Article original

Le rôle de l’interprète dans la construction de l’interculturalité dans un entretien ethnopsychiatrique

et


Betty GOGUIKIAN RATCLIFF

Betty Goguikian Ratcliff est docteure en psychologie, enseignante et chercheuse à l'Université de Genève, faculté de psychologie et des sciences de l'éducation, psychothérapeute FSP à Appartenances-Genève.

Nilima CHANGKAKOTI

Psychologue, docteur en Sciences de l'Éducation et chercheuse à l'Université de Genève. Travaille comme psychothérapeute avec des populations migrantes.

Pour citer cet article :

Goguikian Ratcliff B, Changkakoti N. Le rôle de l’interprète dans la construction de l’interculturalité dans un entretien ethnopsychiatrique. L’autre, Cliniques, cultures et sociétés, 2004, Vol. 5, n°2 pp. 255-264


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-originaux/le-role-de-linterprete-dans-la-construction-de-linterculturalite-dans-un-entretien-ethnopsychiatrique/

Le rôle de l’interprète dans la construction de l’interculturalité dans un entretien ethnopsychiatrique

Nos sociétés étant de plus en plus métissées, le recours à un interprète s’avère souvent indispensable lors du travail clinique avec des migrants tant pour des raisons de communication, que pour avoir accès aux représentations culturelles de nos patients. Cette démarche soulève encore néanmoins de nombreuses craintes et résistances chez les cliniciens, dans la mesure où elle entraîne une importante complexification du cadre thérapeutique et de l’interaction. A partir de l’analyse intégrale des échanges verbaux au cours d’une première séance d’ethnopsychiatrie, les auteurs tentent de montrer comment l’interprète participe activement à la construction de l’interculturalité en se forgeant une représentation des univers du patient et du thérapeute, processus fécond et trop souvent ignoré. La position inconfortable de l’interprète est également soulignée, puisque le matériel traduit questionne la prise de position de celui-ci face à sa double appartenance culturelle.

Mots-clés : interprète, interculturalité, ethnopsychiatrie, traduction, représentation.

The place of the interpreter in the construction of interculturality in clinical work with migrants

In our societies working with interpreters in clinical practice is indispensable both for communication and in order to access cultural representations of our patients. Clinicians still tend to fear or resist to this since it complexifies the therapeutic setting and interactions. Based on a complete analysis of verbal exchanges in a first session in transcultural psychotherapy, the authors show how the interpreter participates in the construction of interculturality through the explanation of socio-cultural values and norms implicite in language on both sides. The inconfortable position of the interpreter is also mentioned since what is translated questions his own position concerning his double belonging.

Key words: interpreter, interculturality, ethnopsychiatry, cultural mediation, migration, alterity.

El papel del interprete en la construcción de la interculturidad en una sesión etnosiquiatrica

Nuestras sociedades volviendose de mas en mas mestizadas, hacer recurso a un interprete se revela a menudo indispensable para un trabajo clínico con los migrantes tanto poa razones de comunicación que para tener acceso a las representaciones culturades de nuestros pacientes. Este modo de hacer crea todavía pese a todo numerosos temores y resistencias entre algunos terapeutas, en la medida en que comporta una complexidad más al cuadro terapeutico y a la interacción. Partiendo del análisis intergral de los intercambios verbales durante una primera sesión de etnosiquiatría, los autores tratan de mostrar la manera en que el interprete participa activamente a la construcción de los universos del paciente y del terapeuta, proceso fecundo y a menudo ignorado. Es igualmente subrayada la posición incómoda del interprete, ya que el material traducido cuestiona el posicionamiento de este frente a su apartenancia cultural doble.

Palabras claves: interprete, interculturidad, etnosiquiatría, traducción, representación.

La diversité linguistique et culturelle croissante de la population consultante fait que, dans le monde de la santé, on évoque de plus en plus souvent la nécessité de la traduction, voire de la médiation culturelle. L’entretien étant en soi un processus complexe, le recours à un interprète provoque parfois de la part des cliniciens une attitude ambivalente et soulève des interrogations quant à la gestion de l’interaction au sein de la triade thérapeutique.


Cet article est disponible uniquement au format pdf


Ou
Abonnez-vous en cliquant ici !

Vous êtes abonné Premium ?
Connectez-vous

[wordpress_social_login]

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !