Le viol en Algérie, une affaire de l’autre

Houda BOUZIDI

Pour citer cet article :

https://revuelautre.com/colloque/intervention-colloque/le-viol-en-algerie-une-affaire-de-lautre/

Mots clés :

Keywords:

Palabras claves:


La psychiatrie d’antan avait tendance à s’intéresser uniquement à la question du traumatisme sans prendre en considération le rapport qu’il pourrait entretenir avec la culture dans tous ses sens. Aujourd’hui, la culture occupe une place prépondérante au sein de la psychiatrie, surtout dans ses rapports aux différents traumatismes psychiques. Ferenczi fut le premier à s’intéresser au trauma collectif. Il nous explique comment l’entourage peut aggraver le trauma quant il y a non-reconnaissance de sa part. Les travaux de René Kaës envisagent, en effet, l’espace psychique comme une métaphore de l’espace collectif, et de la culture. À cet égard, le cataclysme social correspond à un effondrement de la culture en tant que support à la vie psychique.  Dans ce travail, nous montrerons l’influence de la culture sur le trauma de viol et nous prendrons le cas de femmes algériennes violées.

Nous aborderons donc la question du trauma et son rapport avec la culture. La culture, comme un système de valeurs, nous tenterons de l’analyser, de rentrer dans l’imaginaire de cette société, de ce groupe social, qui constitue un système centré sur la croyance partagée en des valeurs communes. Nous monterons ainsi, l’influence de ces valeurs et traditions sociales sur le processus d’intégration du traumatisme. Nous mettrons l’accent sur un des aspects de système de représentation traditionnel de la fille algérienne, système de représentations qui reste étroitement associé à l’idée de la femme tabou, la femme impure, qui demeure principalement source d’impureté parce qu’elle est susceptible de provoquer le « haram » (l’interdit, le pêché ou le tabou).  En effet, dans la culture algérienne, le viol touche toute la famille de la victime, il détruit toute la constellation de la famille. C’est l’honneur, la virilité et la dignité du père, du mari, du frère, et même du cousin qui sont ébranlés. Dans les familles algériennes, le viol est une affaire d’altérité. Comment faire face au regard de l’autre ? Mots clés : Culture, trauma, viol, fille algérienne.


Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !