Article de dossier

Parcours homosexuels du Maroc à la Belgique

L'émigration comme moyen d’émancipation ?


Dossier : 

Marien GOUYON

Marien Gouyon, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris.

Pour citer cet article :

Gouyon M. Parcours homosexuels du Maroc à la Belgique. L’émigration comme moyen d’émancipation ? L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2010, volume 11, n° 3, pp. 312-322


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-dossier/parcours-homosexuels-du-maroc-a-la-belgique/

Parcours homosexuels du Maroc à la Belgique  : l’émigration comme moyen d’émancipation ?

Au Maroc, les identités de genre semblent être figées et le non-respect des codes de celles-ci peut entraîner des rappels à l’ordre. Néanmoins, nous remarquons que l’homosexualité, qui défit les codes et les normes de l’identité sexuelle admise, trouve un espace d’expression. En effet, la constitution de groupes de pairs permet aux individus de resignifier les normes hétérosexuelles afin de penser une identité alternative. Par conséquent, l’impossibilité de vivre son homosexualité au Maroc ne peut pas être perçue comme l’incapacité à concevoir l’homosexualité. Ainsi, quitter le pays pour vivre sa sexualité ailleurs ne correspond pas à la réalité sociale. Le départ lié à la sexualité est à mettre en rapport avec une rupture biographique dans l’expérience sociale de l’individu. L’objet du départ n’est pas l’homosexualité, mais une impossibilité physique ou mentale de vivre cette sexualité. Cette situation entraîne une autre problématique : l’appropriation physique et mentale postcoloniale dans la société d’accueil.

Mots clés : Homosexualité, migration, masculinité, homophobie, postcolonial, oppression.

Homosexual pathways from Maroc-co to Belgium : emigration as a way of emancipation ?

In Morocco gender identities seems to be fossilized and the non-respect of their codes is likely to engender confusion. However, we notice that homosexuality, which challenges the codes and the norms of accepted sexual identity is able to express itself. Indeed, the constitution of groups of peers enables individuals to resignify heterosexuals norms in order to create an alternative identity. Consequently, the impossibility of expressing one’s homosexuality in Morocco cannot be perceived as the incapacity to imagine homosexuality. Thus leaving the country in order to express one’s sexuality has no connection with social reality. The departure that is linked to sexuality is to be connected with the break in the social expérience of an individual’s personal story. The reason for this self-exile is the physical or mental inability to live this sexuality. This situation gives rise to another issue: the postcolonial physical and mental appropriation of the individual int the host country.

Key words: Homosexuality, migration, masculinity, homophobia, postcolonial, oppression.

Recorridos homosexuales desde Marruecos a Bélgica : ¿la emigración como medio de emancipación?

En Marruecos las identidades de género parecen ser fijas y el no respeto de estos códigos pueden conllevar llamadas de atención. Sin embargo, remarcamos que la homosexualidad, que desafía los códigos y las normas de la identidad sexual admitida, encuentra un espacio de expresión. En efecto, la constitución de grupos de pares permite a los individuos resignificar las normas heterosexuales con la finalidad de pensar una identidad alternativa. Por tanto, la imposibilidad de vivir su homosexualidad en Marruecos no puede ser percibido como la incapacidad para concebir la homosexualidad. De esta forma dejar el país para vivir su homosexualidad en el exterior no corresponde a la realidad social. La salida ligada a la sexualidad debe ponerse en relación con una ruptura biográfica en la experiencia social del individuo. El objeto de partida no es la homosexualidad si no una imposibilidad física o mental de vivir esta sexualidad. Esta situación conlleva otra problemática: la apropiación física y mental postcolonial en la sociedad de acogida.

Palabras claves: Homosexualidad, migración, masculinidad, homofobia, postcolonial, opresión.

Globalement, la recherche sur les homosexualités au Maghreb ou en migration présente le plus souvent l’objet dans sa dimension répressive. Par exemple, Christelle Hamel et François Courtray abordent la question à travers les obstacles rencontrés dans la conceptualisation de la sexualité.


Cet article est disponible uniquement au format pdf


Ou
Abonnez-vous en cliquant ici !

Vous êtes abonné Premium ?
Connectez-vous

[wordpress_social_login]

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !