Article de dossier

L’interprétation transculturelle des rêves : possibilité, utilité, méthode


Dan SCHURMANS

Dan SCHURMANS est psychiatre, Dispositif TABANE, 510 rue Saint-Léonard, B 4000 Liège.

Pour citer cet article :

Schurmans D. L’interprétation transculturelle des rêves : possibilité, utilité, méthode. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2003, volume 4, n°1, pp. 21-32


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-dossier/linterpretation-transculturelle-des-reves-possibilite-utilite-methode/

L’interprétation transculturelle des rêves : possibilité, utilité, méthode

Deux questions sont abordées : d’abord la place du culturel dans l’élaboration du rêve ; ensuite, la nature de l’acte d’interpréter et la position de l’interprétateur. Que le rêve soit une production de l’Inconscient, ou qu’il soit un message de l’au-delà, il émane d’une instance extérieure à soi. La conception qui fait du rêve un voyage initiatique est particulièrement intéressante, en ce qu’elle met en scène le Soi du rêveur face à une altérité qu’il découvre et qui l’enseigne. Dans chacun de ces cas, le rêve n’échappe pas à une mise en forme culturelle. (Si l’Inconscient est le discours de l’Autre, la culture en est la langue). Les psychanalystes, qui ont toujours admis cela, font du contenu du rêve une élaboration personnelle : cet aspect n’est pas nié par les savoirs traditionnels. La principale différence réside dans la direction donnée à l’acte d’interprétation, qui va, dans un cas, du culturel vers l’individuel conçu comme spécifique et déterminant, dans l’autre cas de l’individuel anecdotique au culturel significatif. L’auteur affirme que le rêve lui-même est un processus intentionnel informé par la culture, et que l’interprétation, pour être thérapeutique, doit en tenir compte. Une vignette clinique illustre cette thèse.

Mots-clés : Rêve, interprétation, psychanalyse, culture, savoirs traditionnels.

Transcultural interpretation of dreams: possibilities, utility, and method

Two topics are tackled: first, the role of culture in the elaboration of dreams; then, the nature of the act of interpreting and the position of the interpreter. Whether the dream is a product of the Unconscious, or a message from another world, it proceeds from some outside place. The conception, which makes of the dream an initiation trip, seems very meaningful, for it stages the dreamer’s Self facing an «Otherness», the teaching of which is gathered while it is explored. In every case, the dream cannot escape from cultural setting (if Unconscious is the Other’s speech, culture is its language). For the psychoanalysts, who ever admitted this view, the dream contents is a personal elaboration: a conception that traditional knowledge does not disown. The main difference rests in the direction given to the act of interpreting: in one case, it goes from cultural towards individual data, considered as more specific and relevant; in the second case, from individual data, seen as anecdotal, towards more significant cultural ones. Two opposing theories of the genesis of psychic troubles, and moreover of the relationship between the human being and the universe, withstand each of these practices. Their relevance once admitted, they ought not be mixed, if we want to preserve some theoretical closeness. The complementarist approach of G. Devereux still remains necessary.

Key words: Dreams, interpretation, psychoanalysis, culture, traditional knowledge.

La interpretación transcultural de los sueños: posibilidad, utilidad, método

Dos cuestiones son abordadas aquí: en primero la plaza de lo cultural en la elaboración del sueño; y luego la naturaleza del acto de interpretar y la posición de quien interpreta. Que el sueño sea una producción del inconciente, o que sea un mensage del más allá, el emana de una instancia exterior a si mismo. La concepción que hace del sueño un viaje iniciático es particularmente interesante, ya que pone en escena la persona que sueña frente a un otro, que el descubre y que le transmite una enseñanza. En cado uno de estos casos, el sueño no escapa a una presentación cultural (si el inconsciente es el discurso del otro, la cultura es su idioma). Los sicoanalistas, que siempre han aceptado esto, conciben el contenido del sueño como una elaboración personal ; este aspecto no es contradicho por los saberes tradicionales. La diferencia principal reside en la dirección dada al acto de interpretación, que en un caso va de lo cultural hacia lo individual concebido como específico y determinante; y en el otro caso va de lo individual anecdótico hacia lo cultural significativo. Dos teorías opuestas de la génesis de los trastornos – y más aún de las relaciones entre el ser humano y el mundo – sostienen ambas prácticas. Una vez reconocida la legitimidad de cada una, es importante de no mezclarlas, para poder conservar un rigor teórico suficiente. El enfoque complementarista de Devereux sigue siendo válido.

Palabras claves: Sueño, interpretación, psicoanálisis, cultura, saberes tradicionales.

Qu’est-ce que le rêve pour le psychanalyste ? Qu’est-ce que le rêve dans les univers traditionnels ? Les deux conceptions du rêve sont-elles antinomiques ? Comment utilise-t-on le rêve en thérapie, quand on est psychanalyste, quand on est guérisseur ? Existe-t-il une interprétation transculturelle du rêve ?


Cet article est disponible uniquement au format pdf


Ou
Abonnez-vous en cliquant ici !

Vous êtes abonné Premium ?
Connectez-vous

[wordpress_social_login]

Dans le même dossier

Sentir et dire la force vitale
Le rêve et l’oracle médiumnique en milieu yaka

Le rêve
De la maladie à la guérison dans le maraboutisme marocain

Dieu qu’elle devait être seule !
Histoire d’une brève rencontre entre deux mondes

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !