Article de dossier

Incidences du politique dans la clinique de l’asile et des violences collectives


Dossier : 

Yassaman MONTAZAMI

Yassaman Montazami est psychologue clinicienne à l’institut d’accompagnement psychologique et de ressources, 16-18 rue de Bucarest, 75008 Paris et docteur en psychopathologie et psychanalyse, chargée d’enseignement à l’UFR Sciences Humaines Cliniques de l’Université Paris 7 – Denis Diderot, 26 rue de Paradis, 75480 Paris cedex 10.

Pour citer cet article :

Montazami Y. Incidences du politique dans la clinique de l’asile et des violences collectives. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2009, volume 10, n° 2, pp. 156-161


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-dossier/incidences-du-politique-dans-la-clinique-de-lasile-et-des-violences-collectives/

Incidences du politique dans la clinique de l’asile et des violences collectives

En France, de nombreux étrangers en situation de vulnérabilité physique, juridique et socio-économique présentent également des souffrances psychiques liées aux violences multiples dont ils ont été les victimes avant, pendant et après leurs migrations forcées. Les tableaux psychopathologiques de ces derniers dépassent la catégorie prédéfinie de l’ESPT. Leur complexité est due à la nature même des violences collectives et sociales qui ont pour particularité de délocaliser sujets et institutions de leurs appartenances symboliques. Ces violences ont pour ressort la transgression des interdits fondamentaux (inceste, meurtre, anthropophagie) dont l’observance garantit le sentiment d’appartenance à l’espèce humaine. Pour les victimes, le chemin de la réhabilitation en tant que sujet passe nécessairement par la réinscription de leur corps et de leur parole au sein d’un groupe institué, ce que les politiques européennes actuelles d’immigration et d’asile ne permettent pas toujours.

Mots-clés : Migrations, ESPT (État de Stress Post Traumatique), violences collectives, torture.

Political implications in the clinic of asylum and mass violence

In France an important number of foreigner people in state of physical, judicial, social and economical vulnerability show at the same time some psychological suffering. These ones emerged from the multiple violences which they went through – both meanwhile and after their forced migration. Their psychopathological characteristics go beyond the usual symptoms of PTSD. Their complexity is to be explained by the very mass and social violences which specificity is to delocalize subjects and institutions from their symbolic origins. These violences rely on the transgression of the fundamental taboos (incest, murder, cannibalism) which observance guarantees the feeling of belonging to mankind. As for the victims, the way to rehabilitation depends on the reinscription of the body and speech within an established group. Something which current european politics in the field of immigration and asylum do not always facilitate.

Key words: Migrations, PTSD (Post Traumatic Stress Disorder), mass violence, torture.

Incidencias de la política en la clínica del asilo y de las violencias colectivas

En Francia, muchos extranjeros en situación de vulnerabilidad física, jurídica y socioeconómica presentan igualmente un sufrimiento psíquico en relación con las múltiples formas de violencia de las que han sido victimas antes, durante y después de su migración forzada. El cuadro clínico se encuentra, muchas veces, más allá de la categoría del trastorno por estrés postraumático. La complejidad psicopatológica es debida a la naturaleza misma de la violencia colectiva y social que hace que los sujetos e instituciones son extraídos de lo que les pertenece simbólicamente. Estas violencias se alimentan de las transgresiones de las prohibiciones fundamentales (incesto, asesinato, antropofagia) que en caso de ser respetadas garantizan la sensación de pertenecer a la especie humana. Para las victimas, el camino de la rehabilitación en tanto que sujeto pasa necesariamente por la reinscripción de su cuerpo y de su palabra en el seno de un grupo instituido, lo que las actuales políticas europeas de inmigración y de asilo no siempre favorecen.

Palabras claves: Migración, trastorno de estrés postraumático, violencias colectivas, tortura.

Dans le cadre du « soin aux étrangers malades », la dimension psychologique, telle qu’en témoignent les acteurs de terrain ainsi que les travaux de recherche les plus récents, est principalement liée aux effets des violences de diverse nature subies par les migrants. En 2007, le rapport d’activité du Comede révèle que plus de la moitié des patients étrangers (toutes catégories juridique et administrative confondues) ayant consulté avaient été victimes de violences et que plus d’un quart avaient été victimes de tortures.


Cet article est disponible uniquement au format pdf


Ou
Abonnez-vous en cliquant ici !

Vous êtes abonné Premium ?
Connectez-vous

[wordpress_social_login]

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !