Article de dossier

Enfants désirés, enfants indésirables dans la société médiévale (XII-XIVe siècles)


Dossier : 

Didier LETT

Didier Lett est Maître de conférences en Histoire médiévale à l’Université de Paris 1-Sorbonne.

Pour citer cet article :

Lett D. Enfants désirés, enfants indésirables dans la société médiévale (XIIe-XIVe siècles). L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2002, volume 3, n°2, pp. 215-225


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-dossier/enfants-desires-enfants-indesirables-dans-la-societe-medievale-xii-xive-siecles/

Enfants désirés, enfants indésirables dans la société médiévale (XIIe-XIVe siècles)

Dans la société occidentale des XIIe-XIVe siècles, le puissant désir de procréation, le rôle central des rites fécondants, la peur de la stérilité, la très forte protection de la femme enceinte et les sévères condamnations de l’avortement et de l’infanticide attestent l’existence d’un «désir d’enfant». Sachant la relative facilité avec laquelle les auteurs médiévaux écrivent que les parents aiment davantage tel ou tel de leurs enfants, on se demandera si, dans cette société où l’enfant n’est pas le fruit d’une volonté individuelle, cette manière de marquer fortement la différence n’est pas le signe d’un choix différé. Dans la société chrétienne, la paternité n’est plus un acte volontaire; mutation provoquant peut-être des enfants indésirables.

Mots-clefs : Enfant, désir, Moyen Âge, paternité.

Desired and undesired children in medieval society (XII-XV centuries)

During western society of XII and XIV centuries, the strong desire to procreate, the central role of fertility rites, the fear of sterility, the very strong protection of pregnant women, the severe sentences for abortions and infanticides attest the existence of a «desire for child-bearing». The relative facility with which medieval authors write that parents love more this or that one of their childrens, makes one wonder if in that society where the child is not the result of ones individual will, this manner of accentuating differences is not a sign of a deferred choice. In christian society, paternity is no longer a volontary act; perhaps this social mutation is producing undesired children.

Key words: Child, desire, middle age, paternity.

Hijos deseados, hijos indeseables en la sociedad medioeval (siglos XII a XIV)

En la sociedad occidental, entre los siglos XII y XIV el potente deseo de procreación, el papel central de los ritos fecundantes, el miedo de la esterilidad, la muy fuerte protección de la mujer encinta y las severas condenaciones del avorto y del infanticidio atestan de la existencia de un «deseo de hijos».
Conociendo la relativa facilidad con la que los autores medioevales escriben que los padres quieren más a tal o a cual de sus hijos, nos podemos preguntar si, en esta sociedad donde el hijo no es el fruto de una voluntad individual, esta manera de marcar fuertemente la diferencia no es el signo de una decisión diferida. En la sociedad cristiana, la paternidad ya no es un acto voluntario : mutación que provoca quizás hijos indeseables.

Palabras claves: hijo/a, deseo, Edad media, paternidad.

Est-il pertinent de parler de « désir d’enfant » dans une société chrétienne où n’existe pratiquement aucun moyen contraceptif efficace et où, selon le discours de l’Église, l’acte sexuel ne doit pas avoir d’autre fin que la procréation ? Peut-on valider cette expression alors même qu’au Moyen Âge, tout désir individuel, conjugal ou familial se trouve limité du fait du fort sentiment d’appartenance communautaire (parenté, paroisse, confrérie, métier… chrétienté) ressenti par les individus ?


Cet article est disponible uniquement au format pdf


Ou
Abonnez-vous en cliquant ici !

Vous êtes abonné Premium ?
Connectez-vous

[wordpress_social_login]

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !