Article original

Traumatisme psychique chez des femmes en exil

Un dispositif de soin groupal

et


Betty GOGUIKIAN RATCLIFF

Betty Goguikian Ratcliff est docteure en psychologie, enseignante et chercheuse à l'Université de Genève, faculté de psychologie et des sciences de l'éducation, psychothérapeute FSP à Appartenances-Genève.

Claudia DERDERIAN MAEDER

Claudia Derderian Maeder est psychologue au Centre neuchâtelois de psychiatrie, 29 rue Sophie-Mairet, 2300 La Chaux-de-Fonds (Suisse).

Pour citer cet article :

Goguikian Ratcliff B, Derderian Maeder C. Traumatisme psychique chez des femmes en exil. Un dispositif de soin groupal. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2011, volume 12, n°3, pp. 327-340


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-originaux/traumatisme-psychique-chez-des-femmes-en-exil/

Traumatisme psychique chez des femmes en exil : un dispositif de soin groupal

Dans la prise en charge thérapeutique de victimes de violences collectives, l’approche analytique groupale constitue un dispositif privilégié car elle permet de consolider une identité et une mémoire collectives mises à mal, et d’élaborer par là même, une identité individuelle en mutation. La présente recherche analyse le processus thérapeutique dans un groupe de femmes albanaises requérantes d’asile à Genève, en élaborant une grille d’analyse du discours originale. Les résultats montrent que le groupe aborde les thématiques relatives à l’identité et aux appartenances collectives, mais les échanges portent aussi sur le changement du système de valeurs, sur les dimensions du choix et de la maîtrise de son destin. L’effet structurant du dispositif groupal est mis en évidence. Le travail psychothérapeutique est axé à la fois sur l’élaboration de l’expérience traumatique et de l’expérience migratoire, toutes deux impliquant une rupture et une discontinuité.

Mots-clés : viol, femme, exilé, syndrome post traumatique, traumatisme psychique, identité, psychothérapie de groupe, Balkans.

Psychological trauma in exildes women: a group psychotherapy setting

Analytical group psychotherapy is a useful setting for victims of collective violence, since it allows for the consolidation of damaged collective identity and memory and for the elaboration of a changing individual identity. This research analyses the therapeutical process in a group of alabanese women asylum seekers in Geneva through the development of an analytical scheme of the original discourse. The results show that the group talks about issues of identity and collective belonging, but they exchange as well about the change in the value system, about dimensions of choice and the mastery of one’s destiny. The structuring function of the setting is evident. Psychotherapeutic work is concerned with the elaboration of the traumatic and migratory experience, both implying rupture and discontinuity.

Key words: rape, women, exile, post-traumatic stress disorder, psychological trauma, identity, group psychotherapy, Balkans.

Traumatismo psíquico en mujeres exiliadas: un dispositivo de terapia grupal

En la atención terapéutica de víctimas de violencia colectiva, el abordaje analítico grupal constituye un dispositivo esencial en la medida en que permite la consolidación de una identidad y una memoria colectiva maltrechas. A través de este mismo proceso, este abordaje permite además elaborar una identidad individual en mutación. La presente investigación analiza el proceso terapéutico en un grupo de mujeres albanesas solicitantes de asilo en Ginebra, a través de la elaboración de una tabla de análisis del discurso original. Los resultados muestran que el grupo aborda las temáticas relativas a la identidad y a las pertenencias colectivas, pero los intercambios permiten abordar también el cambio en los sistemas de valores, la dimensión de la decisión, la elección y el dominio de su destino. Se pone en evidencia el efecto estructurante del dispositivo grupal. El trabajo psicoterapéutico se centra tanto en la elaboración de la experiencia traumática como de la experiencia migratoria, que implican, ambas, una ruptura y una discontinuidad.

Palabras claves: violación, mujer, exilio, síndrome post-traumático, traumatismo psíquico, identidad, psicoterapia de grupo, Balcanes.

Les viols collectifs commis à l’encontre des femmes albanaises ont été utilisés systématiquement pendant la guerre des Balkans, afin d’opérer un véritable « nettoyage ethnique ». En effet, la société kosovare albanaise est un système patriarcal où plusieurs groupes apparentés partagent l’espace de vie et de production. Une très forte loyauté unit les membres d’un clan, particulièrement en ce qui concerne les questions d’honneur. Ainsi, la perte de l’honneur d’une femme jette la honte sur l’ensemble du clan.


Cet article est disponible uniquement au format pdf


Ou
Abonnez-vous en cliquant ici !

Vous êtes abonné Premium ?
Connectez-vous

[wordpress_social_login]

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !