Article de dossier

Racisme et science aujourd’hui

Vers une nouvelle biologisation de la différence ?


Dossier : 

Sylvaine DE PLAEN

Sylvaine De Plaen est Pédopsychiatre, Pavillon Albert-Prévost, Hôpital du Sacré Cœur, Montréal, Québec.

Pour citer cet article :

De Plaen S. Racisme et science aujourd’hui : vers une nouvelle biologisation de la différence ? L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2008, volume 9, n° 3, pp. 373-379


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-dossier/racisme-et-science-aujourdhui/

Racisme et science aujourd’hui : vers une nouvelle biologisation de la différence ?

Le développement d’une première médication “ethnique” aux États-Unis en 2005, le BiDil®, ramène à l’avant-plan le concept de race en tant que catégorie ancrée dans la biologie. Cette médication fait l’objet d’un marketing important pour son public cible, les patients insuffisants cardiaques de la communauté noire américaine. Certaines découvertes scientifiques plus récentes semblent en effet venir réhabiliter la notion de race pourtant dénoncée comme étant dépourvue de tout fondement scientifique au cours des cinquante dernières années. Du côté de la psychiatrie nord-américaine, le développement de l’ethnopsychopharmacologie semble également ramener à l’avant-plan le concept de race, réintroduisant la notion de différence culturelle par le biais des différences métaboliques présentes entre individus. Diverses questions se trouvent ainsi posées aux intervenants œuvrant dans le champ transculturel alors que le désir d’une sensibilisation à l’altérité se retrouve piégé par le retour dans la science contemporaine de concepts qui ont surtout alimenté racisme et discrimination à l’endroit des minorités au cours de l’histoire.

Mots-clés : Racisme, race, psychiatrie, ethnopsychopharmacologie, culture.

Racism and science today: a new way of biologising difference?

The recent development of a new «ethnic medication» in the US called BiDil® brings back the concept of race as a biological category. This medication has been the object of a tremendous marketing campaign for the target population, Black people with cardiac insufficiency. It seems that some contemporaneous scientific discoveries tend to relegitimate the concept of race that has been at the core of long lasting racism and discrimination against minorities in the past. In American transcultural psychiatry, ethnopsychopharmacology brings back this idea of cultural differences as being anchored in biology and genetic. This situation causes moral and ethical dilemmas for people interested in transcultural issues.

Keywords: Racism, race, psychiatry, ethnopsychopharmacology, culture.

Racismo y ciencia hoy. ¿Hacia una nueva biología en la diferencia?

El desarrollo de un primer tratamiento farmacológico «étnico» en los Estados Unidos en 2005, el BiDil®, retrotrajo el concepto de raza anclado en la biología. Este tratamiento tuvo un marketing importante para un grupo de pacientes determinado : los pacientes con patología cardiaca de la comunidad negra americana. Algunos descubrimientos científicos más recientes parecen reestablecer la noción de raza a pesar de que venía siendo denunciada como desprovista de base científica en los últimos cincuenta años. Para la psiquiatría norteamericana el desarrollo de la etnofarmacología parece reactualizar el concepto de raza basado en las diferencias metabólicas presentes en el individuo. Ciertas preguntas se replantean, para los expertos en el campo transcultural, dónde el deseo de una sensibilización sobre la alteridad se ve atrapado por la vuelta a la ciencia contemporánea de conceptos que han alimentado, sobre todo, el racismo y la discriminación de las minorías a lo largo de la historia.

Palabras claves: Racismo, raza, psiquiatría, etnopsicofarmacología, cultura.

Les dernières années ont vu le développement d’une nouvelle branche de la psychiatrie transculturelle appelée ethnopsychopharmacologie. Cette science, qui s’attache à la considération des différences présentes au niveau du métabolisme des médicaments psychotropes en fonction du matériel génétique des individus, a pris un essor particulièrement important en Amérique du Nord au cours des quinze dernières années. À une époque où la psychiatrie se trouve de plus en plus en quête d’une identité et d’une légitimité renouvelées face aux autres professions médicales, notamment la neurologie et la biologie, l’ethnopsychopharmacologie semble être devenue pour la psychiatrie transculturelle nord-américaine une nouvelle façon plus « scientifique » d’aborder les enjeux liés à la différence dans le travail clinique. Ici, les différences présentes entre êtres humains se retrouvent cependant ramenées et réduites aux seules dimensions biologiques et génétiques, permettant ainsi l’économie éventuelle d’une conception plus complexe de la culture ainsi que de son rôle dans la société et dans la clinique.


Cet article est disponible uniquement au format pdf


Ou
Abonnez-vous en cliquant ici !

Vous êtes abonné Premium ?
Connectez-vous

[wordpress_social_login]

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !