Entretien avec Maria Chiara Monti et Filippo Casadei

Notes psychologiques sur la "désacralisation" des enfants gambiens

Marie Rose MORO

Marie Rose MORO est professeure de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, Université de Paris-Descartes, chef de service de la Maison de Solenn, Maison des adolescents de Cochin. Chercheure au PCPP EA 4056 Sorbonne Paris Cité, Institut de Psychologie et CESP, INSERM.

Pour citer cet article :

https://revuelautre.com/colloque/intervention-colloque/entretien-avec-maria-chiara-monti-et-filippo-casadei/

Mots clés :

Keywords:

Palabras claves:

« Nos enfants sont-ils sacrés ? » c’est la question à laquelle l’ensemble des intervenants présents au dernier Colloque de la revue à Arc-et-Senans en mars 2018,  ont tenté de répondre. Parmi eux, Maria Chiara Monti (psychologue) et Filippo Casadei (anthropologue et psychologue) ont présenté le travail qu’ils ont entrepris à Palerme en Sicile au Centre Penc avec des Mineurs Non Accompagnés.

Une majorité de ceux qu’ils rencontrent viennent de Gambie, c’est ce qui les pousse à questionner la société gambienne et les rapports qu’elle entretien avec ces enfants qui partent, quittent leurs familles et groupes d’appartenances.

Ils font le constat de l’importance de travailler en groupe avec ces jeunes doublement isolés. En effet si d’autres communautés africaines sont bien présentes à Palerme et peuvent soutenir et étayer les jeunes qui ont fait le voyage seuls, c’est moins évident pour les jeunes gambiens.

 L'accès à cet article est réservé aux abonnés.


Connectez-vous pour accéder au contenu

ou abonnez-vous en cliquant ici !


Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !