Article original

Les frontières de la haine

À propos de l’altérité selon Cornelius Castoriadis


Rafaël MIRANDA

Psycho-sociologue

Pour citer cet article :

Miranda R. Les frontières de la haine. À propos de l’altérité selon Cornelius Castoriadis. L’autre, Cliniques, cultures et sociétés, 2004, Vol. 5, n°2, pp. 265-275


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-originaux/les-frontieres-de-la-haine/

Les frontières de la haine. A propos de l’altérité selon Cornelius Castoriadis

L’article prend pour point de départ l’idée que la racine psychique de la haine est un élément constant dans les manifestations de l’incapacité individuelle et collective à s’auto-constituer d’une autre façon que celle qui doit nier l’autre en tant qu’autre. Il aborde en même temps l’analyse des deux manifestations où elle s’exprime: la haine envers l’autre réel et la haine de soi, la haine de la psyché envers elle-même, en tant qu’autre. Il conclut avec l’analyse du dispositif d’occultation de l’altérité. La racine psychique de ce dispositif se sert de la clôture, comme sens historiquement institué contenue dans la signification imaginaire sociale qui se trouve à la base de la société hétéronome.

Mots-clés : altérité, haine, monade, Castoriadis, cultures, omnipotence, autonomie, racisme.

The boundaries of hate. On the otherness according to Cornelius Castoriadis

The article starts from the idea that the psychic origin of hate is a constant element in the expression of the individual and collective inability to constitute oneself in a different way than by denying the other as other. At the same time the author analyses the two forms of manifestation of this origin: the hate for the real other and the hate for oneself, the hate for the psyche as other. He concludes by analysing the mechanism of occultation of the otherness. The psychic origin of this mechanism uses closure as based on historically institutionalised meanings. This notion is contained in the imaginary social signification which is the basis of the heteronomous society.

Key words: otherness, hate, monad, Castoriadis, cultures, autonomy, omnipotence, racism.

Las fronteras del odio. A propósito de la alteridad según Cornelius Castoriadis

El presente artículo parte del supuesto de que la fuente psíquica del odio es ingrediente constante en las manifestaciones de incapacidad individual y colectiva de autoconstituirse de manera distinta a aquella que, para hacerlo, niega al otro como otro. Aborda igualmente las manifestaciones de dicha fuente, por la vía del odio del otro real y del odio que la psique experimenta de si misma como otro. Concluye en el analisís del recurso de ocultamiento de la alteridad que la fuente psíquica del odio encuentra en la clausura como sentido historicamente instituido. Clausura contenida en la significación imaginaria social fundadora de la sociedad heterónoma.

Palabras claves: alteridad, odio, monada, Castoriadis, culturas, omnipotencia, autonomia, racismo, separación.

De Sarajevo à New York

Dans les lignes qui suivent nous reprendrons les notions que Cornelius Castoriadis a formulées pour aborder les questions posées à l’institution sociale par le rapport avec l’autre, tout particulièrement lorsque ce rapport devient impossible, autrement que dans les expressions les plus aiguës de la haine et l’intolérance. Les phénomènes auxquels nous ferons référence pour guider la réflexion sont bien la haine raciale, le « nettoyage ethnique », les attentats-suicides, le génocide, l’assassinat indiscriminé de populations civiles et la guerre, en tant que manifestations de la haine de l’autre réel.


Cet article est disponible uniquement au format pdf


Ou
Abonnez-vous en cliquant ici !

Vous êtes abonné Premium ?
Connectez-vous

[wordpress_social_login]

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !