Article de dossier

Note sur un grand fétiche kongo, le Kinguizila


Olivier BIDOUNGA

Olivier Bidounga est né en 1941 à Bakongo, un des quartiers de Brazzaville au Congo, dans une famille kongo-lari originaire de la région du Pool, après avoir travaillé quelques années au Musée de Brazzaville puis au Musée de Kinkala, Olivier Bidounga s’est fixé en France en 1984. Loin désormais de son pays et de ses origines, Olivier Bidounga n’a de cesse de creuser sa mémoire pour retrouver les traits de la culture kongo en voie de disparition, de s’interroger sur la langue lari, sur l’étymologie des mots, sur le sens des proverbes, sur l’origine des institutions kongo. Créateur de l’association ADECA (Association pour le Développement Culturel et Artistique du Congo), Olivier Bidounga est également co-fondateur de la FCD (Fédération des Congolais de la Diaspora) qui s’est fait connaître par ses prises de position très fermes en regard de la situation politique actuelle au Congo. En février 2015, Olivier Bidounga a été fait chevalier des Arts et Lettres par le Ministre de la Culture et de la Communication, Madame Fleur Pellerin.

Pour citer cet article :

Bidounga O. Note sur un grand fétiche kongo, le Kinguizila. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2001, volume 2, n°2, pp. 301-309


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-dossier/note-sur-un-grand-fetiche-kongo-le-kinguizila/

Note sur un grand fétiche kongo, le Kinguizila

L’auteur, Olivier Bidounga, étudie, à travers une statuette en bois gardée dans les collections du musée de Kinkala (République du Congo) dont il était le conservateur à la fin des années 70, le rituel du Kinguizila qu’il a lui-même observé, en 1965-1966, à Ngampiéma, village de ses parents situé dans la région du Pool. Ce rituel, qui a duré une année, a permis la guérison de sa propre mère et de ses trois tantes malades (fièvres sournoises, folie, stérilité, fausses couches). Soucieux de préserver la mémoire des coutumes qui témoignent de l’histoire et de l’identité du peuple congolais, Olivier Bidounga décrit avec minutie, pour la première fois, ce rituel dans ses différentes étapes, ses acteurs, ses accessoires et sa dimension sémantique et symbolique.

Mots clés : Congo-Brazzaville, Kongo, Lari, Soundi, fétiche, rituel, traitement.

Remarks on a great Kongo fetiche – the Kinguizila

The author has been the curator of the museum of Kinkala (Congo Republique) at the end of the 1970‘s. Through a wooden statuette kept in its collection he studies the ritual of Kinguizila which he had the possibility to observe in 1965/66 in Ngampiéma, the village of his parents in the Pool region. This ritual of one year has allowed for the cure of his own mother and three of his aunts suffering from fevers, madness, sterility and miscarriage. Concerned about keeping the memory of customs that bear witness of the history and identity of the congolese people, for the first time he gives a detailed account of this ritual, its different stages, its actors, its accessories, and its semantic and symbolic dimension.

Key words: Congo-Brazzaville, Kongo, Lari, Soundi, fetiche, ritual, treatment.

Notas sobre un gran fetiche kongo: el kinguizila

Olivier Bidounga fué conservador del Museo de Kin-kala, República del Congo, al fin de los años 70. Partiendo de una pequeña estatua de madera, que pertenece a la colección del Museo, el autor estudia aquí el ritual «Kinguizila» que el había observado personalmente en 1965-1966, en el pueblo de sus padres, Ngapiéma, en el la región de los Pool.
Este ritual, que había durado un año, permitó la curación de su propia madre y de sus tres tías enfermas (fiebres rebeldes, locura, esterilidad, avortos espontáneos). Con la preocupación de conservar la memoria de las costumbres, que testimonian de la historia y de la identidad del pueblo congolés, Olivier Bidounga describe minuciosamente y por la primera vez este ritual en sus diferentes etapas, sus actores, sus accesorios y sus dimensiones semántica y simbólica.

Palabras claves: Congo-Brazzaville, Kongo, Lari, Sundi, fetiche, ritual, tratamiento.

Les Kongo sont un grand peuple d’Afrique centrale, à cheval sur trois États, le Congo-Brazzaville, le Congo-Kinshasa et l’Angola. Leur culture est une des plus anciennes et des plus riches de cette région à laquelle elle a donné son nom : dès la fin du XVe siècle, les Européens rencontrèrent un royaume Kongo solidement organisé et pourvu d’institutions fortes et complexes et signalèrent l’existence de « fétiches », mot portugais désignant les objets liés à des pratiques magico-religieuses.


Cet article est disponible uniquement au format pdf


Ou
Abonnez-vous en cliquant ici !

Vous êtes abonné Premium ?
Connectez-vous

[wordpress_social_login]

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !