Article de dossier

Manger la mariée

Façonnages culinaires du féminin


Déborah PUCCIO

Chercheur associé à l'IDEMEC-MMSH (Aix-en-Provence). Membre de l'équipe de recherche « Corps et affects », membre de l'équipe de recherche « pratiques textuelles », laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative, Paris X-Nanterre, LAS-Collège de France (Paris).

Pour citer cet article :

Puccio D. Manger la mariée. Façonnages culinaires du féminin. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2004, volume 5, n°3, pp. 381-385


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-dossier/manger-la-mariee/

Manger la mariée. Façonnages culinaires du féminin

L’analyse de la préparation rituelle d’une tarte nuptiale dans un village des Hautes Pyrénées Espagnoles, San Juan de Plan, amène l’auteur à révéler l’association établie localement entre le gâteau des noces et le corps de la mariée. Leur équivalence permet de manipuler le second par le truchement du premier et de lui faire subir une série de transformations qui rendent la jeune fille socialement mariable et sexuellement « consommable ». Ce qui ne va pas sans véhiculer un sens de mort. Toutefois, dans cette société « traditionnelle », le vécu individuel fait place à une théâtralisation collective du deuil qui accompagne le mariage et sa consommation.

Mots-clés : Gâteau, corps, jeune fille, féminin, rite, mariage, mort.

Eating the bride. Culinary making of the feminine

Across the analysis of the ritual preparation of a wedding cake in a village in the Spanish High Pyrenees, at San Juan de Plan, the author reveals the local association between the cake and the woman’s body. The equivalence between the two allows for manipulations on the former in order to transform the latter making the young woman socially marriageable and sexually «consumable». This includes a sense of death. Nervertheless, in this «traditional» society, the individual experience makes place to a collective dramatization of bereavement which accompanies mariage and its consummation.

Key words: Cake, young woman, feminine, ritual, wedding, death.

Comerse la novia. Modelajes culinarios de lo femenino

El análisis de la preparación ritual de una torta de matrimonio en un pueblo de los Altos Pirineos Españoles – San Juan de Plan – conduce al autor a revelar la relación establecida localmente entre la torta y el cuerpo de la novia. La equivalencia entre los dos permite de manipulear el segundo por el intermediario del primero y someterlo a una serie de transformaciones que vuelven à la joven socialmente «casadera» y sexualmente «consumible». Lo que no deja de vehicular un cierto sentido de muerte. Pero en esta sociedad «tradicional» la vivencia individual deja lugar a una teatralización colectiva del duelo que acompaña el matrimonio y su consumación.

Palabras claves: Torta, cuerpo, jovencita, femenino, rito, matrimonio, muerte.

A San Juan de Plan, village des Hautes Pyrénées espagnoles, la coutume veut que l’on prépare un gâteau en l’honneur de la future mariée. La veille du mariage de Marga, à cinq heures du matin, les femmes de sa famille sont déjà levées. Quarante kilogrammes de farine, neuf kilogrammes de sucre, neuf douzaines et demi d’œufs, deux kilogrammes de levain, un demi-litre d’huile, un litre et demi de sirop de citron, quatre litres d’anis et de vanille : voici les ingrédients nécessaires à la confection d’une centaine de tartes qui sont pourtant désignées au singulier par une petite anomalie grammaticale qui nous incite à examiner attentivement sa longue fabrication.


Cet article est disponible uniquement au format pdf


Ou
Abonnez-vous en cliquant ici !

Vous êtes abonné Premium ?
Connectez-vous

[wordpress_social_login]

Dans le même dossier

L’art du consommé
Le moment culinaire dans la formation des médiums

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !