Article de dossier

De Saigon à Sainte-Livrade-sur-Lot, l’épopée des rapatriés d’Indochine

1956-2009


Dossier : 

Dominique ROLLAND

Dominique Rolland est enseignant-chercheur à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, 2 rue de Lille, 75343 Paris cedex 07.

Pour citer cet article :

Rolland D. De Saigon à Sainte-Livrade-sur-Lot, l’épopée des rapatriés d’Indochine. 1956-2009. L’autre, cliniques, cultures et sociétés, 2010, volume 11, n° 1, pp. 49-60


Lien vers cet article : https://revuelautre.com/articles-dossier/de-saigon-a-sainte-livrade-sur-lot-lepopee-des-rapatries-dindochine/

De Saigon à Sainte-Livrade-sur-Lot, l’épopée des rapatriés d’Indochine. 1956-2009

En 1956, à la fin de la guerre d’Indochine, les accords de Genève prévoient le rapatriement en France des citoyens français. Parmi eux, beaucoup de familles eurasiennes : la présence de nombreux militaires et de fonctionnaires célibataires explique les concubinages fréquents, et le nombre important d’enfants métis, généralement non-reconnus. À Sainte-Livrade dans le Lot et Garonne, 1200 personnes rapatriées dont 700 enfants de moins de quatorze ans furent hébergées dans un camp militaire. Il s’agissait principalement de femmes seules avec les enfants eurasiens qu’elles avaient eu d’un concubin français – mais lui-même souvent issu d’autres colonies -du Maghreb, des Antilles, d’Afrique subsaharienne, du Pacifique ou de l’Océan Indien – et de quelques couples, en minorité. Il reste encore aujourd’hui une centaine de ces premiers arrivants dans le camp. Les femmes ont conservé leurs habitudes, alors qu’avec plus ou moins de difficultés, les jeunes générations ont dans l’ensemble réussi leur intégration. Ils continuent cependant de s’interroger sur leur identité métisse, alors que le camp est voué à une disparition prochaine.

Mots clés : Colonisation, métissage, Indochine.

From Saïgon to Sainte-Livrade-sur-Lot. The epic of nepatriates from Indochina 1956-2009 

In 1956, at the end of the First Indochina War, the Geneva Accords foresaw the repatriation of French citizens. Among them were many Eurasian families. After all, the presence of many single soldiers and civil servants resulted in frequent cohabiting interracial relationships, as well as a large number of mixed-race children who were, in general, not officially recognized by their French fathers. Sainte-Livrade-sur-Lot was one of the resettlement sites for the repatriated citizens and it housed 1,200 repatriated citizens, including 700 children who were under the age of 14 years. The camp was primarily composed of single women with Eurasian children whose fathers were French—but they themselves frequently came from other colonies such as North Africa, the Antilles, Sub-Saharan Africa, the Pacific Islands, or the Indian Ocean colonies, and of some couples with their children, in minority. Today there are still roughly one hundred of the original repatriated people who still live at the military camp. The women continue to maintain their cultural customs, and, with some difficulties, on the whole, the generation of children who are now adults, has successfully integrated into French culture. They continue, however, to question their mixed-race identity, even though the camp is doomed to an impending extinction.

Key words: Colonization, metissage, Indochina.

De Saigon a Sainte-Livrade-sur-Lot, la epopeya de los repatriados de Indochina. 1956-2009

En 1956, al final de la guerra de Indochina, los acuerdos de Ginebra preveen la repatriación de ciudadanos franceses. Entre ellos, muchas famillias eurasiáticas: la presencia de numerosos militares y de funcionarios solteros explica los concubinatos frecuentes, y la cantidad importante de niños mestizos, generalmente no reconocidos. En Sainte-Livrade en la región de Lot y Garonne, 1200 personas repatriadas, de los cuales 700 niños de menos de 14 años, fueron alojados en un campo militar. Se trataba principalmente de mujeres solas con niños euroasiáticos que ellas habían tenido con un concubino francés – pero él mismo a menudo originario de otras colonias – Maghreb, Antillas, Africa subsahariana, del Pacífico o del Oceano Indico – y de algunas parejas minoritariamente. Todavía quedan al día de hoy un centenar de esos ‘primo-inmigrantes’ en el campo. Las mujeres han conservado sus hábitos, mientras que con mayor o menor dificultad, las nuevas generaciones han logrado integrarse. Estos, continúan interrogandose sobre su identidad mestiza, mientras el campo está condenado a una pronta desaparición.

Palabras claves: Colonización, métissage, Indochina.

À la suite de la défaite de l’armée française à Dien Bien Phu, les accords de Genève, qui marquent la fin de la première guerre d’Indochine, instaurent le partage du Vietnam au sud et au nord du 17e parallèle, dans l’attente d’un référendum, prévu pour 1956, qui n’aura pas lieu, ce qui provoquera la deuxième guerre. Ces accords signés à Genève prévoient le rapatriement des citoyens français résidant au nord Vietnam.


Cet article est disponible uniquement au format pdf


Ou
Abonnez-vous en cliquant ici !

Vous êtes abonné Premium ?
Connectez-vous

[wordpress_social_login]

Dans le même dossier

On ne salue que les parents, les enfants sont toujours inclus
Parcours des enfants tamouls ayant des troubles du langage

Jacques ou le passé barré
Mémoire traumatique et reconquête de l’identité chez un adolescent fils de réfugiés

Inscrivez-vous
à notre newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez des nouvelles de la revue L'autre
directement dans votre boîte email.

Merci pour votre inscription !