

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !