Débat

© Frédéric BISSON Attention, école ! 22 décembre 2009. Marquage au sol à l’abord d’une école. Source (CC BY 2.0)

Du parcours d’Ulysse à la renaissance du phénix…

Favoriser des pratiques enseignantes résilientes par les apports de l’approche transculturelle auprès d’élèves exilé-e-s


Soumia KHARBOUCH

Soumia Kharbouch est enseignante, psychopédagogue et formatrice d’enseignant-e-s, Université Paris Descartes.

Aïn J. Résiliences: Réparation, élaboration ou création? Ramonville: Edition Érès; 2007.

Anaut M. Le concept de résilience et ses applications cliniques. Recherche en soins infirmiers 2005; 82: 4-11.

Baubet T, Moro MR. L’approche ethnopsychiatrique. Enfances & Psy 2000; 4 (12): 111-117.

Bernier D. Le stress des réfugiés et ses implications pour la pratique et la formation. Service social 1993; 421: 81-99.

Bourguignon O. Facteurs psychologiques contribuant à la capacité d’affronter des traumatismes chez l’enfant. Devenir 2000; 12 (2): 77-92.

Cyrulnik B. École et résilience. Les entretiens Nathan: www.enseignants.com; 2001.

Cyrulnik B. Les murmures des fantômes. Paris: Odile Jacob; 2003.

Delage M. Résilience et renouvellement des pratiques soignantes. Perspectives psy 2003; 42 (2): 142-153.

Desmet H, Pourtois JP. Culture et bientraitance. Bruxelles: De Boeck; 2005.

Di C, Moro MR. Conflit des cultures dans la constitution de soi. L’apport de l’approche ethnopsychiatrique. Informations sociales 2008 145 (1): 16-24.

Dumas D. Fantômes et anges au pays des ancêtres. In: Van Eersel P, Maillard C, éditeurs. J’ai mal à mes ancêtres: La psychogénéalogie aujourd’hui. Paris: Albin Michel; 2002.

Goguikian Ratcliff B. Traumatismes et résilience chez l’enfant migrant: le rôle de l’ancrage culturel et familial. L’autre, Cliniques, Cultures et Sociétés 2007; 8 (2): 249-256.

Golse B. La résilience: concept utile ou concept valide? Archives de pédiatrie 2006; 13: 1354-1357.

Hanus M. La résilience: à quel prix? Paris: Maloine; 2001.

Lecomte J. Guérir de son enfance. Paris: Odile Jacob; 2004.

Lecomte J. Les caractéristiques des tuteurs de résilience. Recherche en soins infirmiers 2005; 82: 22-25.

Nathan T. La folie des autres. Traité d’ethnopsychiatrie clinique. Paris: PUF; 1986.

Qribi A. Socialisation interculturelle et identité. Paris: L’Harmattan; 2012.

Rutter M. Psychosocial resilience and protective mechanisms. In: Rolf J. et al. Risk and protective factors in the development of psychopathology. Cambridge: Cambridge University Press; 1992.

Sabatier C, Berry J. Immigration et acculturation. In: Bourhis RY, Leyens JP, éditors. Stéréotypes, discrimination et relations intergroupes. Sprimont, Belgique: Mardaga: 1999.

Tisseron S. La résilience. Paris: PUF, Collection « Que sais-je? »; 2007.

Pour citer cet article :

Kharbouch S. Du parcours d’Ulysse à la renaissance du phénix… Favoriser des pratiques enseignantes résilientes par les apports de l’approche transculturelle auprès d’élèves exilé-e-s. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2018, volume 19, n°1, pp. 105-111


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/debats/du-parcours-dulysse-a-la-renaissance-du-phenix/

Mots clés :

Keywords:

Palabras claves:

L’école est un lieu d’éducation, d’instruction, et de socialisation interculturelle. Cela en fait un lieu de construction identitaire affectivement investi. En effet, nous n’y apprenons pas que des savoirs, mais les paroles ou les silences, les renforcements ou les non-renforcements, les regards soutenants ou non, sont structurants et résonnent tout au long de la vie. Parallèlement, nous constatons, sur le terrain, que cet impact de l’école est minimisé. L’école doit ainsi se réapproprier cette place centrale dans la construction psychique du jeune, notamment en tant que lieu d’affiliation.

Dans cet écrit, nous donnerons la parole à Anna, une enseignante. Nous avons rencontré Anna lors d’une formation dédiée à des enseignants sur le thème de la diversité culturelle à l’école. Anna a souligné être dans une sorte d’ambivalence. elle sent que le public rencontré la pousse dans ses retranchements, sentiment présent chez bon nombre d’enseignant-e-s rencontré-e-s. Nous l’avons sollicitée afin de comprendre son vécu et ce qui pouvait révéler d’une enseignante rencontrant tous les jours des enfants exilés. Anna, livre à travers son discours, les difficultés que peuvent rencontrer les enseignant-e-s à la rencontre de ces jeunes qui arrivent avec un cartable, dans lequel ils portent beaucoup plus que des cahiers notamment un traumatisme lié à l’exil. Cet écrit est donc une réponse mais aussi un appel en faveur d’une école bienveillante prenant en compte les diversités portées par les élèves. Une école comme lieu d’émancipation et de (ré) affiliation, surtout pour des élèves avec des facteurs de risque importants. Avec la défense d’une conviction, qui est que l’école est un lieu de résilience ou du moins, devrait-elle l’être.

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !


Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !