Article de dossier

La mondialisation des catégories : la dépression à l’épreuve de l’universel

et


Adriana PETRYNA

Assistant Professor of Anthropology, graduate Faculty, Department of Anthropology, New School for Social Research, New York.

Arthur KLEINMAN

Maude and Lillian Presley Professor of Medical Anthropology, Harvard Medical School, and Professor of Social Anthropology, Harvard University.

Pour citer cet article :

Petryna A, Kleinman A. La mondialisation des catégories : la dépression à l’épreuve de l’universel. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2001, volume 2, n°3, pp. 467-480


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-dossier/la-globalisation-des-categories-la-depression-a-lepreuve-de-luniversel/

La mondialisation des catégories : la dépression à l’épreuve de l’universel

Cet article applique des perspectives anthropologiques et transculturelles à la construction et à la classification de la dépression. Un des objectifs est d’aller au-delà de l‘universalité des étiologies et symptômes de l’expérience dépressive, et d’examiner comment ces expériences s’expriment à travers et en partant des relations sociales et des contextes politico-économiques. Nous évaluons des pratiques épidémiologiques qui ont tendance à dévaluer ces contextes, et nous étudions les effets néfastes d’une telle dévaluation qui se traduit par de faux diagnostics et la sous-estimation de la dépression, surtout dans les pays en voie de développement. Cet article est en faveur d’une approche plus auto-critique en ce temps de mondialisation de la psychiatrie, qui prend au sérieux les diverses formes locales d’étiologies, d’ontologies et de conditions sociales dans lesquelles les troubles dépressifs peuvent se manifester. Les altérations des enjeux et des représentations d‘états subjectifs à un niveau local ont des conséquences morales et éthiques pour l’utilisation de la dépression comme catégorie psychiatrique et comme modèle mondial.

Mots clés : Mondialisation, psychiatrie transculturelle, dépression, études culturelles des sciences et de la médecine, biologies locales.

The Globalization of Categories: depressive disorders in the transnational age

This essay applies anthropological and cross-cultural perspectives to the construction and classification of depression. One goal is to move beyond the etiologies and symptoms of depressive experiences as universal, and to examine how such experiences are expressed through and embedded in social relations and political-economic contexts. We assess epidemiological practices whose tendency is to devalue such contexts, and examine the harmful effects of such devaluation in terms of the misdiagnosis or under-recognition of depression, particularly in developing countries. The essay makes a case for a more self-reflexive approach in this era of globalizing psychiatry, which takes seriously the diverse local etiologies, ontologies, and social conditions in which depressive disorders can manifest. Alterations of the stakes and meanings of subjective states at local levels have moral and ethical consequences for the use of depression as a psychiatric category and global template.

Key words: Globalization, cross-cultural psychiatry, depression, cultural studies of science and medicine, local biologies.

La mundialización de las catégorias: la depresión a prueba de la universalidad

Este artículo aplica perpectivas antropológicas y transculturales a la construcción y a la clasificación de la depresión.
Uno de sus objectivos es de ir más allá de la universalidad de las etiologías y de los síntomas de la experiencia depresiva y de examinar como estos se manifiestan – a partir y a través- en las relaciones sociales y en los contextos político- económicos.
Analizamos algunas prácticas epidemiológicas que tienden a devaluar estos contextos y estudiamos los efectos nefastos de esta devaluación, que se traducen en diagnósticos falsos y en la subestimación de la depresión, sobre todo en los paises en vía de desarrollo.
Este artículo propone un enfoque màs autocrítico en este período de mundialización de la siquiatría y de tomar aún más seriamente en cuenta las diferentes formas locales de etiologías, de ontologías y de condiciones sociales en que los trastormos depresivos pueden manifestarse.
Las alteraciones interesadas de los contenidos y de las representaciones de los estados subjectivos, a nivel local, tienen consecuecias morales y éticas para la utilización de la depresión como categoría siquíatrica y como modelo mundial.

Palabras claves: Mundialización- siquiatría transcultural- depresión- estudios culturales de las ciencias y de la medicina-biologías locales.

A maintes reprises, les anthropologues médicaux et les historiens ont clairement établi les contextes locaux des catégories de maladies. De la douleur à la neurasthénie ou au SIDA, les spécialistes des univers locaux ont montré qu’il ne s’agissait pas seulement là de catégories indigènes locales de diagnostic et de thérapeutique, mais que même les troubles biomédicaux étaient également imprégnés de ces mondes locaux, façonnés comme autant d’objets nouveaux et différents, et négociés lors des transactions interindividuelles qui, parce qu’elles sont particulières et variées, ne peuvent qu’être interprétées dans leur contexte.


Cet article est disponible uniquement au format pdf


Ou
Abonnez-vous en cliquant ici !

Vous êtes abonné Premium ?
Connectez-vous

[wordpress_social_login]

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !