Article de dossier

État actuel de l’accueil et des soins aux étrangers malades en France


Dossier : 

Arnaud VEÏSSE

Arnaud Veïsse est directeur du Comede (Comité médical pour les exilés).

Pour citer cet article :

Veïsse A. État actuel de l’accueil et des soins aux étrangers malades en France. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2009, volume 10, n° 2, pp. 146-155


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-dossier/etat-actuel-de-laccueil-et-des-soins-aux-etrangers-malades-en-france/

État actuel de l’accueil et des soins aux étrangers malades en France

Entre reconnaissance et répression, les soubresauts des politiques d’immigration et d’asile en France ont eu un impact majeur sur la santé des étrangers. Depuis 30 ans, les patients et professionnels du Comede se trouvent au cœur des tensions entre les objectifs de la santé publique et celles du contrôle de l’immigration. La précarisation du statut juridique et les discriminations que subissent les exilés présentent une importance croissante dans les difficultés d’accès à la prévention et aux soins. Les progrès de la lutte contre le VIH n’ont malheureusement pas été suivis de programmes aussi efficaces contre d’autres maladies graves dont souffrent les étrangers en situation précaire, notamment les psychotraumatismes, hépatites virales et autres maladies chroniques. Dans ce contexte, les soignants et soutiens ont du prendre en compte la place considérable des dimensions psychologiques et juridiques dans une prise en charge classiquement médico-sociale. La crise du droit d’asile a d’abord entraîné le « mythe de la preuve » et la «prime à la torture » pour la reconnaissance du statut de réfugié. Puis la création du droit au séjour des étrangers malades a consacré la requalification des exilés comme « étrangers malades », sous réserve que les nouveaux critères médicaux soient remplis, avant que cette nouvelle forme d’asile thérapeutique n’entre à son tour en crise avec la chute de moitié en sept ans des taux de reconnaissance par les préfectures. Cette nouvelle conception humanitaire du droit d’asile a ouvert la voie à l’arbitraire et aux restrictions de l’immigration « subie », dans une contagion de la suspicion ayant touché les étrangers malades, puis leurs soutiens et enfin leurs médecins, ces derniers devant s’appuyer sur les principes déontologiques et éthiques pour préserver la qualité et la continuité des soins.

Mots-clés : France, politique d’immigration, droit d’asile, santé publique, traumatisme psychique, réfugié, déontologie, éthique.

Actual state of the reception and the care for sick strangers in France

Between recognition and repression, the latest changes in the asylum and immigration policies in France had an major impact on the health of strangers. For 30 years, patients and professionals of Comede have been at the heart of tensions between the objectives of public health and those of immigration control. The precarisation of the legal status and discriminations against the exiled have an increasing importance in the difficulties of access to prevention and care. Progress in the fight against the HIV was unfortunately not followed by such effective programs against of other serious illness from which suffer foreigners in precarious situations, in particular the psychotraumatisms, viral hepatites and other chronic diseases. In this context, professionals and helpers have to take into account the considerable place of psychological and legal dimensions in medico-social care. The crisis of asylum law initially induced the “myth of proof” and the “priority to torture” for the attribution of the refugee status. Then the creation of the residence permit for medical reasons requalified them as “sick foreigners”, provided the new medical criteria were met. This new humanitarian design of asylum law opened the way for arbitrariness and restrictions for this “unwanted” immigration. Suspicion first touched the sick foreigners, then their supports and finally their doctors, the latter having to be based on deontological and ethical principles to preserve the quality and the continuity of the care.

Key words: France, immigration policy, asylum law, public health, psychotraumatism, refugee, deontology, ethics.

Estado actual de la acogida y los cuidados a los enfermos extranjeros en Francia.

Entre el reconocimiento y la represión, las sacudidas de las políticas de inmigración y asilo en Francia han tenido un gran impacto sobre la salud de los extranjeros. Después de 30 años, los pacientes y profesionales del Comede se encuentran en el centro de las tensiones existentes entre los objetivos de salud pública y de control de la inmigración. La precarización del estatus jurídico y las discriminaciones que sufren los exiliados representan una importante cruzada en las dificultades de acceso a la prevención y a los cuidados. Los avances en la lucha contra el VIH no se han visto seguidos, desgraciadamente, de programas contra las graves enfermedades que sufren los extranjeros en situaciones precarias, especialmente los psicotraumatismos, hepatitis virales y otras enfermedades crónicas. En este contexto, los cuidadores y sostenedores han tenido que asumir las dimensiones psicológicas y sociales de una atención clásicamente médico-social. La crisis del derecho de asilo ha conllevado en primer lugar «el mito de la prueba» y «la prima de la tortura» para el reconocimiento del estatus de refugiado. Después la creación del permiso de residencia para los extranjeros enfermos ha consagrado la recalificación de los exiliados como «extranjeros enfermos», con la reserva de que los nuevos criterios médicos se completen antes de que esta nueva forma de asilo terapéutico entre a su vez en crisis con la caída a la mitad de las tasas de reconocimiento en las comisarías. Esta nueva concepción humanitaria de derecho de asilo ha abierto una vía a la arbitrariedad y a las restricciones de la inmigración «sufridora», en un contagio de la suspicacia que afecta a los extranjeros enfermos, a sus cuidadores y finalmente a sus médicos que tienen que apoyarse en los principios deontológico y éticos para preservar la continuidad de la atención.

Palabras claves: Francia, política de inmigración, derecho de asilo, salud pública, traumatismo psíquico, refugiado, deontología, ética.

Dans l’histoire de l’immigration en France, l’année 2007 aura été significative du double mouvement de reconnaissance et de répression qui rythme les politiques publiques depuis cent cinquante ans (Noiriel 1998). L’ouverture en octobre de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, projet initié par le gouvernement Jospin (1998) et poursuivi par la présidence Chirac (2003), a consacré l’immigration comme une question historique majeure constitutive de l’histoire nationale (Héraud 2007).


Cet article est disponible uniquement au format pdf


Ou
Abonnez-vous en cliquant ici !

Vous êtes abonné Premium ?
Connectez-vous

[wordpress_social_login]

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !