Article original

La matelote, la daube et le romazava ou l’apprentissage de la sensibilité


Jacques LOMBARD

Jacques Lombard est anthropologue et cinéaste à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), 44 Boulevard de Dunkerque, 13572 Marseille Cedex 02.

Pour citer cet article :

Lombard J. La matelote, la daube et le romazava ou l’apprentissage de la sensibilité. L’autre, Cliniques, cultures et sociétés, 2005, Vol. 6, n°3, 417-424


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-originaux/la-matelote-la-daube-et-le-romazava-ou-lapprentissage-de-la-sensibilite/

La matelote, la daube et le romazava ou l’apprentissage de la sensibilité

L’auteur remonte le fil d’un apprentissage complexe de son être au monde, à travers deux pratiques culinaires bien différentes, deux cultures, normande et provençale, qui d’une certaine manière lui ont appris à approcher et à savourer la différence. Fort de cette expérience particulière, on peut se demander si le sensible, le goût, comme on le découvrira avec la cuisine malgache, n’est pas alors une bonne manière pour approcher une culture différente et tenter de la connaître.

Mots-clefs : bouilli, mijoté, sensible, apprentissage, amour, Normandie, Madagascar.

The seawoman, stew and romazava or the apprenticeship of sensitivity

The author gets back on the complexe apprenticeship of his being in the world through two very different culinary experiences, two cultures, one from Normandy the other from Provence, which taught him the encounter and the pleasure of difference. This particular experiences leads the author to consider the sensitive, the taste as an appropriate way of getting closer to a different culture and getting to know it better. He illustrates this through the example of Madagascan cuisine.

Key words: porridge, simmered, sensitive, apprenticeship, love, Normandy, Madagascar.

Platos en papillotes, guisos en salsa y la romazava, o el aprendisaje de la sensibilidad

El autor retoma el hilo del aprendisaje complejo de su «ser en el mundo», a través de dos prácticas culinarias muy diferentes, normanda y provenzal, que de cierta manera le enseñaron a saborear la diferencia y a acercarse a ella. Enriquecidos de esta experiencia particular, nos podemos preguntar si lo sensible, el gusto, como lo descubriremos con la cocina malgache, no es una buena forma de enfocar una cultura diferente y de tratar de conocerla.

Palabras claves: hervido, cocido a fuego lento (estofado), sensible, aprendisaje, amor, Normandia, Madagascar.

La lumière jaune pâle du soleil déclinant s’encrassait de toute la poussière accumulée par ces cinq jours de fête. Chacun, pris par la fatigue et saisi par le froid naissant, attendait ce moment de bénédiction, un morceau de foie du zébu immolé pour solliciter la guérison d’une patiente atteinte de bilo, maladie de langueur et tristesse incoercible, signalant un danger imminent et la menace divine qui planent sur la vie de tout un lignage.


Cet article est disponible uniquement au format pdf


Ou
Abonnez-vous en cliquant ici !

Vous êtes abonné Premium ?
Connectez-vous

[wordpress_social_login]

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !